Jean III d'Armagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean III.
image illustrant une personnalité image illustrant français image illustrant le département français de l’Aveyron
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française et le département français de l’Aveyron.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean III d'Armagnac
Titres de noblesse
Comte d'Armagnac et de Fezensac
-
Prédécesseur
Successeur
Comte de Rodez
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Jeanne de Périgord (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frère
Sœur
Beatrix d'Armagnac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marguerite de Comminges (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jeanne d'Armagnac (d)
Marguerite d'Armagnac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armoiries Armagnac-Rodez.svg

Jean III, né vers 1359, mort le , fut comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez, vicomte de Carlat de 1384 à 1391. Il était fils de Jean II Le Bossu, comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez, et de Jeanne du Périgord.

Le , Jean III épousa Marguerite (1363 † 1443), comtesse de Comminges (1363-1443). Ils eurent deux filles :

En 1390, il prétendit au royaume de Majorque, mais fut vaincu par les troupes de Jean Ier, roi d'Aragon, lors d'une bataille livrée près de Navata. Jean III conduisit dès lors des actions militaires dans le Roussillon.

Il est appelé à l'aide par la ville de Florence, manquant de fond pour lever une armée, avec l'accord de son frère Bernard il vend le Charolais au duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, pour 60 000 francs d'or par contrat en date du 11 mai 1390[1] avec un droit de rachat de trois ans.

En 1391, il dut partir pour l'Italie afin de venir en aide à Charles Visconti, seigneur de Parme et époux de sa sœur, Beatrix d'Armagnac, qui était en conflit avec son cousin Galeazzo Visconti, duc de Milan. Il réussit à attirer à la participation aux marches les Grandes compagnies et de ce fait augmenta la sécurité de la population vivant en France méridionale. Il périt à Alessandria, en Piémont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Jal - Michel Maerten, Les châteaux du Charolais (Xe ‑ XVIIIe siècle), dans Histoire et Patrimoine Rural en Bourgogne du Sud no 9, Éditions du Centre d’Études des Patrimoines - Pays Charolais-Brionnais, Saint-Christophe-en-Brionnais, 2015, p. 10, (ISBN 979-10-91041-05-8).