Jean Holland (1352-1400)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Holland et Holland.
Jean Holland
Titre duc d'Exeter
(1397 - 1399)
Autre titre comte de Huntingdon (1388 - 1400)
Biographie
Naissance
Décès
Pleshey (Essex)
Père Thomas Holland
Mère Jeanne de Kent
Conjoint Élisabeth Plantagenêt
Enfants Constance Holland
Richard Holland
Alice Holland
Jean Holland
Édouard Holland

Image illustrative de l'article Jean Holland (1352-1400)
De gueules, à trois léopards d'or, à la bordure d'argent semé de lys d'or

Jean de Holland (1352), comte de Huntington puis duc d'Exeter, est un militaire noble anglais, célèbre pour sa participation à la chute du prince Thomas de Woodstock, duc de Gloucester, et à une conspiration contre le roi Henri IV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils et héritier du baron Thomas Holland et de Jeanne, comtesse de Kent, elle-même fille d'Edmond de Woodstock, comte de Kent, fils du roi Édouard Ier. Sa mère s'était remariée à Édouard, prince de Galles ; il est ainsi demi-frère du roi Richard II, à qui il resta fidèle toute sa vie.

Dans les premiers temps du règne de Richard, il fut reçu parmi les chevaliers de la Jarretière (1381). Il fit aussi partie de l'escorte de la future reine Anne de Bohême, lors de sa venue en Angleterre.

Il avait un caractère emporté, qui lui causa des ennuis à plusieurs reprises. L'incident le plus connu se produisit en 1385 pendant une expédition de Richard II en Écosse. Un archer au service de Ralph de Stafford, fils aîné du comte de Stafford, tua accidentellement un des écuyers de sir Jean Holland. Stafford alla s'excuser auprès d'Holland, mais celui-ci le tua immédiatement. Le roi fit saisir les domaines de Holland. Leur mère mourut pendant cette période, et l'on dit que c'est à cause du chagrin causé par cette histoire.

Dès le début de l'année suivante, il se réconcilia avec les Stafford, et recouvra ses propriétés. Il épousa en 1386 Élisabeth Plantagenêt (1363 † 1425), fille du duc Jean et de la duchesse Blanche de Lancastre. Lui et sa femme participèrent à l'expédition militaire de Jean de Gand en Castille, dont il fut nommé connétable de facto. Après son retour en Angleterre, sir Jean Holland fut avancé en tant que comte de Huntingdon, le . En 1389, il fut nommé grand-chambellan à vie, amiral de la flotte pour les mers occidentales, et châtelain de Tintagel. Il reçut également à vie des terres royales. Au cours des années suivantes il tint un certain nombre de charges : châtelain de Conway (1394), gouverneur de Carlisle (1395), et gouverneur des marches écossaises. Ses actions militaires furent interrompues par un pèlerinage en Terre sainte en 1394 (qui peut être en rapport avec les litiges avec les Stafford).

Le comte Jean aida le roi à éliminer Thomas de Woodstock, duc de Gloucester, et son allié Richard FitzAlan, comte d'Arundel, en 1397. En récompense, il fut élevé au titre de duc d'Exeter, le 29 septembre.

Il accompagna ensuite Richard II dans une expédition en Irlande. Au retour, le roi l'envoya négocier avec son beau-frère, Henri Bolingbroke. Après qu'Henri eut déposé Richard II et monté sur le trône (sous le nom d'Henri IV), il reprit à tous ceux qui étaient impliqués dans l'arrestation de Thomas de Woodstock, les biens que ceux-ci avaient reçus en récompense. Jean Holland redevint simplement comte de Huntingdon.

Au début de l'année suivante, il participa à un complot, le soulèvement de l'Épiphanie, avec son neveu Thomas Holland, comte de Kent, Thomas le Despencer et d'autres. Le but était d'assassiner Henri IV, de libérer Richard II et de le replacer sur le trône. Le complot fut découvert, Jean Holland fut arrêté et exécuté (hanged, drawn and quartered). Parmi les témoins de son exécution figurait Thomas FitzAlan, comte d'Arundel, fils de celui que Jean Holland avait arrêté quelques années plus tôt. Il est enterré à la chapelle royale de Saint Pierre aux liens.

Ses titres et ses biens furent confisqués par la Couronne, mais furent ensuite rendues à son fils aîné.

Enfants[modifier | modifier le code]

D'Élisabeth Plantagenêt, il avait eu :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]