Jean Hector de Fay de La Tour-Maubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maubourg et La Tour-Maubourg.

Jean Hector de Fay de La Tour-Maubourg
Jean Hector de Fay de La Tour-Maubourg

Naissance
Château de la Garde, Royaume de France Royaume de France
Décès (à 86 ans)
Gueugnon, Royaume de France Royaume de France
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Grade maréchal de France
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
Famille Famille de Faÿ

Jean Hector de Faÿ, marquis de Latour-Maubourg, né le et mort le , est un militaire et industriel français, maréchal de France en 1757.

Il n'est pas né au château de Maubourg, comme le mentionnent la plupart des ouvrages qui lui sont consacrés. Il est né au château de La Garde, et baptisé en l'église de Saint-Thomas-la-Garde, près de Montbrison (Loire), le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

À 22 ans Jean-Hector intègre une des deux compagnies de mousquetaires[2].

Il participe aux campagnes de la guerre de Succession d'Espagne. Il participe à la soumission de Majorque. Inspecteur général de l'infanterie en 1718 puis lieutenant général en 1738. Il est employé à l'armée des Flandres sous les ordres du maréchal de Noailles, puis à l'armée du Rhin sous les ordres du prince de Conti. Il se distingue aux batailles de Ramillies, de Rocourt où il est blessé. Il garde la personne du Roi à la bataille de Lauffeld. Il commande en 1747 la Flandres hollandaise. Chevalier des Ordres du Roi en 1748, il est gouverneur de Saint-Malo jusqu'en 1754. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1757.

Les états de services militaire de Jean Hector de Fay font l'objet d'un mémoire conservé aux archives des Armées à Vincennes :

  • 1700 : 1re compagnie des mousquetaires.
  • 1701 : sous-lieutenant au régiment du Roy Infanterie.
  • 1702 : capitaine au régiment de Montperroux Cavalerie.
  • 1703 : colonel du régiment de Maubourg ; campagne d'Alsace.
  • 1707. colonel du régiment de Ponthieux ; campagne du Piémont.
  • 1708 : franchissement du Galibier et délivrance de Briançon.
  • 1710-1713 : campagne de Savoie.
  • 1714 : campagne de Catalogne.
  • 1715 : prise de l'île de Majorque.
  • 1718 : Inspecteur général d'Infanterie.
  • 1719 : Brigadier d'infanterie (général de brigade).
  • 1727-1732 : camp de paix sur la Sambre.
  • 1734 : Maréchal de Camps et Armées.
  • 1738 : Lieutenant général des Armées (général de division).
  • 1742 : Flandres-Bavière-Palatinat.
  • 1744 : armée de Flandres.
  • 1745 : quartiers d'hiver en Souabe.
  • 1746 : bataille de Rocourt.
  • 1747 : bataille de Lauffeld.
  • 1748 : Maastricht.
  • 1754 : Gouverneur de Saint-Malo.
  • 1757 : Maréchal de France.

Industriel[modifier | modifier le code]

Par héritage de sa mère, Eléonore du Palatin de Dio-Montpeyrous, il est seigneur de Clessy et d'une partie de la ville de Gueugnon (Saône et Loire). Les lieux étant propices par la présence de forêts (combustible) et d'une rivière, il y fonde en 1721 les Forges de Villefay. Les travaux d'installation, commencés en 1719 se prolongent jusqu'en 1740.

Les forges occupent différents corps de métiers aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. L'usine comprend deux haut-fourneaux et trois feux de forges et produit environ 1 000 tonnes par an.

À la mort du maréchal de la Tour Maubourg, les forges passent dans la famille du comte de Barbançon. Elles sont revendues à un conseiller de Louis XVI puis à Pierre Joseph Championnet en 1845. Les Forges de Gueugnon ont fait la renommée de la ville.

Trois mariages[modifier | modifier le code]

Il épousa, le à Paris, Marie-Anne-Thérèse de La Vieuville. Elle mourut au château de La Garde le .

La marquise de la Tour Maubourg et ses deux filles, Nicolas de Largillierre (1656–1746), XVIIIe siècle, huile sur toile, Collection Georges de Lastic.

Il se remaria en avec Marie-Suzanne Bazin de Bezons, fille de Jacques Bazin de Bezons, maréchal de France, qui était, dit-on, belle et bien faite, et qui lui apporta une dot de 100 000 livres. De ce mariage, il eut deux filles :

  • Marie-Marguerite-Eléonore, mariée avec un lointain parent, Charles-Louis-César de Fay marquis de Gerlande, qui fut chargé de reprendre le nom de Maubourg ;
  • Antoinette-Eléonore, mariée avec Louis-Antoine Duprat de Barbançon.

Marie-Suzanne Bazin de Bezons mourut le à Paris.

Jean Hector de Fay épousa, en troisièmes noces, Agnès-Madelaine Trudaine, en 1731. Sa fille, Louise-Madeleine, se maria le à Montigny-Lencoup[3] avec Charles-François-Christian de Montmorency-Luxembourg prince de Tingry. Elle n'eut pas de descendance.

Décès[modifier | modifier le code]

Tous les ouvrages concernant le maréchal de Maubourg citent son décès à Paris. Or, cette affirmation est fausse : il décéda en son château de Gueugnon[réf. nécessaire].

Dans le registre paroissial de Gueugnon, on peut lire : « Le 17e jour du mois de mai de l'année 1764 a été inhumé dans la chapelle du côté de l'épître, à l'âge d'environ 82 ans, ayant reçu pendant le cours de la maladie les sacrements de pénitence et d'extrême onction, très haut et très puissant seigneur messire Jean Hector de Fay La Tour Maubourg, chevalier commandeur des ordres du roy, maréchal de France, gouverneur de St-Malo, seigneur des terres de Maubourg, Clessy, Chassy, Essanlés et autres lieux, décédé le jour d'hier, en présence de soussignés avec moy messieurs les curés du voisinage et presque toute la paroisse ont assisté à la cérémonie, de Sr Pierre Leroux greffier de la connétablie secrétaire dudict seigneur, de Sr Etienne François Chappuis avocat en parlement demeurant à Chracolles juge des terres dudit sgr, qui se sont soussigné avec moy, Renardet curé sgr de Gueugnon. »

Il fut inhumé le lendemain en l'église paroissiale du lieu (église romane dont il ne reste rien : elle fut rasée au XIXe siècle).

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du prince et blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason ville fr Saint-Étienne-de-Boulogne (Ardèche).svg

De gueules, à la bande d'or, chargée d'une fouine (fayne en patois) d'azur.[4],[5]

Devise : Par toute voie chemine[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Il était une fois Maubourg, Association des amis du Domaine de Maubourg, 2006
  • Dictionnaire Biographique des Officiers Généraux de Haute Loire, 1850
  • A. Chassaing : Cartulaire des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem 1888
  • Nouvelle Biographie Générale, 1859
  • L de la Roque : Catalogue Historique des Généraux français, Paris, A Desaide, 1896
  • Gueugon et son Canton, édité par la Maison du Pays du Canton de Gueugnon.
  • Quelques notes sur l'histoire des Forges de Gueugnon, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 5 (juin 1970), pp. 19-21.
  • Pierre Lahaye, Un Gueugnonnais maréchal de France, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 42 (été 1979), pp. 24-25.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Hector de Faÿ de La Tour-Maubourg sur roglo.eu
  2. Olivier Grandjean, Les inventeurs célèbres de Bourgogne, Vievy, Editions de l'Escargot Savant, , 400 p., p. 89-91
  3. Registre paroissial de Montigny-Lencoup
  4. a et b Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  5. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]