Jean Hautepierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Hautepierre est un poète et auteur tragique français né en 1967[1].

Son œuvre comporte quatre volets principaux : Le Siège, les tragédies en vers, les autres œuvres poétiques et la traduction poétique.

Jean Hautepierre est membre du conseil de la Maison de Poésie – Fondation Émile Blémont[2] depuis février 2012.

Présence dans la presse et au théâtre[modifier | modifier le code]

Soucieux de promouvoir les œuvres d’autres auteurs, Jean Hautepierre a publié de 1995 à 2007 un bulletin, La Lettre de Jean Hautepierre, choix trimestriel de textes de poètes contemporains. Aux côtés de Philippe Gras, il a animé un site Internet consacré à la poésie[3] (1999-2002), et a participé à la rédaction et à la diffusion de La Caverne, revue de littérature fantastique (2002).

Jean Hautepierre, aux côtés d’Alain Didier et de Thibaut Giraud, mène une action visant à promouvoir le théâtre en vers contemporain[4]. Sa tragédie Néron a été représentée au Théâtre du Nord-Ouest (Paris, 2005), sa tragédie Tristan et Yseult à l'Auguste Théâtre (Paris, 2013-2014) et au Théâtre du Nord-Ouest (Paris, 2015). Sa traduction des poèmes d’Edgar Allan Poe a fait l’objet, notamment, d’un récital au Théâtre de Nesle (Paris, 2010).

Jean Hautepierre a organisé au Théâtre du Nord-Ouest, d'avril à juin 2015, le festival de théâtre en vers contemporain, qui a présenté quinze spectacles de neuf auteurs ou traducteurs.

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Œuvres poétiques
  • Prélude au Siège (éd. Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1989).
  • Néron (tragédie en vers avec quelques musiques, éd. Publibook, Paris, 2004).
  • Le Siège (épopée, qui contient Prélude au Siège et de nombreux textes plus récents, éd. Publibook, Paris, 2007).
  • Tristan et Yseult (tragédie en vers, éd. Pardès, Grez-sur-Loing, 2013).
  • Le Meurtre de la Tour de Cristal (roman inclus dans le cycle du Siège, éd. Unicité., Saint-Chéron, 2015).
  • Le Roi en Jaune (diptyque de tragédies en vers comportant Le Prince de Carcosa et Le Roi en Jaune, éd. de l’Œil du sphinx, Paris, 2015).
Traductions
  • Traduction intégrale des poèmes d’Edgar Allan Poe (éd. Publibook, Paris, 2008).
  • Celui qui marchait parmi les étoiles (édition bilingue d'un choix de poèmes de Clark Ashton Smith, éd. de l’Œil du Sphinx, Paris, 2013).
Autres textes
  • Les Hurlements de la vallée maudite, récit lovecraftien publié dans le Bulletin de l'Université de Miskatonic[5] (éd. de l’Œil du sphinx, Paris, 2005).
  • Qui suis-je ? Edgar Allan Poe (éd. Pardès, Grez-sur-Loing, 2012).
Préfaces
  • Marc-Louis Questin, Les Diamants d'Aphrodite, éd. Rafael de Surtis, Paris, 2008 ;
  • Marc-Louis Questin, Le Crépuscule des Otaries, éd. Unicité., Saint-Chéron, 2015.
  • Murielle Antonello, La légende de saint Paria, éd. L'Harmattan, Paris, 2006.

Œuvres inédites[modifier | modifier le code]

  • Les Idoles (1982-86), poèmes de jeunesse.
  • Le Testament de la licorne (comprend la plus grande partie des œuvres poétiques non théâtrales de l’auteur depuis 1986, hors Le Siège).

Références[modifier | modifier le code]