Jean Hautepierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Hautepierre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
Nationalité
Activités

Jean Hautepierre est un poète et auteur tragique français né le 28 mars 1967[1].

Son œuvre comporte quatre volets principaux : Le Siège, les tragédies en vers, les autres œuvres poétiques et la traduction poétique.

Jean Hautepierre[2] est membre du conseil de la Maison de Poésie – Fondation Émile Blémont[3] depuis février 2012.

Théâtre et poésie[modifier | modifier le code]

Soucieux de promouvoir les œuvres d’autres auteurs, Jean Hautepierre a publié de 1995 à 2007 un bulletin, La Lettre de Jean Hautepierre, choix trimestriel de textes de poètes contemporains. Aux côtés de Philippe Gras, il a animé un site Internet consacré à la poésie[4] (1999-2002), et a participé à la rédaction et à la diffusion de La Caverne, revue de littérature fantastique (2002).

Jean Hautepierre, aux côtés d’Alain Didier et de Thibaut Giraud, mène une action visant à promouvoir le théâtre en vers contemporain[5]. Sa tragédie Néron a été représentée au Théâtre du Nord-Ouest (Paris, 2005), sa tragédie Tristan et Yseult à l'Auguste Théâtre (Paris, 2013-2014) et au Théâtre du Nord-Ouest (Paris, 2015). Sa traduction des poèmes d’Edgar Allan Poe a fait l’objet, notamment, d’un récital au Théâtre de Nesle (Paris, 2010).

Jean Hautepierre a organisé au Théâtre du Nord-Ouest, d'avril à juin 2015, le festival de théâtre en vers contemporain, qui a présenté quinze spectacles de neuf auteurs ou traducteurs[6].

Jean Hautepierre, sa canne Pulchérie à la main, a proclamé le 22 septembre 2016 à Paris, au Cénacle du Cygne, l'existence d'une nouvelle catégorie de vers, les vers cataphractaires[7]. Ces vers, les plus longs de la poésie française, sont à la fois des vers longs (de treize à seize syllabes) et des vers bien rythmés (afin que leur unité en tant que vers apparaisse clairement aux lecteurs, aux auditeurs, aux spectateurs).

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Œuvres poétiques
  • Prélude au Siège (éd. Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1989).
  • Néron (tragédie en vers avec quelques musiques, éd. Publibook, Paris, 2004).
  • Le Siège (épopée, qui contient Prélude au Siège et de nombreux textes plus récents, éd. Publibook, Paris, 2007).
  • Tristan et Yseult (tragédie en vers, éd. Pardès, Grez-sur-Loing, 2013).
  • Le Meurtre de la Tour de Cristal (roman inclus dans le cycle du Siège, éd. Unicité., Saint-Chéron, 2015).
  • Le Roi en Jaune[8] (diptyque de tragédies en vers comportant Le Prince de Carcosa et Le Roi en Jaune, éd. de l’Œil du sphinx, Paris, 2015).
Traductions
  • Traduction intégrale des poèmes d’Edgar Allan Poe[9][10] (éd. Publibook, Paris, 2008).
  • Celui qui marchait parmi les étoiles[11] (édition bilingue d'un choix de poèmes de Clark Ashton Smith, éd. de l’Œil du Sphinx, Paris, 2013).
  • Urban Sax, Les musiciens de l'infini (édition bilingue, traduction anglaise du texte français de Marc-Louis Questin, éd. Unicité., Saint-Chéron, 2016).
  • Un cube chromé à l'intérieur d'une coquille d'œuf cassée (Erich von Neff, éd. Les Solicendristes, Sarrians, 2016).
Autres textes
  • Les Hurlements de la vallée maudite, récit lovecraftien publié dans le Bulletin de l'Université de Miskatonic[12] (éd. de l’Œil du sphinx, Paris, 2005).
  • Qui suis-je ? Edgar Allan Poe[13] (éd. Pardès, Grez-sur-Loing, 2012).
Préfaces
  • Marc-Louis Questin, Les Diamants d'Aphrodite, éd. Rafael de Surtis, Paris, 2008 ;
  • Marc-Louis Questin, Le Crépuscule des Otaries, éd. Unicité., Saint-Chéron, 2015.
  • Murielle Antonello, La légende de saint Paria, éd. L'Harmattan, Paris, 2006.

Œuvres inédites (premier tome à paraître au printemps 2018)[modifier | modifier le code]

  • Les Idoles (1982-86), poèmes de jeunesse.
  • Le Testament de la licorne (comprend la plus grande partie des œuvres poétiques non théâtrales de l’auteur depuis 1986, hors Le Siège).

Références[modifier | modifier le code]

  1. BNF
  2. « Poésie, ô perle de la pensée - Politique Magazine », Politique Magazine,‎ (lire en ligne)
  3. La maison de poésie
  4. Le Lutrin
  5. Tragédie en vers
  6. « Festival de théâtre en vers contemporain », sur theatredunordouest.com,
  7. JeanHautepierre, « Kataphract ! », (consulté le 3 octobre 2016)
  8. La Lettre du Crocodile, « Le Roi en Jaune de Jean Hautepierre », sur www.baglis.tv (consulté le 5 septembre 2017)
  9. « Poe de départ », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  10. « Dossier. Edgar Allan Poe, un héritage prospère », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  11. « lafauteadiderot.net », sur www.lafauteadiderot.net (consulté le 5 septembre 2017)
  12. Bulletin de l’Université de Miskatonic
  13. « Edgar Poe de Jean Hautepierre > Arabesque crispée », Unidivers,‎ (lire en ligne)