Jean Hénaff SA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Hénaff
logo de Jean Hénaff SA

Création 1907
Dates clés 14 septembre 1955 : immatriculation de la société actuelle
Fondateurs Jean Hénaff
Forme juridique SAS, créé en 1955
Slogan Donner le meilleur
Siège social Pouldreuzic, Finistère
Drapeau de la France France
Direction Loïc Hénaff

Philippe Caste

Directeurs Loïc HénaffVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires 3
Activité agro-alimentaire
Produits à base de viande (pâtés, rillettes, saucisses, viandes cuisinées appertisés)
Filiales 2
Effectif estimé à 227 personnes (2019)
SIREN 375 580 594
Site web www.henaff.fr

Chiffre d'affaires estimé à 46,6 M € (2016) Chiffre affaire Hénaff 2016
+ 4,7 % par rapport à 2015
Résultat net Comptes annuels non déposés[1]

Hénaff est une entreprise française familiale fondée en 1907 par Jean Hénaff. La société Hénaff est située à Pouldreuzic (Finistère, Bretagne) et dispose d’un site industriel de 65 000 m2 et d’un abattoir intégré. En France, elle est la première marque de pâtés et rillettes appertisés avec plus de 26 % de parts de marché[2]. Son produit phare est le Pâté Hénaff depuis sa création en 1915.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première boîte du pâté Hénaff exposée dans le musée de la marque.

En 1907, Jean Hénaff, paysan breton de 48 ans, construit avec deux partenaires une conserverie de petits pois et haricots verts à Pouldreuzic pour permettre aux agriculteurs de vendre localement leurs productions et créer des emplois. Après le retrait du fondateur A. Gantier en 1912, la société « Jean Hénaff et Cie » voit le jour, toujours avec Joseph S. Moreau de Lizoreux, mais qui se retire en 1917 et décède peu après[3]. L’activité est peu prospère, surtout en basse saison des récoltes pour les 80 employés. À l’instar du poisson en boîte, Jean Hénaff se lance dans la production de pâté en boîte en 1914 pour compléter son activité[4].

En associant tous les morceaux du cochon (jambons et filets) à un mélange d’épices, il donne naissance à la recette secrète qui en fait un pâté goûteux et de qualité. Ses débuts sont cependant très modestes. Bien que les produits sont un peu plus chers que les concurrents, Jean Hénaff souhaite payer un peu plus ses salariés pour « obtenir le meilleur »[5] et continuer de rémunérer les producteurs à un prix juste pour ne pas « se couper des gens de la terre »[6]. Une proximité qu'il conserve avec ses compatriotes quand il devient maire de Pouldreuzic pendant la guerre. Pendant la guerre 14-18, l'absence de plusieurs de ses fils partis au front n’empêche pas l'usine de tourner une partie de l'année, malgré des approvisionnements et expéditions difficiles. À la sortie de la guerre, ses fils prennent la tête d'une conserverie de poissons à Audierne[7]. Dans les années 1920, le nombre de porcs abattus dépassant le millier, il agrandit, modernise et mécanise son usine. En 1933, Jean Hénaff lègue son affaire à quatre de ses fils. En 1939, 492 tonnes de porc sont transformées en pâtés, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes occupant l'usine et la maison familiale, les frères Hénaff mettent aussitôt en sommeil la production du pâté, en cachant une partie des machines[8]. Jean Hénaff décède le . À la Libération, les nouvelles lois réglementaires ne permettent pas à l'usine de relancer une partie de son activité[9]. Après 1949, la production du pâté reprend, la production des conserves de légumes se développe fortement et l'entreprise étend sa zone d'approvisionnement. La transformation de fruits et la fabrication de boîtes métalliques sont arrêtés[9].

Bureaux de l'entreprise dans la maison Ker Hastell.

En 1963, Jean-Jacques Hénaff, petit-fils du fondateur Jean Hénaff et fils de Michel Hénaff, entre dans la société. En 1964, ils décident d’abandonner un projet d'usine de légumes dans l’Oise et concentrent plutôt leurs efforts sur l’usine de Pouldreuzic qu’ils renforcent et modernisent pour augmenter sa production. En 1969, la SARL créée en 1928 devient une SA, tout en gardant un capital exclusivement familial. Dès 1970, la production de petits pois et haricots est arrêtée. À la place, des plats cuisinés sont mis au point par Michel, le frère aîné de Jean-Jacques, avec l'aide de leur sœur Germaine pour l'assaisonnement. En 1972, l’entreprise lance sa première publicité télévisée, diffusée sur Antenne 2. En 1979, la production de conserves de poissons (sardines, thon, maquereaux) qui avait débuté en 1919 est arrêtée avec la fermeture de l'usine de Plouhinec-Audierne[10].

Dans les années 1980, l’entreprise augmente ses parts de marché de pâtés et rillettes, marché sur lequel elle est très peu présente en France. En 1981, elle élargit son offre (pâté de campagne, pâté de foie) à portée nationale. Durant ces années d’expansion, l’entreprise innove (salades à base de viande en barquette en plastique en 1984…) et étend son offre de plats cuisinés. Elle modernise également son outil de production en profondeur. Pour maîtriser totalement la fabrication du Pâté Hénaff, elle va concevoir un nouvel abattoir autour de ses spécificités. 40 000 porcs y sont abattus dès 1985[11].

Le château d'eau de l'usine située à Pouldreuzic

1995 marque un tournant pour l’entreprise. Elle construit un atelier de produits frais et une seconde chaîne d'abattage. Elle lance alors une gamme de saucisses fraîches sur la base de la recette du Pâté Hénaff (filets et jambons du porc, sans colorant, sans conservateur, sans anti-oxygène, sans exhausteur de goût). En 1997, sa gamme de produits frais s’étend avec la création des Palets Frais, inspirée des patties américains (une nouveauté sur le marché français). Hénaff remporte le Trophée Gencod pour la traçabilité de ses unités logistiques.

Hénaff fête son centenaire en 2007 et réalise la plus grande boîte de Pâté Hénaff au monde sur le château d'eau de Pouldreuzic. Dans l’ancienne ferme de Jean Hénaff, la "Maison du Pâté Hénaff" est inaugurée. 2010 marque l’arrivée à la direction générale de la société de la 4e génération : Loïc Hénaff, arrière-petit-fils de Jean, succède à son père Jean-Jacques. Hénaff obtient son 1er agrément Bio et lance en mai la production d’une terrine de campagne biologique (marque Ti mad certifiée Qualité France) et en 2011 des rillettes bio.

En , Loïc Henaff révèle que son entreprise souhaite se lancer dans une production durable en prenant en compte les enjeux sociétaux et environnementaux[12]. Son programme, appelé "Be good 2030", consiste à placer le développement durable au cœur de sa stratégie de production[13]. La question du traitement des animaux fera également l'objet d'améliorations au niveau des conditions d'abattage et de vie[14].

Nourriture spatiale[modifier | modifier le code]

En 2013, le CNES a remis à l'entreprise un certificat l'habilitant à fournir de la nourriture à la station spatiale internationale, en particulier pour les plats de fête, mais aussi dans le cadre du protocole de nutrition Energy du CNES[15]. Jusque-là seuls la Russie et les États-Unis étaient accrédités pour le ravitaillement en nourriture pour les astronautes de l'ISS[15]. Les menus fournis par l'entreprise sont au nombre de 25 et répondent à un cahier des charges strict. Parmi les conditions à respecter on trouve notamment[15] :

  • faible humidité résiduelle (afin d'éviter la formation de bulles de liquide).
  • pas de génération de miettes.

En 2021, une cinquantaine de boîtes contenant des plats conçus par le chef Thierry Marx sont expédiées avec la mission Alpha sur l'ISS[16].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En , l'association de protection animale L214 révèle les conditions d'élevage des cochons chez deux producteurs fournisseurs pour l'entreprise, très éloignées de ce que la société montre dans ses publicités[17]. Henaff conteste l'authenticité des images, accuse l'association de jeter l’opprobre sur la filière porcine[18], et la menace aussitôt d'un procès si elle ne retire pas les images montrées sur son site[19]. Hénaff qui travaille avec une vingtaine d'élevages, presque tous situés dans le Finistère, rejette la responsabilité sur ses trois regroupements fournisseurs de porcs Aveltis, Pigalys et Triskalia, « déjà épinglé par L214 en début d'année sur les méthodes d'un élevage intensif de porcs dans le département »[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/375580594-jean-henaff-sa-290355B000590000.html?typeProduitOnglet=EXTRAIT&afficherretour=false
  2. source IRI 2009
  3. Alle 2007, p. 36
  4. Alle 2007, p. 31
  5. Alle 2007, p. 19
  6. Alle 2007, p. 35
  7. Alle 2007, p. 37
  8. Alle 2007, p. 68-69
  9. a et b Lallouët 1986, p. 8
  10. Lallouët 1986, p. 9
  11. Bretagne : Produits du terroir et recettes traditionnelles, Albin Michel / CNAC, p. 134
  12. Le JDD, « Le pâté Hénaff se met au bio », sur lejdd.fr (consulté le )
  13. « Les pâtés Hénaff visent un modèle de production durable d'ici 2030 », sur FIGARO, (consulté le )
  14. « Hénaff s’engage sur la question du bien-être de ses cochons », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  15. a b et c CNES, « Le CNES remet un certificat à l’entreprise JEAN HENAFF, partenaire du programme « Special Event Meals» pour ses compétences et sa contribution à l’élaboration de plats destinés à la Station Spatiale Internationale (ISS) », Service presse du CNES,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (fr) [vidéo] France 3 Bretagne, Hénaff confectionne les plats de chefs qui iront avec Thomas Pesquet dans l'espace sur YouTube.
  17. "Pâtés Hénaff: L214 met en cause 2 élevages", Le Figaro, 29/06/2017 http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/06/29/97002-20170629FILWWW00064-pates-henaff-l214-met-en-cause-2-elevages.php
  18. "Mise en cause dans une vidéo de l'association L214, Hénaff se défend", France-bleu, 29/06/2017, https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/mis-en-cause-dans-une-video-de-l214-henaff-se-defend-1498728594
  19. "Henaff menace L214", https://www.l214.com/lettres-infos//2017/06/30-appel-henaff/
  20. "Le pâté Hénaff mis en cause par L214 : le cruel contraste pub-réalité", http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170629.OBS1371/le-pate-henaff-mis-en-cause-par-l214-le-cruel-contraste-pub-realite.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres de recettes et ouvrage anniversaire
  • Gérard Alle, Hénaff, 100 ans d'histoire, Douarnenez, Le Chasse-Marée, , 156 p. (ISBN 978-2-35357-023-2)
  • Hénaff, Histoires de cochons et bonnes recettes, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, , 190 p. (ISBN 978-2-7499-1029-1)
  • Thomas Le Gourrierec, Nés en Bretagne : L'extraordinaire aventure des inventions et des hommes qui ont changé la face du monde (et peut-être même celle de l'univers), Ajaccio, Des Immortelles, , 157 p. (ISBN 979-10-91751-05-6), « La petite boîte qui envoie du pâté (une saga qui perdure depuis cent ans) », p. 20-27
  • Jean Lallouët (photogr. Michel Thersiquel), « Trois générations de Hénaff : une recette qui défie les modes », ArMen, no 2,‎ , p. 2-17
  • Le Pâté Hénaff : dix façons de l’accommoder, Frederick e. Grasser Hermé, 2009, éditions de l’Epure (ISBN 978-2-352 55105-8)
  • « Hénaff a 100 ans. La petite boîte bleue et jaune se raconte », Nouvel Ouest, , 9 pages
  • Gérard Alle, « Hénaff, un centenaire alerte », ArMen, no 161, novembre-, p. 18-23

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :