Jean Grimaldi de Bueil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Grimaldi de Bueil est le petit-fils du premier seigneur Grimaldi de Bueil, le patricien génois Andaron Grimaldi, marié à l'héritière de la seigneurie de Beuil, Astruge Rostaing ou Astruga Rostagni, fille de Guillaume Rostaing ou Rostagni.

Ils sont à la base de la branche des Grimaldi de Bueil, dont le dernier représentant est assassiné en 1621.

Ambitieux et adroit, Jean a pris un rôle de premier plan dans la dédition de Nice à la Savoie, en 1388. Il va jouer entre les deux héritiers potentiels du comté de Provence, Charles de Duras et Louis Ier d'Anjou pour accroître ses biens et augmenter son indépendance vis-à-vis de son suzerain.

Profitant de la guerre de succession en Provence, Amédée VII de Savoie et Jean Grimaldi de Bueil, sénéchal de Provence et commandant de la garnison défendant Nice, négocient le rattachement du pays niçois à la Savoie.

Ruinés par la guerre, les habitants de Nice et du pays se rallient à la politique de Jean Grimaldi et acceptent la protection de la maison de Savoie. Ce sera le traité de Saint Pons, connu comme la Dédition de Nice à la Savoie de 1388. La Provence orientale — rive gauche du Var — se constitue ainsi en Terres neuves de Provence des États de Savoie. Jean Grimaldi recevra d'Amédée VII une vingtaine de fiefs supplémentaires en reconnaissance de son action.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1 et 4, d'or à l'étoile à seize rais de gueules (qui est de Beuil) ; au 2 et 3 : fuselé d'argent et de gueules (qui est de Grimaldi)[1],[2],[3],[4],[5],[6].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]