Jean Gratton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Québec image illustrant un évêque
Cet article est une ébauche concernant le Québec et un évêque.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gratton.

Jean Gratton, né le à Wendover (Ontario, Canada) et mort le , est un prélat catholique canadien, évêque de Mont-Laurier de 1978 à 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en théologie au Grand séminaire Saint-Thomas d’Aquin à Ottawa et en philosophie à l’Université Angelicum de Rome ainsi que des études exégétiques et bibliques à l’Université de Montréal, il est ordonné prêtre le , à Wendover par Mgr Alexandre Vachon, archevêque d’Ottawa. Professeur au petit Séminaire d’Ottawa de 1952 à 1967, puis supérieur de l’établissement en 1966, il prend ensuite la direction de la Maison Paul VI et de la Pastorale des vocations de 1967 à 1969. Puis, il devient codirecteur du Conseil diocésain de l’apostolat laïque entre 1968 et 1970, et du Concile diocésain en 1971. Il exerce ensuite la charge de curé de la paroisse Saint-Victor d’Alfred de 1970 à 1973, puis devient vicaire général de l’archidiocèse d’Ottawa (1973-1975) et enfin curé à la paroisse Saint-Charles de Vanier (1975-1978) avant d’être nommé évêque de Mont-Laurier.

Il est nommé évêque le 10 mai 1978 par Paul VI et consacré à l'épiscopat par Mgr Joseph-Aurèle Plourde. Ses coconsécrateurs sont alors Mgrs Jean-Guy Hamelin et André Ouellette.

Au sein de la Conférence des évêques catholiques du Canada, il est notamment président de la Commission épiscopale de l’éducation chrétienne (1989-1993) et président du Comité des communications (1990-1996) à l’Assemblée des évêques catholiques du Québec. Il est également président de l'assemblée des évêques de l’Inter-Ouest durant une bonne partie de son épiscopat à Mont-Laurier[1].

En 2001, Mgr Vital Massé lui succède en tant qu'évêque de Mont-Laurier.

Notes et références[modifier | modifier le code]