Jean Gourmelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Gourmelin
Gourmelin jean.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
MeudonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Gourmelin, né le à Paris et mort à Meudon le [1], est un dessinateur de l'idée, de l'absurde et du fantastique, évoquant un univers personnel unique et fort, d'influence surréaliste.

Son dessin s'exprime le plus souvent à l'aide de la plume et de l'encre mais il pratiqua également la gravure, la peinture et la sculpture. Il a développé au fil de son art des thèmes métaphysiques tels que le hasard, l'espace et le temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Paris, rue de Tilsitt, près de l’Étoile. Ses parents, d'origine modeste, l'un Breton, l'autre Franc-comtoise, étaient employés de maison dans une famille de riches israélites qui possédaient un hôtel particulier dans ce quartier. Il y fréquenta l'école de la rue St Ferdinand, où il fut très tôt remarqué par son professeur de dessin Robert Lesbounit.

À l'âge de 14 ans, il dut quitter Paris pour la province, ses parents ayant repris un commerce à Vendôme (Loir-et-Cher). Il y suivit les cours du Lycée Ronsard, surtout ceux de dessins où il fit des études de plâtres. Il y fit des rencontres importantes pour sa carrière, particulièrement celle du peintre Charles Portel qui l'initia à la peinture, à l'art du pochoir, du papier-peint, et à la gravure. Ces années marquèrent également le début d'une amitié avec le futur critique d'art Henry Galy-Carles et le graveur Roland Brudieux en compagnie desquels il découvrit le Surréalisme.

À 17 ans, il s'inscrit à l'École Supérieure des Arts Décoratifs ainsi qu'à de grandes académies de dessin telles celle de la Grande Chaumière, où il suit notamment les cours d'Othon Friesz et de Brianchon, et apprend à dessiner d'après les nus[2].

Il exécute ensuite des papiers-peints pour la Maison Nobilis où il collabore à une “restauration” de la toile de Jouy, ce qui lui valut déjà une certaine notoriété (avec La fête chez Thérèse en particulier).

Pendant la guerre, il fait des aller-retour entre Paris et Vendôme. En 1943, il doit rentrer comme dessinateur industriel dans une usine de produits métallurgiques vendômoise pour échapper au S.T.O..En 1945, il divorce d'un premier mariage au bout de 6 mois. À cette époque, il exécute des peintures sur chevalet, notamment des natures mortes et des paysages et des portraits pour des personnages de la bourgeoisie vendômoise.

En 1951, ses premiers dessins paraissent dans la revue Caractères dirigée par Maximilien Vox.

De 1951 à 1969, il collabore, comme son cousin Claude Serre, avec le maître verrier Max Ingrand, pour le compte duquel il réalise de très nombreux vitraux (chapelle des châteaux de Blois et d'Amboise, cathédrale de Rouen et de Saint-Malo notamment).

En 1952, il épouse sa seconde femme avec qui il vivra jusqu'à la fin de sa vie et dont il aura deux enfants. En 1957, le couple s'installe à Meudon.

En 1961, il fait à Paris une rencontre déterminante : celle de l'écrivain de science-fiction, historien du dessin, Jacques Sternberg qui le détermine à privilégier “l'idée “ à la forme et le présente à Louis Pauwels, fondateur de la revue Planète. Celui-ci le publie ainsi que dans les Anthologies du même nom.

En 1967 a lieu sa première exposition personnelle à la galerie Le Tournesol à Paris. L'année d'après, il abandonne le vitrail pour vivre du dessin. Il collabore à la chronique de Jacques Sternberg de France Soir qui tire alors à un million d'exemplaires. Il publie son premier album dans la collection Chefs-d'œuvre du dessin chez Planète.

En 1971, il participe à l'émission télévisée de Jean Frapat "Tac au Tac" en compagnie de Cardon, Gébé, Fred, Serre, Soulas et Desclozeaux[3].

En 1973, il entre au Point. Commence alors une collaboration de 14 ans pour la rubrique société de ce magazine.

Sa production, importante, ne cessera qu'en 2000 car il fut alors atteint d'une grave maladie des yeux.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dès 1949, il exécute une affiche pour une exposition du cent cinquantième anniversaire de Balzac à Vendôme.
  • En 1962, son premier dessin d'humour paraît dans la revue Bizarre. Il publie dans de nombreux journaux tels que Pilote, Elle, Le Figaro, Les Lettres Françaises, Hara-Kiri mensuel, Le Matin de Paris et Pardon en Allemagne[4].
  • En 1969, il confectionne les costumes et les décors pour Le Golem (téléfilm) et en 1971 ceux pour L'Homme qui rit (3 épisodes pour l'ORTF).
  • En 1970, la galerie Jacques Casanova lui demande de réaliser des dessins pour une série originale d'assiettes.

Recueils de dessins[modifier | modifier le code]

  • Gourmelin, éditions Planète, 1968
  • Un souvenir d'enfance d'Évariste Galois, en collaboration avec Pierre Berloquin, 1974 et réédité en 2008 chez Vuibert
  • Pour tuer le temps, éditions Balland, 1972
  • Le Hasard, éditions Balland, 1975
  • Tous des enfants, en collaboration avec Jacques Forget, 1981
  • Instants d'espace, éditions du Cherche-Midi, 1989
  • A la Mémoire de l'Humanité, éditions du Cherche-Midi, 1993

Illustrations[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1967 : première exposition personnelle à la galerie Le Tournesol à Paris.
  • 1969 : exposition personnelle à la galerie Christiane Colin à Paris.
  • 1971 : il participe à une exposition collective L'Humour à travers les âges à la Bibliothèque nationale de France.
  • 1972 : deuxième exposition à la galerie Christiane Colin à Paris.
  • En 1975, la galerie La Galère à Paris lui consacre une exposition personnelle.
  • 1978, il participe à une exposition collective au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
  • En 1979 : trois expositions personnelles ont lieu à la Maison de la Culture de Créteil, à la galerie Rivolta de Lausanne et au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
  • 1980 : exposition itinérante dans les centres culturels d'Orléans et Mâcon.
  • En 1981, il participe à une exposition collective à Taïwan.
  • 1982 : au même endroit une exposition personnelle est réalisée (Taipeï).
  • 1983 : exposition personnelle à la galerie Pierre Lescot à Paris.
  • 1989 : exposition personnelle au Centre culturel de Meudon.
  • 1996, il participe à une exposition collective de dessinateurs d'humour à la Galerie Pierre Belfond rue Guénégaud à Paris.
  • 1998 : deuxième exposition personnelle au Centre culturel de Meudon.
  • 2003 : présentation rétrospective de son œuvre à Corbeil-Essonne.
  • 2004 : le Musée de Meudon lui consacre une exposition.
  • 2005 : exposition personnelle à L'atelier André Girard rue Campagne Première à Paris.
  • Grande rétrospective de son œuvre à la Bibliothèque du Centre Pompidou du 18 juin au  : Les univers de Jean Gourmelin Dessins.
  • La Ville de Vendôme lui a rendu hommage lors d'une grande exposition à la Chapelle Saint-Jacques du 14 au .
  • La Ville de Meudon et la critique d'art Charlotte Waligora ont organisé une exposition rétrospective du 18 avril au 19 mai 2013 au Centre d'art et de culture de Meudon.
  • En juin 2016, participation à l'exposition-colloque Un autre monde dans notre monde à la Galerie du Jour Agnès B, au Centre Wallonie Bruxelles et à la Maison de la Poésie à Paris, sur le Réalisme fantastique.
  • Du 15 juin au 8 juillet 2018 : exposition collective de dessins de presse à la galerie Artmouvances à Montfort l'Amaury.
  • 2019 : exposition collective au FRAC de Marseille coproduite par le Fonds de dotation agnès b. et le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec le Frac Grand Large - Hauts-de-France Un autre monde dans notre monde, troisième édition de l'évocation contemporaine du réalisme fantastique présentée par Jean-François Sanz.

Honneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Loir et Cher, nécrologie : Dessinateur de presse Jean Gourmelin est décédé », La Nouvelle République du Centre-Ouest, édition de Loir-et-Cher,‎ (lire en ligne).
  2. Textes de l'exposition réalisée à Vendôme du 14 au 25 septembre 2011
  3. « Le parcours biographique », sur BPI Les univers de Gourmelin
  4. Dessinateur Jean Gourmelin, Le Monde, mercredi 12 octobre 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alin Alexis Avila, Cent-onze Gourmelin, Cahier de l'Art Mineur, Édition Limage, 1977, préface de Philippe Soupault
  • Alin Alexis Avila, Jean Gourmelin, Publ. par l'Association Limage 2, Cahiers de l'image, 1982
  • François Forcadell, Les univers de J. Gourmelin, le cherche midi 2008, préface de Cavanna

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Guilbert, in Le Réalisme fantastique, Éditions Opta, 1973
  • Jacques Sternberg, in Anthologie du dessin d'humour, Éditions Planète
  • Yves Frémion, in Les Papiers nickelés, no 4
  • Gérard Klein, in Galaxie, no 22, Nouvelle série
  • Pierre Berloquin, in Tangente, mars-avril 2008
  • Hervé Haussand, in La Nouvelle-République, 22 juillet 2008
  • Thomas Yadan, in Figaroscope, 15 septembre 2008
  • Luc Cedelle, Le Monde, octobre 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]