Jean Ginsberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ginsberg.
Jean Ginsberg
Image illustrative de l'article Jean Ginsberg
Présentation
Naissance
Częstochowa, Pologne
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement Mouvement moderne
Diplôme DESA en 1929
Formation École spéciale d'architecture

Elève de Mallet Stevens

Œuvre
Agence Jean Ginsberg & associés (Paris et Monaco)
Réalisations 4 rue des Capucins à Meudon (92), Immeubles à Paris du 25 et 44 avenue de Versailles, 19 rue du Docteur Blanche, 5 av Vion-Whitcomb, ...
Distinctions Chevalier de la Légion d’honneur.

Officier de l’Ordre de Saint-Charles de Monaco. Grand Prix de l’Académie d’architecture en 1962 pour l’ensemble de son œuvre. Prix beauté de Paris et de l’Ile-de-France en 1967 (ou en 1968 selon un autre CV) pour l’ensemble de son œuvre. Médaille de la Ville de Paris en 1968.

Jean Ernest Ginsberg (né à Częstochowa en Pologne le 20 avril 1905, mort à Paris le 14 mai 1983) est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un grand industriel chimiste d'origine juive, il baigne dans un milieu germanophone (son père a suivi des études de chimie à Zurich) et francophile. Il commence des études d'architecture à Varsovie puis arrive en France en 1924 pour suivre des études à l'École spéciale d'architecture, auprès de Robert Mallet-Stevens. Il est diplômé en 1929. Il travaille ensuite quelques mois dans l'atelier de Le Corbusier puis une année dans celui d'André Lurçat. Il réalise ses premières opérations avec l'architecte russe Berthold Lubetkin (qu'il avait rencontré à l'école d'architecture de Varsovie) jusqu'en 1931 puis avec l'architecte d'origine allemande François Heep jusqu'en 1939. Il est naturalisé français à cette même date.

Dans la clandestinité du fait de ses origines pendant l'occupation, il continue à construire et commence notamment en 1941 la reconstruction de l'usine de la Compagnie industrielle du bois à Bonneuil-sur-Marne, qui sera achevée en 1948.

Il réalise un grand nombre d'immeubles de luxe à Paris et en région parisienne, dont le plus célèbre au 25 avenue de Versailles. À la tête de l'agence « Jean Ginsberg & associés », il réalise 250 projets et près de 15 000 logements, en collaboration avec les architectes André Ilinski, Jean Fayeton, Georges Massé.

Il multiplie par ailleurs les collaborations avec les artistes tels que Victor Vasarely (notamment au 59-65 boulevard Lannes ou au 6 rue du Général Carmou), mais aussi André Bloc et le sculpteur Émile Gilioli. Il participe au groupe "Espace" (regroupant des artistes et des architectes tel que Jean de Mailly et Bernard Zehrfuss), qui recherche une "synthèse des arts"[1].

Pour autant, il occupe très peu de fonctions officielles auprès de l'État, sinon un poste d'architecte de la Reconstruction pour la modeste ville de Wittelsheim, ou encore architecte de la SNCF pour la ligne Paris-Lyon. Il participe à la fin de sa vie à l'aménagement de la ville israélienne d'Ashdod, en compagnie de Martin Van Treeck et Pierre Vago.

L'ensemble des fonds d'archives de son cabinet est conservé par l'Institut français d'architecture depuis 1989.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Façade côté cour du 25, avenue de Versailles, Paris
25 avenue de Versailles, Paris Architecture Jean Ginsberg (1931)

 ;

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Dehan, Jean Ginsberg, une modernité naturelle, éditions Connivences, 1987.
  • Luc Baboulet, " Jean Ginsberg à Paris ", in AMC no 83, oct. 1997.
  • Jean Ginsberg & associés, architectes urbanistes, Vincent & cie, Saint-Dié, s.d.
  • Mathilde Dion, Notice biographiques d'architectes français du XXe siècle, Paris, IFA, 1991, 2 vol.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Abram, L'architecture moderne en France, du chaos à la croissance, 1940-1966, éd. Picard, 1999, pp. 81 à 84
  2. Notice sur le site de l'Ecole d'architecture de Paris-La Villette
  3. Notice sur le site du CAUE des Hauts-de-Seine
  4. Dictionnaire historique et topographique des rues de Meaux, t. 3 : « Faubourgs et nouveaux quartiers », Société littéraire et historique de la Brie, 1999