Jean Fochivé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Fochivé Féwou
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur du CENER
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Aboubakarim Fochivé Féwou
Nationalité
Camerounaise
Activités

Jean Fochivé est un haut fonctionnaire et homme d'état camerounais[1]. Né en 1931 et mort en avril 1997.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Jean Fochivé Féwou, né Aboubakarim Fochivé Féwou[2] est originaire du Noun, à l'Ouest du Cameroun. Il est né en 1931.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est connu pour avoir été le premier policier du Cameroun[3]. Il a aussi dirigé les services du renseignement camerounais; le CENER[4]. Il entre dans la fonction publique camerounaise vers 20 ans[5]. À partir de décembre 1961 jusqu'en 1971, Fochivé a été chef de département au Service d'Études et de la Documentation (SEDOC), chargé de la sécurité présidentielle. En tant que directeur de la sécurité présidentielle, il était à la tête de la garde républicaine avec poste de commandement militaire à la présidence. En 1971, Fochivé a été relevé de ses fonctions de directeur de la sécurité présidentielle, mais a maintenu sa position de directeur du SEDOC, qui deviendra Direction Générale d'Études et de la Documentation (DIRDOC). Il y a servi jusqu'en 1983 et avec l'arrivée de Paul Biya, il a été nommé ambassadeur en Chine. En avril 1989, le président Paul Biya l'a renommé au poste de Chef du service du renseignement au Centre National des Études et des Recherches (CENER) (devenu Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) après 1984). Fochivé devint plus tard Délégué général pour la sécurité nationale, où il est resté jusqu'en 1996[6].

Réputation[modifier | modifier le code]

Chef de la police politique camerounaise depuis le lendemain de l'indépendance, il était craint des Camerounais pour la réputation d'avoir réprimé les maquis des Grassfields et sa lutte acharnée contre l'UPC dans les années 1960. En période de crise sociale, les 2 présidents Ahidjo et Biya ont toujours fait appel à ses services pour ramener l'ordre et la sécurité avec un certain succès[7].

Accusé d'entretenir des relations avec des escrocs camerounais à l'étranger[8], il perd la confiance de Paul Biya qui le démet de ses fonctions en 1996. Il décède à Yaoundé en avril 1997[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « FOCHIVE Jean - », sur www.atangana-eteme-emeran.com (consulté le 3 juillet 2017)
  2. « Fochivé ou l’amour de l’esclave pour son maître (la France) », sur Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso (consulté le 3 juillet 2017)
  3. Les Multiples aventures d’une vie et son côté spirituel, Editions Publibook (ISBN 9782748342376, lire en ligne)
  4. Basile Ndjio, Magie et enrichissement illicite: la feymania au Cameroun, KARTHALA Editions, (ISBN 9782811106027, lire en ligne)
  5. « Cameroon-Info.Net :: Cameroun-Info.Net: Le Portail du Cameroun », sur www.cameroon-info.net (consulté le 3 juillet 2017)
  6. (en) « Historical Dictionnary of Cameroon », p. 165
  7. Pierre Janin, Surveiller et nourrir: politique de la faim, KARTHALA Editions, (ISBN 9782811104344, lire en ligne)
  8. a et b Fanny Pigeaud, Au Cameroun de Paul Biya, KARTHALA Editions, (ISBN 9782811105266, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Fenkam, Les révélations de Jean Fochivé : le chef de la police politique des présidents Ahidjo et Biya, Éd. Minsi, Bondy; diff. Tamery, Paris, 2003, 297 p. (ISBN 2-911150-04-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]