Jean Effel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean Effel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
François LejeuneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Distinctions

Jean Effel, nom de plume de François Lejeune (d'où F.L.), est un illustrateur et dessinateur de presse français, né le à Paris, et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du marchand Albert Abraham Lejeune (1872-1937) et de Pauline Marie Clairin (1880-1948)[1], professeur d'allemand et fille d'un avocat, il étudie l'art, la musique et la philosophie à Paris, séjourne en Angleterre et sert dans les hussards.

Après avoir échoué à faire carrière en tant que dramaturge ou peintre, il commence à placer ses illustrations dans divers périodiques français. Il devient bientôt l'un des illustrateurs les plus connus de France. En 1937 il est le premier dessinateur salarié de Paris-Soir, auquel il collabore depuis 1932. Il dessine aussi pour L'Intransigeant. Avant 1940, il confie ses dessins à de nombreux journaux humoristiques (Fantasio, Le Rire, L'Os à moelle) et des publications la mouvance de gauche. Parmi ces dernières :

Entre novembre 1941 et août 1942 il dessine, avec d'autres satiristes (dont Moisan), pour le journal collaborationniste Le Rouge et le Bleu (sous-titrée Revue de la Pensée socialiste française), créé par Charles Spinasse, ancien ministre socialiste du gouvernement Léon Blum, dans l'espoir de concurrencer Je Suis Partout[2]. Puis il participe ensuite à Défense de la France, organe résistant.

Proche du Parti communiste français, il travaille après guerre pour de nombreux titres, dans la presse communiste, dont ses titres phares L'Humanité, L'Humanité Dimanche, Les Lettres françaises, dans la presse syndicale, La Vie ouvrière, comme dans une large palette de journaux tels que Libération, Le Figaro, L'Express, Paris-Presse-L'Intransigeant, Ici-Paris,France soir. De plus de très nombreuses publications sans orientation politique ont recours à lui pour ses dessins humoristiques. Parmi ceux-ci, les titres Elle, Modes-et-Travaux, Point de Vue-Images du monde,Paris-Match, Le courrier de la nature, L'Action automobile et touristique donnent un faible aperçu de la variété de ses collaborations[3], sans oublier celles à la presse humoristique à laquelle il continue de contribuer, tels L'os à moelle, Satirix, etc. Plus de 120 journaux français sont recensés, auxquels Jean Effel a livré ses dessins au cours de sa carrière. Krokodil, Izvestia, Pravda (URSS), Weltwoche (Suisse), Harper's Bazar (États-Unis) ont publié de ses dessins.

Il s'est particulièrement attaché à populariser par le dessin un des symbole de la République : Marianne, avec son éternel bonnet phrygien rouge. L'Administration de La Poste édite en 1983, un timbre poste Hommage à Jean Effel, qui reprend sa célèbre héroïne cachetant une lettre. C'est le premier timbre-poste français de la "série artistique" qui soit illustré par un dessin humoristique[4] . Auteur de dessins publicitaires et humoristiques, illustrateur de livres, il publie des albums satiriques ou empreints d'une poésie personnelle (La Création du monde, 1951, dont les dessins ont eu un succès très large toutes tendances politiques confondues en France par leur côté bon enfant).

Il reçoit le prix Lénine pour la paix en 1968, et ses ouvrages sont traduits et édités dans les années 1950 à 1970 dans les pays de l'Est européen. Il est lui-même membre dirigeant de l'Association France-Tchécoslovaquie.

Ami de Robert Brasillach, il avait signé en 1945 l'appel des intellectuels pour demander sa non-exécution.

Il est inhumé à Honfleur (Calvados). Son épouse Marguerite est morte en 1996. C'est en clin d'œil à son prénom que Jean Effel fait fréquemment figurer dans ses dessins une fleur, la marguerite...

Une importante partie de son œuvre, léguée par sa femme à la SPA, a été vendue aux enchères à l'hôtel Drouot, le 19 février 1999.

Décors au théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Turelune le Cornepipeux, conte pour enfants, 1943, réédité par G.P. en 1975
  • Brèves rencontres. Éditions Cercle d'Art. Paris. 1974

Illustration d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Fables de La Fontaine, Jean Landru, Chamonix, 1949 ;
  • Curnonsky, Une grande datte dans ma vie, 1952 ;
  • En feuilletant l'histoire de France du Front Populaire à nos jours, avec René Andrieu, Albin Michel, 1969

Recueils politiques[modifier | modifier le code]

  • Ritournelle, NRF/Gallimard, 1938 ;
  • Deuxième ritournelle, NRF/Gallimard, 1939 ;
  • Jours sans Alboches, "France-Soir", 1945 ;
  • Mil neuf cent...45-fillette, Edibel, 1946 ;
  • Mil neuf cent...45 de fièvre, Edibel, 1946 ;
  • Rassemblement de Petites Facéties, La Bibliothèque Française, 1947 ;
  • Toujours occupés, éditions Cercle d'Art. Paris, 1955 ;
  • De la mollarchie à l'empire mongaulle, L'Express, 1959 ;
  • L'Unique, L'Express et Julliard, 1960 ;
  • De la Debré à la Pompidour, Denoël, 1964 ;
  • De la troisième République à la seconde Restauration, Messidor/Temps actuels, 1981.

La Création du monde[modifier | modifier le code]

  • Le diable et son train, Julliard, 1951 ;

Le roman d'Adam et Ève, Cercle d'Art, Paris. Six recueils :

  • La création de l'homme , 1953 ;
  • L'école paternelle , 1954 ;
  • Le jardin d'Eden , 1956 ;
  • Seul maître à bord , 1958 ;
  • Opération Ève , 1960 ;
  • La jeune première , 1961 ;

Six recueils parus au Livre de Poche :

  • La Création du monde. Le ciel et la terre, 1971 ;
  • La Création du monde. Les plantes et les animaux, 1972 ;
  • La Création du monde. L'homme, 1973 ;
  • La Création du monde. La femme, 1974 ;
  • La Création du monde. Le roman d'Adam et Ève, 1974 ;
  • Le petit ange, 1976 ;
  • La vie amoureuse d'Adam et Ève, Julliard, 1981.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dates fournies par le site Geneanet, en ligne.
  2. contreculture.org. L'information de ce site très polémique est confirmée par le Dico Solo, dictionnaire spécialisé dans le dessin de presse : consultation des notices "Jean Effel" et "Le Rouge et le Bleu". Voir en bibliographie.
  3. Dico Solo, ibid "Jean Effel"".
  4. Le Patrimoine du timbre-poste français, Charenton, Flohic éditions, 1998, p. 727.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dico Solo, Plus de 5000 dessinateurs de presse & 600 supports en France de Daumier à l'an 2000, Vichy, éditions AEDIS, 2004. 930 pages. <ISBN 2-84259-239-5>
  • François Robichon, Jean Effel. L'Homme à la marguerite, Hoëbeke, 1998.
  • Jean-Paul Tibéri, Jean Effel. La Création d'un monde, Jean-Cyrille Godefroy, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]