Jean Ducros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducros.
Jean Ducros
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès

Jean Ducros, né le à La Cadière-et-Cambo (Gard) et mort en , est le fondateur et le premier président de la CFE-CGC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean François Émile Ducros est né le 24 mars 1906 à La Cadière-Cambo (Gard) et est décédé à Saint-Cloud le 2 juillet 1955. Il fut une personnalité française engagée dans les voies du développement industriel, de la réflexion économique, du mouvement syndical, de la coopération internationale et des idées européennes.

Ingénieur civil des mines, diplômé de l’École supérieure des mines et de la métallurgie de Nancy en 1928, il eut, de 1929 jusqu'au moment de sa mort, de nombreuses et remarquables activités professionnelles d'ingénieur métallurgiste en France et souvent à l'étranger.

En dépit des moments de sa vie où la guerre et la Résistance absorbèrent une partie de son activité, il se voua au syndicalisme et à des travaux prospectifs sur l'avenir de la France et de l'Europe. Membre du Conseil économique depuis la création de cette assemblée de la République en 1947 (aujourd'hui Conseil économique, social et environnemental), il y a été représentant de la Confédération générale des Cadres (CGC, aujourd'hui CFE-CGC) qu'il présidait depuis sa fondation. Puis, de la création du Conseil économique jusqu'à la fin de sa vie en 1955, il y a siégé et y a exercé, pendant plusieurs années, les fonctions de président de la Commission des Affaires économiques et du Plan. Il aussi participé aux activités de plus d'une dizaine d'organismes et de mouvements qui ont marqué la période de l'après-guerre.

Chevalier de la Légion d'honneur à titre militaire, il était décoré de la Croix de Guerre 1939-1945 et était commandeur de l'ordre de l’Économie nationale.

En 1944, il fonde la CFE-CGC[1]. Il en est le président[2], avant d'être remplacé par André Malterre[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Birchem, « Carole Couvert : « La CFE-CGC veut porter avec force l’inquiétude des classes moyennes » », sur la-croix.com, (consulté le 4 juin 2016).
  2. Élodie Béthoux, Guillaume Desage, Arnaud Mias et Jérôme Pélisse, Sociologie d'un syndicalisme catégoriel: La CFE-CGC ou la fin d'une exception ?, Armand Colin, , 40 p. (ISBN 9782200287139, lire en ligne)
  3. René Mouriaux, Syndicalisme et politique, Les Editions Ouvrières (ISSN 0757-9365, lire en ligne), p. 102

Liens externes[modifier | modifier le code]