Jean Doyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Doyen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Maître

Jean Doyen, né à Paris le – mort à Versailles le (à 75 ans), est un pianiste, professeur et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né Abel Jean Doyen, il est diplômé du Conservatoire de Paris en tant que pianiste (1922). Il commence l'instrument avec Jeannine Barbulée (professeure notamment de Samson François et Yvonne Lefébure), puis étudie avec Louis Diémer (1919) et finalement avec Marguerite Long. En 1924, il fait ses débuts de soliste avec l'Orchestre Colonne. Il participe aussi au ballet de Jacques Ibert, Les Rencontres, à l’Opéra de Paris.

En 1926 il travaille à la Radiodiffusion Française, mais parallèlement il retourne au Conservatoire dans la classe de contrepoint avec Georges Caussade et en composition avec Paul Vidal et Henri Büsser.

De 1941 à 1977, il occupe le poste de professeur de piano au Conservatoire de Paris, succédant à Marguerite Long. Parmi ses élèves on note Idil Biret, Roger Boutry, Philippe Entremont, Marie Thérèse Fourneau, Claude Kahn, André Krust, Artur Moreira Lima, Bernard Job, Dominique Merlet et Chantal Riou.

Jean Doyen est surtout connu pour ses interprétations de la musique française des XIXe et XXe siècles, notamment dans les œuvres de Gabriel Pierné, Reynaldo Hahn et Vincent d'Indy et considéré comme l'un des grands interprètes de ce répertoire et par-dessus tout, de Maurice Ravel et Gabriel Fauré[1]. Il aime aussi jouer la Fantaisie sur un vieil air de ronde française de Vincent d'Indy ou les Trois Danses de Samazeuilh. Il a cependant enregistré les valses de Frédéric Chopin, et est le créateur des Variations sur un thème de Don Juan.

En tant que compositeur, il a publié un Requiem, un concerto pour piano, une suite en si, Marine pour quatuor à cordes et quatuor vocal féminin[1]

Sa fille, Geneviève Doyen (1944–2004) était également pianiste. En revanche, il n'y a pas de parenté avec Ginette Doyen (alias Geneviève Fournier, 1921–2002) mariée et collaboratrice musicale du violoniste Jean Fournier, lui-même frère de Pierre Fournier (violoncelliste).

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vignal 2005, p. 312
  2. Extraits en ligne disponible sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]