Jean Dassier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dassier.
Jean Dassier
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Jean Dassier, né le à Genève et mort dans la même ville le , est un médailleur genevois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Originaire de Lyon, la famille Dassier se réfugie à Genève à la Saint-Barthélemy. Jean Dassier est le fils de Domaine Dassier (1640-1719), nommé graveur de la Monnaie de la République de Genève, et de Sara Le Grand. Le couple aura six enfants, parmi lesquels Paul (1681-1768), également médailleur.

En 1703, Jean Dassier épouse Anne Prévost-Gaudy dont il aura deux fils également médailleurs, Jacques-Antoine (1715-1759), et Antoine (1718-1780), lequel ne gravera que très peu. Antoine est le père de Pierre Dassier, général au service de France et l'ancêtre de Gustave Ador, président de la Confédération suisse en 1919-1920.

Les Dassier furent les seuls médailleurs de leur siècle cités dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié à Paris avec Jean Mauger et Jean Roëttiers, Jean Dassier devient l'assistant de son père.

En 1712, il est admis comme maître à la corporation des orfèvres avec son frère Paul. En 1720, Jean Dassier succède à son père comme graveur de la République. Il grave successivement :

  • en 1711 : les Métamorphoses d’Ovide (60 médailles) avec le français Jérôme Roussel ;
  • en 1723 : Les hommes illustres du siècle de Louis XIV ;
  • en 1725-1728 : Les Réformateurs de l’Église.

Après deux voyages à Londres en 1728 puis en 1731, il grave deux séries : Les rois d’Angleterre et Les Britanniques célèbres.

La série Histoire de la République romaine (1740-1743) est certainement la plus recherchée et a donné lieu à un livre en 1778 en donnant l'explication.

En 1738, il est nommé au Conseil des Deux-Cents. Jean Dassier a très bien connu Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), étant comme lui un citoyen de Genève.

À sa mort, son fils Jacques-Antoine prend sa place comme graveur à la Monnaie de Genève. L'entreprise Dassier et fils continue de produire des boîtiers de montres mais ne grave plus de médailles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Haag, La France protestante, 1855.
  • William Eisler, Les médailles des Dassier de Genève, Skira, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :