Jean Cuttat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Cuttat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
La TurballeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Cuttat, né le à Porrentruy et mort le à La Turballe (Loire-Atlantique)[1], est un écrivain, poète et éditeur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de pharmacien, frère de l'artiste et poète Pablo Cuttat (plus connu sous le pseudonyme de Tristan Solier), Jean Cuttat passe son enfance à Porrentruy, puis à Saint-Maurice, où, comme de nombreux jeunes catholiques jurassiens, il est placé en internat[2]. Il y passe son baccalauréat, en section latin-grec. Il obtient une licence de droit à Genève.

De retour dans le Jura, Jean Cuttat y publie ses premiers livres[3]. Il appartient au milieu de la bourgeoisie locale, très ouverte sur le monde extérieur, et notamment la France.

En 1942, il fonde avec Pierre-Olivier Walzer les éditions des Portes de France, puis s'établit après la guerre à Paris comme libraire tout en poursuivant son œuvre littéraire qui paraît essentiellement chez Bertil Galland, aux Cahiers de la Renaissance vaudoise, souvent avec un grand décalage par rapport au temps de leur écriture.

De retour au pays, il fonde la troupe théâtrale des Malvoisins et participe avec Alexandre Voisard au combat autonomiste qui mènera finalement à la création du canton du Jura.

À sa retraite, il repart en Bretagne. Les dernières années de sa vie seront consacrées à la poursuite d'une œuvre de plus en plus formaliste et foisonnante[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Sang léger, Éditions des Nouveaux Cahiers, La Chaux-de-Fonds, 1940
  • Malin plaisir, LUF, Fribourg, 1941
  • Les Chansons du mal au cœur, Éditions des Portes de France, Porrentruy, 1942
  • La Corrida, livre-disque, Editions des Malvoisins, Porrentruy, 1966
  • Les Couplets de l'oiseleur, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1967 et 1970
  • Les Frères lai, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1967
  • Les Poèmes du chantier, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1970
  • Bravoure du mirliflore, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1970
  • Les Quatre épingles, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1971
  • Le Poète flamboyant, Cahiers de la Renaissance vaudoise, Lausanne, 1972

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Edgar Poe 1943[5] de la Maison de poésie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Wyss, « Cuttat, Jean » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Francillon, Littérature 3, pp. 170-171
  3. Tristan Solier, Pierre-Olivier Walzer, Marie-Jeanne Handel-Cuttat, Alexandre Voisard, Les Traversées de Jean Cuttat. Société jurassienne d'Émulation, Porrentruy, 1998
  4. Gohier, Dictionnaire des écrivains d'aujourd'hui en Bretagne, Institut culturel de Bretagne, Rennes, 1984.
  5. « Les prix de la Maison de la Poésie », sur lamaisondepoesie.fr (consulté le 11 mars 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]