Jean Chrysostome Janvier Monneron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monneron.

Jean Chrysostome Janvier Monneron[1], armateur français, né le 17 septembre 1754 à Annonay, décédé en 1811 à Minissy, quartier de Moka, paroisse de (Pamplemousses), Île Maurice.

Contexte[modifier | modifier le code]

Ses frères Charles Claude Ange Monneron (1735-1799), Louis Monneron (1742-1805) et Pierre Antoine Monneron (1747-1801) furent respectivement députés aux États Généraux pour la sénéchaussée d'Annonay, les Indes orientales et pour l'Île de France. Un autre frère, Joseph François Augustin Monneron (1756-1826) fut député de Paris à l'Assemblée législative et donna sa démission en 1792. Sous le Directoire, Augustin Monneron devint Directeur général de la Caisse des comptes courants. Il fit banqueroute en 1798.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entraîné comme ses aînés sur la route des Indes, il acheta avec son frère Louis Monneron et sans doute Pierre, une maison d'armateur à Port-Louis, Île de France.

Connue sous le nom d'Établissements des Frères Monneron, cette maison ne tarda pas à faire des affaires importantes et à enrichir considérablement ses propriétaires. Elle occupait 300 personnes.

Au moment de la révolution française, Janvier fit un voyage en France dans la crainte que les intérêts de cette maison ne fussent compromis par les événements; les communications se trouvant ensuite interceptées à cause de la guerre, il ne put regagner son île aussitôt qu'il l'aurait voulu. Il se maria en France, puis revint à l'Ile de France entre 1792 et 1798.

Janvier y fit l'achat pour y passer la belle saison, d'une charmante propriété dans le quartier de Moka, paroisse des Pamplemousses, au nord-ouest de l'île et qui s'appelait Minissy[2]. Le salon de Mme Monneron très fréquenté des Gouverneurs et hauts fonctionnaires était un des plus connus de l'île[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il existe des miniatures de Janvier et de sa femme (par Isabey). Janvier avait la figure un peu forte et de grands yeux bleus, d'expression intelligente et douce, avec des sourcils blonds; le nez était un peu écrasé et la bouche petite, avec la lèvre inférieure un peu épaisse.
  2. Elle s'étageait en terrasses au-dessus de la mer et était entourée de roses du Bengale et de bois de mimosas. La saison des pluies se passait à Port-Louis où les réceptions abondaient.
  3. Extrait du Journal Intime de Matthew Flinders: ....Our party went before breakfast to visit Minissy, a neighbouring habitation belonging to M. Monneron, and of which the garden is perhaps the best planned and the most agreeable in the island. the number of fish ponds, the extensive shaded allies, where the midday sun cannot penetrate, the labyrinth, the prospects, form a delightful retreat for the philosophic mind of a rich man....My host Mr. Monneron offered me letters of recommendation for Paris, in case I should be sent to France. In the evening I returned to the Refuge with my spirits exhilerated, and in peace with all men.

Sources[modifier | modifier le code]