Vercors (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Bruller)
Vercors
Nom de naissance Jean Marcel Adolphe Brüller
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 89 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Romancier, graveur, illustrateur, dramaturge
Distinctions
Légion d'honneur (renvoyée)
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Romans, nouvelles, divers

Œuvres principales

Jean Bruller, né le à Paris XVe et mort le à Paris Ier, est un illustrateur et écrivain français. Il adopte le pseudonyme littéraire Vercors en 1941 pendant la Résistance. Par la suite, il garde son patronyme pour son travail d'artiste et son pseudonyme comme nom d'écrivain.

Son œuvre la plus célèbre est Le Silence de la mer, publiée clandestinement en 1942.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sous le Pont des Arts, à Paris, rive gauche de la Seine.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Jean Bruller est né d'une mère française (Ernestine Bourbon, institutrice) et d'un père d'origine juive-hongroise (Louis Bruller).

Son acte de naissance indique « Brüller »[1], mais tous les livres publiés[2] et l'usage utilisent l'orthographe « Bruller ».

La vie de son père lui a inspiré la nouvelle La Marche à l'étoile publiée pendant l'Occupation.

Dans un livre d’entretiens, À dire vrai, Vercors attribue à son père une ascendance lorraine : « La famille Bruller venait des Vosges, au XVIIIe siècle. Chassée par un des siens, converti et devenu évêque, et que gênait la présence de cette famille juive, elle a émigré en Hongrie. »

Louis Bruller quitte l'Autriche-Hongrie en 1880 et s'installe à Paris, chassé par la « barbarie » qui règne en Hongrie et attiré par l’idée de la France comme pays de la liberté et des arts. Il y lance un commerce de livres populaires, essentiellement des « feuilletons dominicaux diffusés surtout en province, dans les campagnes, dont les auteurs avaient été cédés à cet effet à prix réduit : Balzac, Hugo, Eugène Sue, mais aussi Paul Féval ou Jean de La Hire. Ou encore cette Histoire populaire de la France. »

Quelques années plus tard, il vend ce commerce et « fait fructifier modestement ce capital dans l’immobilier » en ouvrant une rue dans Paris pour y construire un immeuble[3], la rue Bruller dans le 14e arrondissement de Paris.

Formation[modifier | modifier le code]

Jean Bruller fait ses études primaires et secondaires à l’École alsacienne à Paris.

Après le baccalauréat, il envisage de devenir chercheur et aurait voulu entrer à Supélec. Mais il échoue et se rabat sur l'École Breguet qui forme aussi des ingénieurs électriciens (ESIEE-Paris). Il obtient son diplôme d'ingénieur en 1923 avec médaille de bronze.

Mais il ne souhaite pas entrer dans l'industrie.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Dès 1921, il devient dessinateur humoristique et illustrateur dans la lignée de Gus Bofa. Il publie ses premiers dessins dans la revue Sans-Gêne grâce à Maxime Ferenczi que connaît son père. Il rédige ses premières chroniques Les Propos de Sam Howard dans l'hebdomadaire Paris-Flirt en 1923-1924 sous l'influence des Contes profitables d'Anatole France. Il signe ses dessins avec son pseudonyme Joë Mab. En 1923, il participe au Salon des humoristes[4] et, en juin de la même année, crée sa propre revue humoristique qu'il nomme L'Ingénu, en hommage à Voltaire. Il y dessine et rédige une chronique appelée Les Propos d'un Huron.

En 1924 il met fin à l'expérience pour suivre une formation d'officier de réserve à Saint-Cyr-Coëtquidan. Il fait ensuite six mois de service militaire à Tunis, jusqu'au printemps 1925.

De retour à Paris, le dessinateur répond à de nombreuses commandes publicitaires. Il travaille notamment chez Fernand Nathan pour le compte de Citroën. Il illustre ainsi l'album Frisemouche fait de l'auto décrivant les aventures de la citroënnette, modèle réduit créé par André Citroën pour séduire les parents par le biais de leurs enfants.

Il réalise son premier album (dessins et textes) en 1926 : 21 recettes pratiques de mort violente[5]. Il illustre en 1930 l'album pour enfants Patapoufs et Filifers, fable d'André Maurois sur les méfaits de la ségrégation.

En 1931, il se marie avec Jeanne Barrusseaud, le couple se séparant en 1948.

En contact avec des intellectuels de gauche tels que Romain Rolland, Jean Guéhenno ou Charles Vildrac, il prend conscience des méfaits du colonialisme comme le montrent sa bande dessinée Le Mariage de Monsieur Lakonik (1931) ou ses illustrations de Baba Diène et Morceau-de-Sucre (1937) de Claude Aveline[6].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pacifiste jusqu'en 1938, il est mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale à Mours-Saint-Eusèbe près de Romans au pied du massif du Vercors.

Il entre ensuite dans la Résistance, encouragé par Pierre de Lescure. Jean Bruller prend alors le pseudonyme de Vercors, nom dudit massif montagneux (sans savoir que celui-ci deviendra par la suite le théâtre d'événements liés à une branche de la résistance), selon un procédé utilisé par de nombreux résistants.

À l'automne 1941, il fonde avec Pierre de Lescure les Éditions de Minuit, maison d'édition clandestine et y publie sa nouvelle Le Silence de la mer le . Il est le concepteur du logo à l'étoile des Éditions de Minuit qui est utilisé à partir de 1945.

Membre du Comité national des écrivains (CNE), il fait partie, à la Libération, de la Commission d'épuration de l'édition mise en place par le comité, mais il en démissionne en en raison de l'indulgence de ses membres vis-à-vis des maisons d'édition par rapport aux sanctions requises à l'encontre des écrivains collaborateurs[7]. Il refuse dans le même temps de participer à l'établissement d'une « liste noire » et renvoie les auteurs au jugement de leur conscience.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

En guise de protestation contre la torture pratiquée en Algérie, Vercors renvoie en 1957 sa Légion d'honneur au Président de la République[8].

En 1960, il fait partie, avec Sartre, des signataires du Manifeste des 121 écrivains et artistes qui déclarent « le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie ». Il est membre de la rédaction du journal clandestin Vérité-Liberté[9] qui publie ce manifeste.

En 1963, il fait partie des soixante personnalités qui appellent à la création de la Ligue nationale contre la force de frappe[10].

Vercors dédie Le Silence de la mer « à la mémoire de Saint-Pol-Roux, poète assassiné » ; en effet, Saint-Pol-Roux est aussi un vieil homme qui meurt de chagrin en 1940 quand son manoir contenant tous ses textes inédits est pillé, peu après qu'un soldat allemand a violé sa servante et blessé sa fille, qui s'était interposée entre le poète et le soldat[11]. Tout comme Le Silence de la mer veut évoquer une résistance muette au bord des cris[12], cet homme qui meurt brisé est chargé de symboles et c’est à ce titre que le premier volume des Éditions de Minuit lui est dédié[13].

Vercors est aussi connu pour un roman philosophique, Les Animaux dénaturés, dont fut tirée la pièce Zoo ou l'assassin philanthrope. Il prend alors part en 1965 à une table ronde intitulée Qu'est-ce qu'un homme ? avec Jean Deschamps et Claude Piéplu[14].

Il meurt à Paris, au 58 quai des Orfèvres, dans la nuit du 9 au . Sa seconde épouse, Rita Barisse (1917-2001), a traduit en anglais certains de ses ouvrages.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de l'écrivain est déposé à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet à Paris.

Une plaque à la mémoire de Vercors et des Éditions de Minuit a été posée en 1992 sur le Pont des Arts, à Paris, par le Secrétariat d'État aux anciens combattants, en souvenir des exemplaires clandestins qui s'échangeaient sur ce pont sous l'Occupation.

Le , dans la commune de Villiers-sur-Morin, une plaque commémorative est apposée sur la maison que l'auteur a habitée durant 17 ans et dans laquelle il a écrit Le Silence de la mer et La Marche à l'étoile, et le pont enjambant le Grand Morin est baptisé « pont Vercors »[15]. Ce même jour, la ville voisine de Saint-Germain-sur-Morin nomme sa bibliothèque municipale en son honneur[15].

En 2018, l'artiste américaine Lutz Bacher présente The silence of the sea, en référence à la nouvelle de Vercors, pour l'inauguration de Lafayette Anticipations, lieu artistique à Paris conçu par Rem Koolhaas[16].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 21 recettes pratiques de mort violente précédées d'un Petit Manuel du Parfait Suicidé, chez l'artiste, 1926. Réédition : Rome, Portaparole, 2010.
  • Hypothèses sur les amateurs de peinture, 16 lithographies, chez l'artiste, 1927.
  • Un homme coupé en tranches, Paris, Paul Hartmann, 1929.
  • Le mariage de monsieur Lakonik, Paris, Paul Hartmann, 1930[17].
  • Nouvelle clé des songes, avec vingt aquarelles de l'auteur représentant les rêves typiques, Paris, Creuzevault, 1934.
  • L'enfer, 27 aquarelles, Paris, Aux Nourritures Terrestres, 1935.
  • Visions intimes et rassurantes de la guerre, Paris, Aux Nourritures Terrestres, 1936.
  • Silences, huit estampes dessinées, gravées, imprimées et coloriées à la main, Paris, Aux Nourritures Terrestres, 1937.
  • La Danse des vivants (1932-1938) :
    • Les Relevés Trimestriels, 12 fascicules, 120 dessins, Paris, Aux Nourritures Terrestres, 1932, 1933 et 1934[18].
    • Première suite aux Relevés Trimestriels, 20 dessins, Aux Nourritures Terrestres, 1935.
    • Les Relevés trimestriels no 15 et 16, 2 fascicules, 20 dessins, 1938.
  • La Danse des vivants, recueil des 160 dessins des Relevés trimestriels, édition critique établie par Alain Riffaud, Création et Recherche, Le Mans, 2000.

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Dessins dans Sans Gêne, Paris-Flirt, L'ingénu, Les Échos Parisiens, Le Rire, Fantasio, Allô Paris, Les Annales, Marianne, Vendredi (années 1920 et 1930).
  • Alphonse Crozière, Frisemouche fait de l'auto, Éditions enfantines Citroën, 1926.
  • Hermin Dubus, Pif et Paf, les deux garnements, Paris, Fernand Nathan, 1927.
  • Hermin Dubus, Pif et paf naviguent, Paris, Fernand Nathan, 1928.
  • Hermin Dubus, Pif et Paf chez les cannibales, Paris, Fernand Nathan, 1929.
  • Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres, paris, Fernan Nathan, 1929.
  • André Maurois, Deux fragments d'une histoire universelle, 1992, Paris, Paul Hartmann, 1929.
  • Edgar Allan Poe, Le Corbeau, chez l'artiste, 1929.
  • André Chamson, Compagnon de la nuée, Paris, Paul Hartmann, 1929.
  • Rudyard Kipling, Comédie en marge du monde, Paris, Paul Hartmann, 1930.
  • André Maurois, Patapoufs et Filifers, Paris, Paul Hartmann, 1930.
  • Rudyard Kipling, Puck de la Colline, Paris, Paul Hartmann, 1931.
  • 10 légendes en marge du livre, par S. Sylvestre de Sacy, Creuzevault, 1931.
  • Pétanque de Toulon, 1932.
  • Les Plaideurs, par Jean Racine, Les Bibliophiles du Palais, 1933.
  • Paul Silva-Coronel, Couleurs d'Égypte, 1935.
  • Baba Diène et Morceau-de-Sucre, par Claude Aveline (N.R.F., 1937), illustré de 30 dessins par Jean Bruller. Ouvrage naïf destiné à l'apprentissage du français par les Japonais.
  • Silence, suivi de Ombres et L'île de la fée par Edgar Poe, 1941 (traduction de Charles Baudelaire).
  • Les Stances du vieux matelot, par Samuel Coleridge, 1942 (traduction de Jean Bruller).
  • Reproductions de tableaux de maîtres par le procédé « La callichromie » (Léger, Braque, Monet, Renoir, Van Gogh, Picasso, Degas, Pissarro, Sisley…) (1952-1958).
  • Les Silences de Vercors, réunissant Silences, Ombres, Les Stances du vieux matelot, édition critique établie par Alain Riffaud, Le Mans, Création et Recherche, 2002.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le Silence de la mer, 1942.
  • La Marche à l'étoile, 1943 (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer[19]).
  • Ce jour-là, 1943 (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer).
  • Le Songe, 1943 (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer[20]).
  • L'impuissance, (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer).
  • Le Cheval et la Mort, 1944 (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer).
  • L'imprimerie de Verdun, 1945 (inclus dans le recueil de nouvelles Le Silence de la mer).
  • Les Armes de la nuit, 1946.
  • Les Yeux et la Lumière, Albin Michel, 1948[21].
  • La Puissance du jour, Albin Michel, 1951.
  • Sur ce rivage, I - III, Albin Michel, 1958-1960.
  • Clémentine, 1959.
  • Sept sentiers du désert, Presses de la Cité, 1972.
  • Le Piège à loup, 1979.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les Animaux dénaturés, Albin Michel, 1952.
  • Colères, Albin Michel, 1956.
  • Sylva, Grasset, 1961.
  • Quota ou les Pléthoriens avec Paul Silva-Coronel, Stock, 1966.
  • Le Radeau de la Méduse, Presses de la Cité, 1969.
  • Sillages, Presses de la Cité, 1972.
  • Comme un frère, Plon, 1973.
  • Tendre naufrage, Plon, 1974.
  • Les Chevaux du temps, Tchou, 1977.
  • Le tigre d'Anvers, Plon, 1986.
Cette œuvre regroupe en fait deux récits publiés en 1951 : Les Armes de la nuit et La Puissance du jour. C'est une réécriture de la même histoire dans des décors différents.
  • Le Grenier d'Armor, Michalon, 1997 (posthume).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Les propos de Sam Howard, recueillis par Joë Mab (1923-1924). Réédition : Rome, Portaparole, 2011.
  • Chroniques bibliophiles, La Quinzaine Critique (fin des années 1920), Arts et Métiers Graphiques (années 1930).
  • Le Sable du temps, essai, Emile Paul, 1945.
  • Les Mots, 1944., essai, Emile Paul, réédité par Actes-Sud, 1994.
  • Souffrance de mon pays, essai, Emile Paul, 1945.
  • Portrait d'une amitié, essai, Albin Michel, 1946.
  • Plus ou moins homme, essai, Albin Michel, 1948.
  • Les Pas dans le sable, essai, Albin Michel, 1954.
  • Les Divagations d'un Français en Chine, essai, Albin Michel, 1956.
  • P. P. C. Pour prendre congé, essai, Albin Michel, 1957.
  • Goetz (un écrit sur l'art), essai, Le Musée de poche, 1958.
  • Les Chemins de l'être, essai (échange de lettres avec Paul Misraki), Albin Michel, 1965.
  • La Bataille du silence, mémoires, Presses de la Cité, 1967.
  • Les Contes des cataplasmes, contes pour enfants, Rouge et Or, 1971.
  • Questions sur la vie à MM. les biologistes, essai, Stock, 1973.
  • Tendre Naufrage, 1974.
  • Ce que je crois, essai, Grasset, 1975.
  • Sens et non-sens de l'Histoire, essai, Galilée, 1978.
  • Je cuisine comme un chef, Seghers, 1976.
  • Camille ou l'enfant double, pour enfants, Rouge et Or, 1978.
  • Assez mentir !, essai, Ramsay, 1979.
  • Moi Aristide Briand : Essai d'autoportrait, essai, Plon, 1981.
  • Cent ans d'histoire : I. Moi, Aristide Briand, 1981, II. Les occasions perdues, 1984, III. Les nouveaux jours, 1985, Presses de la Cité.
  • Ann Boleyn, Perrin, 1985.
  • Costumes et décor de L'orphelin de Chine de Voltaire, mise en scène Jean Mercure, Comédie-Française, Paris, 1965.

Traductions[modifier | modifier le code]

Ouvrage collectif militant[modifier | modifier le code]

Sur Vercors[modifier | modifier le code]

  • Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955, Le devoir d'insoumission, Paris, IMEC éditions, 1994 (ISBN 9782908295207).
  • Vercors (Jean Bruller) et son œuvre, textes réunis par Georges Cesbron et Gérard Jacquin, Paris, L'Harmattan, 1999 (ISBN 2738480667).
  • Alain Riffaud (éd.), Vercors, Le Silence de la mer et autres œuvres, Paris, Omnibus, 2002 (ISBN 9782258058521).
  • Alain Riffaud, Vercors. L'homme du silence, Roma, Portaparole, 2014 (ISBN 9788897539353).
  • Alain Riffaud, Le Petit Louis. Souvenirs d'enfance, Arles, Portaparole, 2017, (ISBN 978-88-97539-60-5).
  • Eva Raynal, Une réactualisation des figures mythiques de l'aller-retour chez Alfred Döblin, Jorge Semprún et Vercors. Thèse de doctorat soutenue à l'Université d'Aix-Marseille, dir. Alexis Nuselovici, novembre 2019.
  • Nathalie Gibert, Vercors - Un parcours intellectuel, Paris, L'Harmattan, 2021 (ISBN 978-2-343-22281-3).
  • Sur Jean Bruller artiste :
    • Catalogue Jean Bruller, éditions Arts-Plus, 1990.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le jour du centenaire de la naissance de Vercors, le , une plaque commémorative a été apposée sur le pont des Arts. Ce choix a été fait principalement pour deux raisons. Il s'agit d'une commémoration historique. Le pont des Arts est le lieu où, en 1943, Vercors a rencontré Jacques Lecompte-Boinet, chef du mouvement Ceux de la Résistance, pour lui remettre des exemplaires de plusieurs ouvrages des Éditions de Minuit (parmi lesquels le premier ouvrage publié chez l’éditeur, Le Silence de la mer) destinés au général de Gaulle[22]. À cela s’ajoute un hommage littéraire : dans La Marche à l'Étoile, Vercors raconte la vie de Thomas Muritz, jeune Hongrois nourri de la culture française qui traverse l'Europe vers la France, qui est pour lui cette terre de Justice et de Liberté. Plus précisément, l'objectif du héros est de rejoindre le fameux, l'unique Pont des Arts, merveille parisienne. Arrivé, après un mois de périple dans un continent tourmenté par la guerre, devant le Pont, il s'enflamme pour ce Pont, un « point du monde où l'on embrasse à la fois […] l'Institut, le Louvre, la Cité et les quais aux bouquins, les Tuileries, la butte latine jusqu'au Panthéon, la Seine jusqu'à la Concorde[23] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives Paris.
  2. Catalogue général de la BnF.
  3. À dire vrai : Entretiens de Vercors avec Gilles Plazy, Paris : F. Bourin, 1991.
  4. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 213.
  5. Titre original : 21 Recettes pratiques de mort violente, à l’usage des personnes découragées ou dégoûtées de la vie pour des raisons qui, en somme, ne nous regardent pas précédées d’un Petit manuel du Parfait Suicidé par J. Bruller, usager des chemins de fer de l’État, album de 21 dessins coloriés au pochoir, 1928.
  6. Nathalie Gibert, « VERCORS [BRULLER Jean, Marcel, Adolphe dit] », sur maitron.fr, 8 février 2016, dernière modification le 4 juillet 2022.
  7. Gisèle Sapiro, « Jean Bruller dit Vercors », sur museedelaresistanceenligne.org (consulté le ).
  8. « Vercors renvoie sa Légion d'honneur au Président de la République », Le Monde,‎
  9. Hervé Hamon et Patrick Rotman, Les Porteurs de valises : la résistance française à la guerre d'Algérie, Paris, Éditions du Seuil, , 440 p. (ISBN 2-02-006096-5 et 9782020060967, OCLC 461675909), p. 240.
  10. « Une « Ligue nationale contre la force de frappe » est créée », Le Monde,‎
  11. Bien que plusieurs versions de l’attaque existent, dont celle de Divine Saint-Pol-Roux elle-même en 1944 dans le Figaro littéraire (lire en ligne : http://www.lavieb-aile.com/article-sur-la-piste-de-saint-pol-roux-un-temoignage-et-quelques-images-114950176.html), Vercors en prend connaissance en 1942 (voir : http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/regardscroises/S.html).
  12. Nathalie Gibert-Joly. Lire en ligne : http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/silencemer.html#V.
  13. Selon Nathalie Gibert-Joly (http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/regardscroises/S.htm) ou encore Le Petit Littéraire, note p. 2 (http://www.lepetitlitteraire.fr/telechargement/preview/2335).
  14. Françoise Kourilsky et Patrick Poidevin, Le Public et la crise du théâtre, in Théâtre populaire no 53, 1er trimestre 1964, p. 43
  15. a et b Georges Blond, « Hommage ensoleillé à l'auteur du « Silence de la mer » : pour saluer Vercors », sur Le Parisien, Paris, (consulté le ).
  16. « Lafayette Anticipations : autant en emporte Lutz Bacher », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Christian Marmonnier, « Le Silence de Lakonik », BoDoï, no 30,‎ , p. 10.
  18. Critiques par Pierre Mornand dans Le Bibliophile no 1, 5, 6, 1932-1934. Les premiers Relevés sont publiés chez l'artiste, à Paris, 20, rue Le Verrier et sont vendus à la Librairie Champion.
  19. Vercors (postface Yves Beigbeder), Le silence de la mer : et autres récits, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », (réimpr. 2013, 2014), 187 p. (ISBN 978-2-253-00310-6 et 2-253-00310-7, OCLC 819142356) — La couverture porte : « suivi de La Marche à l'étoile », sans mention des autres récits.
  20. Vercors, Le Silence de la mer et autres récits, Paris, Albin Michel, , 192 p. (BNF 31557451, lire en ligne), p. 189 — Avec « en guise de préface » : Désespoir est mort. Les autres récits sont : Ce jour-là ; Le Songe ; L'Impuissance ; Le Cheval et la mort ; L'Imprimerie de Verdun.
  21. Critique de l'ouvrage par André Wurmser dans Les Lettres françaises no 238 du 16 décembre 1948, p. 3.
  22. Musée de la Résistance nationale, en partenariat avec le centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Créteil, « Résistance : bulletin pédagogique annuel » [archive] [PDF], 2012-2013 (consulté le ), p. 18.
  23. La Marche à l'Étoile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de données et dictionnaires[modifier | modifier le code]