Jean Boyer (homme politique, 1937)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Boyer
Illustration.
Fonctions
Sénateur français

(13 ans, 1 mois et 11 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
Circonscription Haute-Loire
Groupe politique UCR (2011-2012)
UDI-UC (2012-2014)
Maire de Blanzac

(24 ans, 2 mois et 28 jours)
Successeur Jean-Marc Boyer
Conseiller général de la Haute-Loire

(35 ans, 11 mois et 24 jours)
Circonscription Canton de Saint-Paulien
Prédécesseur Joseph Berthold
Successeur Michel Joubert et Marie-Pierre Vincent
Conseiller régional d'Auvergne

(11 ans, 11 mois et 27 jours)
Biographie
Date de naissance (85 ans)
Lieu de naissance Puy-en-Velay (Haute-Loire)
Nationalité Française
Parti politique UDF-CDS
UDI-NC
Profession Exploitant agricole
Résidence Blanzac

Jean Boyer (homme politique, 1937)
Sénateurs de la Haute-Loire

Jean Boyer, né le [1] au Puy-en-Velay (Haute-Loire)[2], est un homme politique français membre du parti Les Centristes (LC).

Biographie[modifier | modifier le code]

Exploitant agricole[1] à Blanzac, près de Saint-Paulien (Haute-Loire), il débute dans les années 1970 une carrière d'élu local. Maire de Blanzac de 1971 à 1995[2], il devient en 1979 conseiller général (DVD) du canton de Saint-Paulien[2] puis, en 1985, vice-président du conseil général de la Haute-Loire[2], présidé alors par le centriste Jacques Barrot (UDF-CDS). Il a également été membre du conseil régional d'Auvergne de 1986 à 1998[3].

Parallèlement à ses activités politiques, il exerce diverses fonctions au sein des organisations professionnelles agricoles. Vice-président de la Mutualité sociale agricole (1983)[2], président du Conservatoire botanique national du Massif Central de Chavaniac-Lafayette (1996-2003)[2], il est nommé en 1996 membre du Conseil économique et social, dont il préside la section de l'agriculture et de l'alimentation jusqu'en 2001[2].

Candidat DVD aux élections sénatoriales de 2001, il défait le sortant Guy Vissac (RPR) et devient sénateur de la Haute-Loire[1]. Au Sénat, il se spécialise dans les questions agricoles et rejoint le groupe de l'Union centriste (UC)[1], dont il est élu vice-président[4]. En 2011, après avoir abandonné la vice-présidence du conseil général, il annonce son intention de briguer un nouveau mandat parlementaire[5]. Il est réélu sénateur et élu secrétaire du Sénat en .

Membre de la Nouvelle UDF dans les années 2000, il rejoint par la suite le Nouveau Centre, et participe en 2010 à la fondation de la fédération de Haute-Loire du parti centriste[6].

Jean Boyer est chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et commandeur du Mérite agricole[2].

Il annonce en son intention de quitter le Sénat au 1er octobre suivant afin de permettre l'élection de son suppléant, Olivier Cigolotti[7]. Il démissionne en fait le [8], ouvrant ainsi la voie à une élection sénatoriale partielle en Haute-Loire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Source : fiche sur le site du Sénat.
  2. a b c d e f g et h Source : notice Who's who.
  3. Source : site de Jean Boyer.
  4. Source : article du Progrès
  5. Source : article de Zoom d'ici
  6. Source : article de Zoom d'ici.
  7. [1], Le Progrès, 10 janvier 2014
  8. Journal officiel du 5 novembre 2014, texte n° 91

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]