Jean Boyé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Boyé
Jean Boyé.jpg

Jean Boyé en .

Naissance
Décès
(à 67 ans)
Cahors
Nationalité
Activité
Formation
Académie Julian, notamment
Maître
Mouvement
Site web
Compléments

Jean Boyé, né à Lalinde (Dordogne), le 7 juillet 1929 et mort le 29 juin 1997 à Cahors, est un artiste peintre français, et plus précisément sarladais (région du Périgord noir au sud-est du département de la Dordogne)[2],[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Très jeune, la passion du dessin[modifier | modifier le code]

La passion du dessin est venue très jeune à Jean Boyé. Ainsi, dès l'âge de 17 ans il dessina et durant toute son existence, il s’y est consacré. Il n’était pas le premier artiste dans sa famille puisque son grand-père, Julien Mallet, était ferronnier d'art. Il réalisa notamment les grilles du château des Milandes. C'est sans doute de lui qu’il tenait certaines dispositions qui devinrent une véritable vocation.

Une formation exigeante[modifier | modifier le code]

La formation de Jean Boyé fut approfondie et ses professeurs nombreux. À Périgueux, Il fut l'élève de Julien Saraben qui lui enseigna la technique, lui apprit la patience et lui donna le goût du labeur[2].

Ensuite, il a travaillé avec Maurice Albe, son maître tant sur le plan du dessin que de la peinture[2]. Leur rencontre se fit par hasard. Revenant de Périgueux en compagnie de son père, ils s’arrêtèrent à Saint-Félix de Reilhac pour faire quelques croquis de ce village. Arrivés à Sarlat, ils allèrent chez les parents d'Alain Carrier qui tenaient le Café du Palais près de la poste ; leur fils, affichiste, graphiste, était là, il regarda les esquisses de Jean Boyé et lui présenta Maurice Albe.

Le Périgord Noir[modifier | modifier le code]

Pendant trois ans, il parcouru, avec Maurice Albe ce chantre de la société rurale du Périgord noir, routes de campagne et chemins creux, le chevalet sur l'épaule.

Jean Boyé garda de ces pérégrinations dans le Périgord noir, le gout des toitures en triangle et en pierres, des collines couvertes de bois et des causses parsemés de ruines. Toute sa vie, il restera profondément attaché à ses racines dont l'écrivain américain Henry Miller, lui écrira en 1952, qu’il était « le berceau d'une race d'hommes qui devrait, qui doit renaître. Nous avons perdu tout depuis le Cro-Magnon »[5],[6].

L’arrivée à Paris[modifier | modifier le code]

En 1950, Jean Boyé décida, pour parfaire ses connaissances, de s’installer à Paris. Il commence par fréquenter les musées et les expositions du moment où il cherche des compléments indispensables pour parfaire sa culture artistique.

Pendant ces mois de travail, il réalise notamment des nus. Il fait aussi des copies (antiquité, tableaux) au musée du Louvre.

C’est à Paris aussi qu’il découvre les arts primitifs dont il se sent très proche, notamment celui de la Polynésie. Mais bientôt, admis à l'Académie Julian, il entre dans la classe de dessin du sculpteur Jacques Zwobada, disciple de Rodin, et dans celle de Jules Cavaillès pour la peinture.

Il fréquente également l'atelier de croquis de la Grande-Chaumière. Une suite de nus au fusain provient de cette période.

Au cours de l’année 1953, attiré par l'art antique et la peinture de la Renaissance italienne, il se rend à Rome. Il y reste deux mois, le temps de se familiariser avec le travail des artistes de cette époque.

À son retour, Jean Boyé dessine au fusain de grands paysages inspirés par les vallées de la Beune, site typique du Périgord. Dans leur conception et leur réalisation, il intègre les principes essentiels acquis au cours des années précédentes.

La rencontre avec Roger Bissière[modifier | modifier le code]

En juin 1950, il découvre des peintures et des tapisseries de Roger Bissière, lors d'une exposition chez René Drouin place Vendôme, à Paris. Il est intensément séduit par son art novateur si bien qu'en août de la même année, il s'empresse de lui rendre visite à Boissiérette dans le Lot[7]. Il le rencontrera plusieurs fois jusqu'en 1953[8]. L'admiration pour le travail de l'artiste est alors complétée par l'amitié pour l'homme et pendant plusieurs années, il bénéficie de ses conseils.

C’est ainsi que Bissière l’influencera. Il dira à ce propos : « on est toujours influencé par ceux qu'on rencontre et par les travaux successifs qu'on exécute ». Peu à peu, à partir de ses dessins très structurés et avec l'apport de la couleur, sa technique a pris de l'envol avec des horizons plus larges qui participent à la fois du figuratif et du non figuratif.

À la même époque, Jacques Lassaigne, historien et critique d'art, originaire du Périgord, vivement intéressé par ses travaux, l'encourage et le fait exposer dans la galerie du Faubourg Saint-Honoré à Paris, chez Armand Drouant.

Plus tard, son inspiration se nourrira également de la symbolique attentivement étudiée dans les églises romanes et dans l'architecture paysanne de sa région natale.

Enfin, pour compléter ces années d'apprentissage, il s'inscrivit au cours supérieur d'arts et techniques graphiques de l'école Estienne et à celui de dessin animalier au Muséum d'histoire naturelle de Paris.

Formation[modifier | modifier le code]

  • École de dessin de Périgueux, élève de Julien Saraben et de Maurice Albe
  • Académie Julian Paris, élève du sculpteur Jacques Zwobada pour le dessin et du peintre Jules Cavaillès
  • Académie de la Grande-Chaumière Paris, atelier de croquis
  • Rencontre en 1950 dans le Lot du peintre Roger Bissière dont il reçoit les conseils pendant quelques années
  • Études d'art antique à Rome
  • Copies au Musée du Louvre
  • Copies des tapisseries de la Dame à la Licorne
  • Cours de dessin animalier au Museum d'Histoire Naturelle Paris
  • Cours supérieur d'arts et de techniques graphiques École Estienne Paris
  • Collaboration à l'atelier de lithographie du groupe Espace-demain Laurière Dordogne

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Zoom sur l'œuvre[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Un style éclectique[modifier | modifier le code]

Sur le plan technique, Jean Boyé a tout d'abord utilisé la mine de plomb, puis la pierre noire, la sanguine, le pastel, l'aquarelle et bien sûr la peinture à l'huile. Quant à sa méthode de travail elle était simple et normale. Il allait sur le motif faire une ébauche qui était ensuite construite et mûrie dans son atelier. Tous les jours, il dessinait, un peu comme un pianiste fait ses gammes quotidiennes, pour ne pas perdre la main et rester en contact permanent avec le métier.

Au niveau des sujets, il a peint les pinèdes du Languedoc[9] où il a aussi résidé. Les étangs, la mer et le Périgord étaient également au menu. Régulièrement, il revenait en Dordogne reproduire ses paysages principalement ceux du Sarladais.

Dans son ouvrage consacré aux peintres du Périgord, Jean Michel Linfort écrit à propos des œuvres que Jean Boyé a consacré à la nature : « dans sa décantation de l’espace, Jean Boyé n’ausculte plus les conventions extrêmes » du paysage et « l’engloutissement habituel du décor dévoré par son reflet. Il spécule sur la fragmentation d’un paysage qu’il décrit dans des géométries nouvelles et allusives. Le rythme l’emporte ici sur la perspective »[10].

Ce style s’enracine dans un terroir Sarladais mais en cherchant à le déstabiliser par la recherche de nouvelles formes. C’est ainsi que sous l’influence de son maître cubiste, Maurice Albe, Jean Boyé « simplifie la gamme pour toucher l’arbre dans ses parties vives. Les couleurs primaires, le bleu et le jaune travaillent plus dans le contraste que dans les mélanges. L’artiste créée une surface visuelle dont la profondeur est brouillée et la verdure traitée en quelques traces. Entre espace et matière, la couleur s’identifie au motif[11]. »

Dessinateur et pastelliste de talents, il souligne par une « ligne à peine ébauchée » l’impérialisme du contour «  et son langage propre ». Dessin en main, « Boyé est l’homme de la réticence : coloriage limité », espace à mi-chemin de « la construction et de la déconstruction. La conception de de l’espace reste dominée par la ligne, instrument d’une figuration où la couleur monochrome lui laisse le champ libre ». Il en résulte que la silhouette « garde sa prépondérance, lui accordant la solitude plutôt que la profusion[12]. »

Un homme de culture[modifier | modifier le code]

Son œuvre, essentiellement figurative, sera marquée par ses études classiques. Ainsi, si l'art abstrait l'attira un certain temps, notamment durant sa période Bissière, il revint vite au figuratif qui était sa véritable inclination. Néanmoins, il appréciait beaucoup le travail des cubistes. Il l’avait d’ailleurs traduit dans son travail souvent très géométrisé.

Il était également passionné de cinéma, amateur notamment du néo-réalisme italien. Il affectionnait les images en noir et blanc dans le style des actualités de guerre. Il en aimait le gros grain comme s'il s'agissait d'un travail sur pierre lithographique ou au fusain. Presque à la même époque parait le très beau livre de photos de William Klein sur New-York, photos esthétiquement très proche de cette conception.

Il s’intéressait également à la mise en page, la calligraphie[13]. Pour se perfectionner, il suivra des cours à l'École Estienne.

Ses amis artistes[modifier | modifier le code]

Enfin, il a bien connu François Augiéras, écrivain[14] et peintre[15]. Leur rencontre date de 1947 à Périgueux[16]. Avec les peintres : Marcel Loth et Guy Célérier[17], l'écrivain Paul Placet et François Augiéras, ils formaient un petit groupe d’amis. Leurs rencontres furent marquées par l’apport de chacun, un enrichissement mutuel, mais également une vive effervescence sur le plan des idées[18],[19]

Ce groupe se rencontra fréquemment en Périgord. L'art moderne, la musique, l’écriture sont l'objet de longues discussions où s’échafaudent leurs théories. Les discussions sont âpres car les esprits sont exigeants[20].

Après quelques années, au gré des hasards de la vie, le groupe se désagrège, chacun choisissant sa voie ; cependant les longues et diverses correspondances, les rencontres en Dordogne permettent à chacun de conserver des relations privilégiées.

L’idéal d’une humanité retrouvée[modifier | modifier le code]

Tout au long de ces années, tandis qu’avec ses amis, Jean Boyé s’évertuaient à commenter sensiblement les motivations des créateurs, il continua à peindre et à dessiner. Disparu maintenant, son œuvre forme une somme traçant, à travers la diversité des supports et des techniques, une ambition qui mêle à un paysage classique, une forme rigoureusement structurée et servant l’idéal d’une humanité retrouvée.

Expositions et salons[modifier | modifier le code]

Expositions réalisées de 1947 à 1997[21] :

  • Sociétaire du Salon des Artistes Indépendants Paris
  • Salon d'Automne Paris[22]
  • Salon des Surindépendants Paris
  • Salon de l'Île-de-France Bourg-la-Reine
  • Biennale du Noir et Blanc la Garenne-Colombes
  • Salon des Beaux-Arts de la Dordogne Périgueux
  • Salon Art 24 Périgueux
  • Salon National de peinture Souillac Lot
  • Salon du Musée de Frontignan Hérault
  • Salon International d'Arts plastiques Bédarieux Hérault
  • Salon de peinture de Montélimar Drôme
  • Salon Ville de Clairac Lot et Garonne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Fonds Departemental d'Art Contemporain indique à la biographie de Marcel Loth, peintre périgourdin qui a exposé partout en France : « Marcel Loth a déjà exposé à Bordeaux et à Paris lorsqu'il présente pour la première fois ses œuvres à Périgueux en 1947, grâce à René Vincent. Année charnière qui lui permet de rencontrer Maurice Albe, Jean Boyé et nombre de personnalités phares de la vie artistique et littéraire du Périgord, Célérier, Augiéras, Fanlac, Prugent, Laforest, Sarabin, Dessalles-Quentin et Paul Placet ».
  2. a, b et c Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, Éditions Fanlac, octobre 2003.
  3. Nécrologie parue dans la Dépêche, le 1er juillet 1997.
  4. Nécrologie rédigée par Paul Placet, Jean Boyé : Une passion pour le Sarladais, L'essor Sarladais, 18 juillet 1997.
  5. http://www.jeanboye.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=87&Itemid=75
  6. Le Journal du Périgord, 30 ans après, l’hommage à François Augiéras, écrivain et peintre Périgourdin, 1928-71, no 72, janvier 2011.
  7. Témoignage de Jean Boyé sur sa rencontre avec Roger Bissière en 1950.
  8. Evocation de cette rencontre entre Roger Bissière et Jean Boyé et François Augiéras en 1952 par Véronique Merlin-Anglade, Conservateur du Musée du Périgord dans le texte : « À propos des œuvres présentées au Musée du Périgord », à l’occasion de l’exposition sur François Augiéras du Musée du Périgord, du 13 janvier au 25 février 2001, Bibliothèque municipale, Centre culturel de la Visitation.
  9. Livre de Claude Garcia-Forner, Poète et Critique d'Art qui présente 81 poèmes réunis dans son dernier recueil intitulé : « Rayon Bleu » édité chez Sauramps Éditions - Montpellier et illustrés par des peintres méditerranéens dont Jean Boyé.
  10. Le Périgord des peintres » par Jean-Michel Linfort (Éditions Fanlac), 2010, pages 217 et 218.
  11. Le Périgord des peintres » par Jean-Michel Linfort (Éditions Fanlac), 2010, page 156.
  12. Le Périgord des peintres » par Jean-Michel Linfort (Éditions Fanlac), 2010, page 116.
  13. À ce titre, il publia avec Marie-Andrée Mourgues : Mary D « En Ce Temps-Là...le Périgord » - Jean Boyé. Jean boyé Couleurs Des Mots Grand In-8 Broché 1° Édition 1991 En frontispice un bois gravé de Maurice Albe . XIX° d'un tirage à 300 exemplaires . - 32 p. , 100 g. Recueil de Poésie.
  14. Exposition sur François Augiéras, écrivain et peintre, bibliothèque municipale de Lyon : « Un barbare en occident », du 7 au 30 juin 1990. Jean Boyé cité par Georges Monti, Directeur des éditions « Le temps qu'il fait » dans son article sur « La peinture d’Augiéras »
  15. Lettre de François Augiéras à Jean Boyé du 8 mars 1957 évoquant le travail artistique de Jean Boyé et celui de ces artistes régionalistes qui s’attachèrent à faire vivre en Périgord, après guerre, une peinture figurative modernisée.
  16. Récit de cette rencontre et de l’amitié qui s’en est suivi dans « Augiéras, le peintre », textes de Claude-Michel Cluny et Paul Placet, Collection : Les irréguliers, Éditions de la Différence, 2001, pages 145 et suivantes.
  17. Sur la 4e de couverture de « La Chasse fantastique » de François Augiéras, Préface de Paul Placet, éditeur : Éditions Phalène (décembre 1984) Collection : Le Théâtre du Berger, il est reproduit une photo de Guy Célérier sur laquelle apparait François Augiéras et Jean Boyé au sommet d’un monticule.
  18. Colloque de Bordeaux sur François Augiéras, L'écrivain ou le philosophe - L'écrivain et le peintre, du 3 au 20 avril 1991, textes, conférences – débats, exposition, salle «Les Essais ». Soirées conférences-débats : - Mercredi 10 avril 1991 – « Augiéras, l’écrivain ou le philosophe ». Intervenants : Jean Boyé, peintre, Pierre Fanlac, éditeur et écrivain, Jacques Monférier, professeur de Littérature française. Georges Monti, éditeur, Paul Placet, Président de l'Association des Amis de François Augiéras, écrivain. Bruno Roy, éditeur, Pierre Veilletet, écrivain et journaliste, André Velter, écrivain, producteur Radio-France, France Culture. Joël Vernet, écrivain, producteur Radio-France, France Culture. - Jeudi 11 avril 1991 – « Augiéras, l’écrivain et le peintre ». Intervenants : Jean Boyé, Marcel Loth, peintre. Paul Placet, Bruno Roy, Pierre Veilletet, Joël Vernet.
  19. Jean Boyé cité dans la Bio-bibliographie de François Augiéras (1925-1971), Écrivain et peintre, parue lors de l’exposition du Musée du Périgord, du 13 janvier au 25 février 2001, Bibliothèque municipale, Centre culturel de la Visitation. À propos des œuvres présentées au Musée du Périgord, évocation également par Véronique Merlin-Anglade, Conservateur du Musée du Périgord, de la rencontre par Jean Boyé et François Augiéras de Roger Bissière en 1952.
  20. Le Journal du Périgord, revue mensuelle, no 72, janvier 2011, « 30 ans après, l’hommage à François Augiéras, écrivain et peintre Périgourdin, 1928-71 ». Evocation du groupe de peintres formé en 1948 par François Augiéras, Jean Boyé, Guy Célérier et Marcel Loth.
  21. Expositions réalisées de 1947 à 1997
  22. L’histoire du salon d’Automne de 1903 à nos jours par Patrick-F. Barrer, les Éditions Arts et Images du Monde, 1992, Jean Boyé cité comme exposant (à l’époque au Grand Palais) lors du Salon d’Automne chaque année depuis 1980.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :