Jean Benoit-Lévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Benoît-Lévy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoit-Lévy.
Jean Benoit-Lévy
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 71 ans)
Paris
Profession Réalisateur, producteur

Jean Benoit-Lévy est un producteur de cinéma et un réalisateur juif[1] français, né le à Paris, ville où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Neveu d'Edmond Benoit-Lévy, qui a ouvert l'Omnia-Pathé sur les grands boulevards, à Paris, en 1905, la première salle de cinéma non foraine, Jean Benoit-Lévy poursuit l'engagement en faveur du cinéma éducatif, initié par son oncle.

Devenu dans l'entre-deux-guerres le cinéaste attitré de la Troisième République, il réalise, principalement dans les années 1920, près de 400 courts, moyens ou longs métrages à des fins d'éducation populaire, commandités par les cinémathèques du ministère de la Santé, de l'Agriculture et de l'Enseignement professionnel. Il milite au sein d'institutions en lien avec la Société des Nations, comme l'Institut de coopération intellectuel, espérant faire du cinéma un agent d'éducation à visée humaniste.

Passant au long-métrage au début des années trente, ses films, parfois coréalisés avec Marie Epstein, reprennent le plus souvent les problématiques des films précédents. Obligé d'émigrer aux États-Unis sous l'Occupation, en raison de ses origines juives, il rejoint les intellectuels, tels Henri Focillon ou Jacques Maritain, français et belges, qui ont trouvé accueil au sein de la New School for Social Research et ont fondé l'École libre des hautes études, une université dont les diplômes sont reconnus par la France libre du général de Gaulle. Aux lendemains de la guerre, Jean Benoit-Lévy accepte des responsabilités à l’Organisation des Nations unies, il ne rejoindra le territoire français qu'au début des années cinquante, pour mettre en scène vingt-cinq ballets filmés spécialement pour la télévision française.

Il a fait partie du jury des longs métrages au Festival de Cannes 1949.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Scénariste

Publication[modifier | modifier le code]

  • Jean Benoit-Lévy, Les Grandes Missions du cinéma, Montréal, Parizeau, 1945 (notice BnF no FRBNF12439559)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Vignaux, Jean Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur dans l'entre-deux-guerres en France, Paris, AFRHC, 2007 (ISBN 9782913758728)

Liens externes[modifier | modifier le code]