Jean Baltus (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Baltus
Jean Baltus 1933 b.png

Jean Baltus en 1933

Naissance
Décès
Autres noms
Pseudonyme : Web
Nationalité
Activité

Jean Baltus (né le à Lille et mort le (à 66 ans) à Saint-Rémy-de-Provence) est un peintre français de la première moitié du XXe siècle, qui fut le peintre des Alpilles en Provence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Baltus est fils du professeur Ernest Baltus (1851-1937), physiologiste, qui sera doyen de la faculté libre de Lille, et de Marthe Chayet (1857-1936), née en Provence[1].

Il expose dès 1905 au Salon des indépendants à Paris. Grand ami du docteur Edgar Leroy, proche d’Auguste Chabaud, de Charles Mauron et Marie Mauron, ainsi que de Théo Varlet, il vit à Saint-Rémy de 1912 à 1941, période durant laquelle il produit de nombreuses œuvres inspirées des paysages de Provence. Il traduit la beauté et la lumière des Alpilles sous toutes leurs formes[2].

Jean Baltus fut un acteur marquant de la vie artistique à Saint-Rémy-de-Provence lors de la première moitié du XXe siècle[3].

  • 1880 : Jean Baltus nait le 27 novembre 1880, 2e enfant d’une fratrie de neuf.
  • 1886 : Atteint d'une diphtérie à l’âge de 6 ans, il guérit mais garde une santé fragile.
  • 1891-98 : Études chez les pères jésuites à Lille. 
  • 1905 : 1re exposition aux Indépendants (25 ans).
  • 1907 : Il obtient une bourse de voyage et va en Italie et en Tunisie. Il vit rue Guénégaud et travaille dans un atelier rue Notre Dame des Champs à Paris. 
  • 1912 : Installation à Saint-Rémy-de-Provence. 
  • 1915 : Disparition à la guerre de ses 2 jeunes frères André et Paul, âgés respectivement de 27 et de 21 ans. Réformé, Jean a alors 35 ans.  
  • 1934 : Exposition en avril à Carpentras consacrée à son œuvre, 43 tableaux exposés.  
  • 1941 : A 61 ans, gravement malade, il est soigné par sa sœur Suzanne à Graveson, en Provence.  
  • 1946 : Jean Baltus meurt le 16 décembre 1946 à l’âge de 66 ans, et est enterré à Tarascon dans le caveau des Chayet  

Une avenue de Saint-Rémy-de-Provence perpétue le souvenir de son nom.

Une exposition lui est consacrée en 2016 au Musée des Alpilles[4], accompagnée d'un catalogue[5] qui décrit sa vie et illustre une centaine de ses œuvres.

Les descendants de Jean Baltus entretiennent une page communautaire[6] dédiée à son actualité.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'adolescence[modifier | modifier le code]

Caractérisée par des animaux fantasmagoriques dont il aimait raconter les aventures, utilisant un langage codé qu'il partageait avec son frère Joseph et André Chevrillon, futur académicien français.

  • Roumi-pchat, illustrations d'album - 1896
  • Le "Kifeu"

La période parisienne (1900-1912)[modifier | modifier le code]

Jean Baltus croque souvent des personnages dans des cafés ou dans la rue. C'est pendant cette période qu'il signe ses œuvres du pseudonyme de WEB[7].

  • Scènes de la vie parisienne[8]
  • Cake walk - 1905
  • Le passant de Bruxelles, dessins - 1912

Jean Baltus peint également ses premiers paysages lors de séjours répétés en Provence :

  • Printemps - 1909
  • Le vieux Barbentane - 1909
  • Rue à Villeneuve-les-Avignon - 1910
  • Adieu à la Montagnette la veille de mon départ - 1910
  • Route de Maussane

La période provençale (1912-1941)[modifier | modifier le code]

Installation à Saint-Rémy-de-Provence[9]. C'est la période la mieux connue, presque au jour le jour.

Saint-Paul de Mausole, Saint-Rémy-de-Provence

Sa production, dominée par des sépias, est presque exclusivement constituée par des paysages, pratiquement vides de tout personnage.

  • St Paul de Mausole, 3 cyprès
  • Cyprès solitaire
  • Istres
  • Saint Rémy
  • Gorbio
  • Alpines
  • Graveson
  • Le cyprès et l'amandier en fleurs
  • Route d'Eygalières à Orgon - 1920
  • La maison du laitier au clair de lune - 1927
  • Le Gros Ormeau de Saint-Rémy-de-Provence - 1928
  • Lever de lune au-dessus du vallon de Saint-Clair - 1933
  • Le Cagadou - 1934
  • Couvent de Saint Paul à Saint-Rémy-de-Provence
  • Vallon des Peiroulets
  • L'amandier tordu devant les Alpilles
  • Le chemin du Mazet de Céline
  • Cyprès et oliviers à Citis
  • Pics du vallon à l'Est des Fontettes

C'est la période où Jean Baltus a aussi une production photographique dont quelques clichés sont conservés dans le fonds photographique Jean Baltus du Musée des Alpilles à Saint-Rémy.

Expositions[modifier | modifier le code]

Musée des Alpilles, Saint-Rémy-de-Provence
  • 1900 : Ecole des beaux-arts, Lille
  • 1905 : 1re exposition au Salon des Indépendants[10], Paris
  • 1911 : 1re exposition à la Société Nationale des Beaux Arts[11], Paris
  • 1927 : Musée Calvet, Avignon
  • 1930 : Salon des Treize, Avignon
  • 1931, 1932 : Galerie Montsallut, Lille
  • 1933-1936 : Salon des Amis des Arts, Avignon
  • 1934 : Musée de Carpentras
  • 1934 : Musée Arlaten, Arles
  • 1936 : Salon des Amis des Arts, Nîmes
  • 1939 : Salon du Groupe des Indépendants d'Avignon
  • 1940 : Musée Calvet, Avignon
  • 1941 : Salon des Treize et des Indépendants d'Avignon

Depuis sa mort, plusieurs expositions lui ont été consacrées à Saint-Rémy-de-Provence :

  • 1947 : Exposition rétrospective de Jean Baltus, Maison des Jeunes
  • 1997 : Cinquantenaire du décès de Jean Baltus, Bibliothèque Joseph Roumanille
  • 2016 (30 avril - 31 décembre) : Jean Baltus, peintre des Alpilles (1880-1946), Musée des Alpilles

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Association des amis de Jean Baltus
  2. Musée des Alpilles
  3. Journal d’information de la ville de Saint-Rémy-de-Provence
  4. Exposition Jean Baltus, peintre des Alpilles (1880 - 1946)
  5. « Jean Baltus - Catalogue », sur amisjeanbaltus.free.fr
  6. « Jean Baltus (peintre) », sur Facebook.com
  7. Gerald Schurr, Dictionnaire des petits maitres de le peinture 1820-1920, page 96
  8. Catalogue Drouot
  9. Edgar Leroy
  10. Dominique Lobstein, Dictionnaire des Indépendants 1894-1914, Dijon, l'échelle de Jacob,
  11. Archives Nationales F 21 4288, 1/5/1911