Jean Baltus (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Baltus
Jean Baltus 1933 b.png
Jean Baltus en 1933
Naissance
Décès
Autres noms
Pseudonyme : Web
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Jean Baltus (né le à Lille et mort le (à 66 ans) à Saint-Rémy-de-Provence) est un peintre français de la première moitié du XXe siècle, qui fut le peintre des Alpilles en Provence.

Il fut un acteur marquant de la vie artistique à Saint-Rémy-de-Provence lors de la première moitié du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Baltus naît le . Il est le deuxième d’une fratrie de neuf.

Il est le fils du professeur Ernest Baltus (1851-1937), physiologiste, qui sera doyen de la faculté libre de Lille, et de Marthe Chayet (1857-1936), née en Provence[2].

Atteint d'une diphtérie à l’âge de 6 ans, en 1806, il guérit mais garde une santé fragile. Il étudie chez les pères jésuites à Lille de 1891 à 1898.

Il expose pour la première fois en 1905 au Salon des indépendants à Paris. Il a 25 ans.

Il obtient une bourse de voyage en 1907 et pars en Italie et en Tunisie. Il vit rue Guénégaud et travaille dans un atelier rue Notre-Dame-des-Champs à Paris.

Grand ami du docteur Edgar Leroy, proche d’Auguste Chabaud, de Charles Mauron et Marie Mauron et Théo Varlet, il vit à Saint-Rémy où il s'installe en 1912 et résidera jusqu'en 1941, période durant laquelle il produit de nombreuses œuvres inspirées des paysages de Provence. Dan ses tableaux, il traduira la beauté et la lumière des Alpilles sous toutes leurs formes.

En 1915, ses deux jeunes frères André et Paul, âgés respectivement de 27 et de 21 ans, disparaissent pendant la Grande Guerre. Jean est réformé, il a alors 35 ans.

Une exposition est consacrée à son œuvre en à Carpentras où 43 tableaux sont exposés.  

À 61 ans, en 1941, gravement malade, il est soigné par sa sœur Suzanne à Graveson, en Provence. Jean Baltus meurt le à l’âge de 66 ans, et est enterré à Tarascon dans le caveau des Chayet[3].

Une avenue de Saint-Rémy-de-Provence perpétue le souvenir de son nom.

Une exposition lui est consacrée en 2016 au Musée des Alpilles[4], accompagnée d'un catalogue[5] qui décrit sa vie et illustre une centaine de ses œuvres.

Les descendants de Jean Baltus entretiennent une page communautaire[6] dédiée à son actualité.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'adolescence[modifier | modifier le code]

Caractérisée par des animaux fantasmagoriques dont il aimait raconter les aventures, utilisant un langage codé qu'il partageait avec son frère Joseph et André Chevrillon, futur académicien français.[réf. nécessaire]

  • Roumi-pchat, illustrations d'album - 1896
  • Le Kifeu

La période parisienne (1900-1912)[modifier | modifier le code]

Jean Baltus croque souvent des personnages dans des cafés ou dans la rue. C'est pendant cette période qu'il signe ses œuvres du pseudonyme de WEB[7].

  • Scènes de la vie parisienne[8]
  • Cake walk - 1905
  • Le passant de Bruxelles, dessins - 1912

Jean Baltus peint également ses premiers paysages lors de séjours répétés en Provence :

  • Printemps - 1909
  • Le vieux Barbentane - 1909
  • Rue à Villeneuve-les-Avignon - 1910
  • Adieu à la Montagnette la veille de mon départ - 1910
  • Route de Maussane

La période provençale (1912-1941)[modifier | modifier le code]

Installation à Saint-Rémy-de-Provence[9]. C'est la période la mieux connue, presque au jour le jour.

Saint-Paul de Mausole, Saint-Rémy-de-Provence

Sa production, dominée par des sépias, est presque exclusivement constituée par des paysages, pratiquement vides de tout personnage.

  • St Paul de Mausole, 3 cyprès
  • Cyprès solitaire
  • Istres
  • Saint Rémy
  • Gorbio
  • Alpines
  • Graveson
  • Le cyprès et l'amandier en fleurs
  • Route d'Eygalières à Orgon - 1920
  • La maison du laitier au clair de lune - 1927
  • Le Gros Ormeau de Saint-Rémy-de-Provence - 1928
  • Lever de lune au-dessus du vallon de Saint-Clair - 1933
  • Le Cagadou - 1934
  • Couvent de Saint Paul à Saint-Rémy-de-Provence
  • Vallon des Peiroulets
  • L'amandier tordu devant les Alpilles
  • Le chemin du Mazet de Céline
  • Cyprès et oliviers à Citis
  • Pics du vallon à l'Est des Fontettes

C'est la période où Jean Baltus a aussi une production photographique dont quelques clichés sont conservés dans le fonds photographique Jean Baltus du Musée des Alpilles à Saint-Rémy.

Expositions[modifier | modifier le code]

Musée des Alpilles, Saint-Rémy-de-Provence

Depuis sa mort, plusieurs expositions lui ont été consacrées à Saint-Rémy-de-Provence :

  • 1947 : Exposition rétrospective de Jean Baltus, Maison des Jeunes
  • 1997 : Cinquantenaire du décès de Jean Baltus, Bibliothèque Joseph-Roumanille
  • 2016 ( - ) : Jean Baltus, peintre des Alpilles (1880-1946), Musée des Alpilles

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Jean Baltus, peintre des Alpilles - 1880-1946, catalogue édité par l'Association des amis de Jean Baltus à l'occasion de l'exposition tenue au Musée des Alpilles

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Journal d’information de la ville de Saint-Rémy-de-Provence
  2. Association des amis de Jean Baltus
  3. Musée des Alpilles
  4. Exposition Jean Baltus, peintre des Alpilles (1880 - 1946)
  5. « Jean Baltus - Catalogue », sur amisjeanbaltus.free.fr
  6. « Jean Baltus (peintre) », sur Facebook.com
  7. Gerald Schurr, Dictionnaire des petits maitres de le peinture 1820-1920, page 96
  8. Catalogue Drouot
  9. Edgar Leroy
  10. Dominique Lobstein, Dictionnaire des Indépendants 1894-1914, Dijon, L'échelle de Jacob,
  11. Archives Nationales F 21 4288, 1/5/1911

Liens externes[modifier | modifier le code]