Jean Baechler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baechler.
Jean Baechler
Naissance (79 ans)
Thionville (Moselle)
Profession
Professeur de sociologie
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La forme de cet article ou de cette section n’est pas encyclopédique et ressemble trop à un curriculum vitæ. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour aider à le transformer en article neutre et encyclopédique ou discutez-en.

Jean Baechler, né le à Thionville (Moselle), est un professeur de sociologie historique à la Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, élu le 6 décembre 1999 dans la section Morale et Sociologie au fauteuil laissé vacant par le transfert d'Alain Besançon.

Président de l'Académie et de l'Institut de France pour 2011.

Carrière[modifier | modifier le code]

Agrégé d’histoire-géographie et docteur ès lettres, Jean Baechler a consacré une grande partie de sa vie à l’enseignement et à la recherche.

Depuis juin 2006, Jean Baechler a cessé toute activité d'enseignement. Il se consacre à la mise en forme de ses travaux, pour une grande part élaborés lors de ses séminaires, en vue de leur publication. Il est président d'honneur de l'Association Philotechnique.

Théories[modifier | modifier le code]

Itinéraire

Le parcours intellectuel de Jean Baechler a connu plusieurs étapes. On peut repérer des temps précis dans la maturation des concepts qui vont le conduire à livrer sa théorie d'une science humaine complète, ou "anthropologie" :

  • Un intérêt pour les contestations politiques radicales, qui le conduisent à publier trois ouvrages : Politique de Trotsky, Les phénomènes révolutionnaires et Qu'est-ce que l'idéologie?. La théorisation commence à se faire dans le domaine du politique, en analysant les phénomènes marginaux et de contestation "dénaturés", qui peuvent parfois être amenés au pouvoir.
  • L'intérêt se porte ensuite sur le domaine politique de manière plus globale, pour fixer les limites de ce qu'est le pouvoir politique, quels sont ses mécanismes, et quelle est la manière la plus naturelle, c'est-à-dire la plus efficace pour réaliser sa fin, qui puisse être imaginée. Les ouvrages strictement politiques sont Le pouvoir pur, Démocraties, Précis de la Démocratie, et dans une moindre mesure La grande Parenthèse (1914-1991, essai sur un accident de l'Histoire) et Contrepoints et Commentaire, recueil d'articles sur la démocratie.
  • Les problèmes de l'économie reçoivent eux aussi une attention marquée depuis le début, avec deux ouvrages et de nombreux articles, dont Les Origines du capitalisme, Europe and the rise of capitalism et enfin le Capitalisme.
  • L'étude des mécanismes politiques a conduit à une percée théorique majeure, en l'espèce de la « découverte » d'un niveau de solidarité supplémentaire au régime politique et aux groupes d'appartenance sociale classiques. Il s'agit de la morphologie, qui fournit la matière à deux ouvrages : La solution indienne (essai sur le régime des castes) et, plus récemment, Les morphologies sociales.
  • Enfin, point culminant de sa carrière intellectuelle, Jean Baechler commence en 2000 la publication d'une série d'ouvrages ayant pour but de fournir une théorie des sciences humaines complète, retranscrivant l'ensemble des aspects de la vie humaine, sans réduction à quelque aspect partiel de son existence. Nature et Histoire et Esquisse d'une Histoire universelle sont les deux premiers volumes d'une "Somme anthropologique", qui voit paraître deux éléments consacrés à une théorie du faire, de l'agir et du connaître, et à une théorie de la nature humaine.

Œuvres[modifier | modifier le code]