Jean Baby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Baby
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Édouard Dominique Baby
Nationalité
Activité
Conjoint
Ruta Sadoul (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jacques Baby (d)
Yvonne BabyVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Jean Baby est un historien et militant politique français, né le à Toulouse et mort le dans le 10e arrondissement de Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé d'histoire et de géographie en 1923, il enseigne dans les années 1920 en lycée à Prague, Lorient et Toulouse. Il milite au PCF, auquel il adhère en 1925, ainsi qu'à la Fédération unitaire de l'enseignement et à la CGTU.

Il est candidat contre Vincent Auriol, dans la circonscription de Muret, lors des élections législatives de 1928[2]. Il dirige la liste communiste aux élections municipales de 1929 à Toulouse.

Exclu du PCF en , il est réintégré en octobre 1931.

Après la Seconde Guerre mondiale, il est professeur au lycée Jacques-Decour, à Paris[3]. Considéré comme l'un des économistes du PCF[4], il devient en 1954 rédacteur en chef de la revue Économie et Politique que dirige Jean Pronteau.

Ses critiques à l'égard de la politique du parti communiste entraînent son exclusion définitive en avril 1960. Il se tourne alors vers le maoïsme[5]. En 1960, il compte parmi les premiers signataires du Manifeste des 121 sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie[6].

Son fils Jacques, chef du maquis FTP du Serre, près de Lasalle (Gard), est fusillé le 4 juillet 1944 dans la carrière de Castillane, près de Marseille[7] ; il avait 23 ans. Son nom a été donné à une rue de Nîmes.

Sa fille, Yvonne Baby, évoque l'itinéraire de son père dans le roman Le Jour et la nuit[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le rôle social de l’Église, Paris, Bureau d’éditions, 1931.
  • La Jeunesse devant le fascisme, suivi de Manifeste aux travailleurs, avec Paul Rivet, Alain et Paul Langevin, Paris, P. Gérôme, 1934.
  • Cours de marxisme : première année, 1935-1936 : les classes, l'égalité, la liberté, l'État, l'individu, socialisme et communisme, avec René Maublanc et Georges Politzer, Paris, Bureau d'éditions, 1936.
  • À la lumière du marxisme : essais : sciences physico-mathématiques, sciences naturelles, sciences humaines, avec Marcel Cohen et Georges Friedmann, introduction par Henri Wallon, Paris, Éditions sociales internationales, 1936.
  • Les classes sociales, Hanoï, Éditions CGP, 1945[9].
  • L'égalité, Hanoi͏̈, Éditions CGP, 1945.
  • Les richesses naturelles en URSS, Paris, Éditions France-URSS, 1945.
  • Histoire générale contemporaine 1er fascicule, De 1848 à 1871, complément : 1848-1939 : classes de philosophie et de mathématiques : ouvrage conforme au programme de 1945, avec Jean Bruhat et Jeanne Gaillard, Paris, Bibliothèque française, 1946.
  • Le Marxisme, Paris, Les Cours de Droit, 1947.
  • Principes fondamentaux d'économie politique, Paris, Éditions sociales, 1949.
  • La vérité sur le procès Rajk, avec Jacques Duclos, Julien Benda et Pierre Courtade, Paris, Démocratie nouvelle, 1949.
  • L'antisoviétisme contre la France, Paris, Editions France-URSS, 1950.
  • Crédit, banque et bourse, avec Jacqueline Brasseul et Jean Varloot, Paris, Union française universitaire, 1950.
  • Les trusts milliardaires en France, présentation de Jean Baby, Paris, SOPEC, 1952.
  • Le marxisme, Paris, Amicale des élèves de l'Institut d'études politiques de l'Université de Paris, 1959.
  • Conférences sur Le Capital de Karl Marx 1, Les introductions. La marchandise. La valeur, Paris, Bureau d'Editions, 1959.
  • La Chine, avec Ernest Kahane, Paris, Les Cahiers rationalistes, 1959.
  • La crise de la jeunesse, Paris, 1960.
  • Critique de base. Le Parti communiste français entre le passé et l’avenir, Paris, François Maspero, 1960.
  • La grande controverse sino-soviétique, 1956-1966, Paris, Grasset, 1966.
  • Les lois fondamentales de l'économie capitaliste. Paris, Editions Gît-le-Coeur, 1969.
  • Un monde meilleur : recherche marxiste, préface de Pierre Jalée, Paris, François Maspéro, 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 10e, n° 110, vue 12/31.
  2. Il n'obtient que 1,98 % des voix des électeurs inscrits.
  3. Il rédige alors, avec Jeanne Gaillard, Jean Bruhat et Pierre George, un manuel pour la classe de philosophie et de mathématiques intitulé Histoire générale contemporaine, publié par la Bibliothèque française en 1945.
  4. Jean Touchard, « Dogmatisme et utopie », in Revue française de science politique, année 1961, volume 11, nº 1, p. 186.
  5. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, notice concernant Jean Baby.
  6. Les Temps Modernes, nº 173-174.
  7. « Baby Jacques, Jean, Philippe, Élie », sur Maitron (consulté le ).
  8. Grasset, 1974.
  9. Notice sur bnf.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]