Jean Aymon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aymon.
Jean Aymon
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Conseiller juridique, prêtre catholique, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean Aymon, né à Lyon ou dans le Dauphiné[1] en 1661 est un théologien et jurisconsulte français. Il est décédé vers 1734 à La Haye.

Biographie[modifier | modifier le code]

Curé à Grenoble, protonotaire apostolique, il embrasse le calvinisme, se réfugie à Genève puis à Berne, joint la Hollande, où il se marie, et fait paraître à La Haye plusieurs écrits hostiles au Saint-Siège :

  • Métamorphoses de l'Église romaine, 1700
  • Tableau de la cour de Rome, 1707
  • Des synodes des Églises réformées de France, 1710. Tome premier [1]. Tome second [2]

Il revient à Paris en 1706 où, feignant d'avoir accepté de rentrer dans l’Église catholique, il obtient de Nicolas Clément la permission de consulter des ouvrages à la bibliothèque royale. Il en profite pour en dérober voire en mutiler plusieurs, avant de s'enfuir à La Haye où il remplit jusqu'à sa mort les fonctions de ministre de la ville.

Publications[modifier | modifier le code]

Il a aussi publié à La Haye, en 1708, sous le titre de Monuments authentiques de la religion grecque, des textes attribués à Cyrille Loukaris, ainsi les actes d'un concile tenu à Jérusalem en 1672 contre les thèses protestantes, dont il avait soustrait les originaux à la Bibliothèque du roi.

Sur les autres projets Wikimedia[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.191
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.