Jean Antoine Gili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gili.
Jean Antoine Gili
Defaut.svg
Informations
Naissance
Nationalité
Activité
Distinction

Jean Antoine Gili est un critique cinématographique et historien du cinéma, né à Nice le 19 novembre 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé d'histoire[1], Jean Antoine Gili collabore à plusieurs revues de cinéma à partir du milieu des années 1960 (Cinéma, La Revue du cinéma, Écran[2])... Spécialiste du cinéma italien, il écrit régulièrement pour la revue Positif (dont il rejoint la rédaction en 1983). À ce sujet, Ettore Scola, préfaçant son ouvrage consacré au cinéma italien, écrit : « Parmi les spécialistes étrangers du cinéma italien, Jean Gili est sûrement l'un des plus pointus, les mieux informés et les moins ennuyeux. » Il est vrai que le critique français s'est intéressé, sans préjugés, ni a priori, à tous les aspects, périodes et évolutions du cinéma italien. Des ouvrages comme L'Italie de Mussolini et son cinéma (1985) ou Le Cinéma italien à l'ombre des faisceaux (1990) défont des idées superficielles émises à propos du cinéma italien. Il a enseigné à l'université de Nice, puis a soutenu sa thèse d'État en 1990 sous la direction de Pierre Milza à l'IEP de Paris. Il est professeur émérite à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne[3].

Il a créé le Festival du cinéma italien d'Annecy et, avec Jean-Pierre Jeancolas, en 1984, l'Association française de recherches sur l'histoire du cinéma (AFRHC), qui édite la revue 1895.

Il a présidé, de 2001 à 2005, la commission scientifique du Patrimoine cinématographique (CNC).

Points de vue[modifier | modifier le code]

Jean Gili a été particulièrement féroce dans sa critique du western spaghetti : « Le western italien n'est qu'un sous-produit frelaté dont le développement correspond aux seules ambitions mercantiles »[4] . Cependant, dans les années 80 (1983), Jean Antoine Gili fit amende honorable et déclara : « Pour avoir revu récemment certains des premiers westerns de Leone, je dois dire que j’ai été impressionné par tout ce que je n’y avais pas vu à leur sortie ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Francesco Rosi. Cinéma et pouvoir, Cerf, 1977
  • Le Cinéma italien, UGE, 1978
  • Le Cinéma italien 2, UGE, 1982
  • La Comédie italienne, Henri Veyrier, 1983
  • L'Italie de Mussolini et son cinéma, Henri Veyrier, 1985
  • Le cinéma italien à l'ombre des faisceaux 1922-1945, Institut Jean Vigo, 1990
  • Paolo et Vittorio Taviani. Entretien au pluriel, Actes Sud, 1993
  • Nanni Moretti, Gremese, 2001
  • Luigi Comencini, Gremese, 2003
  • Ettore Scola. Une pensée graphique, Isthme éditions, 2008
  • Fellini : Le magicien du réel, Découvertes Gallimard Arts, 2009
  • Le Cinéma italien, Éditions de la Martinière, 2011 (mise à jour de l'édition 1996)
  • Luchino Visconti et la critique française, Éditions de l'Amandier, 2014
  • L'Italie au miroir de son cinéma, Editalie édition, 2014 collectif sous sa direction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de J. A. Gili sur le site www.revues-de-cinema.net
  2. Il participe à la fondation de cette revue en 1972 : elle fusionnera avec La Revue du cinéma en 1979
  3. Site de La Documentation Française janvier-février 2010 www.ladocumentationfrancaise.fr
  4. dans l'article western de l'Encyclopædia Universalis

Liens externes[modifier | modifier le code]