Jean Émile Renié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Émile Renié
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Père
André Renié (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Père-Lachaise - Division 15 - Mouchet 01.jpg
Vue de la sépulture.

Jean Émile Renié né à Paris le et mort dans la même ville le [1],[2] est un peintre et sculpteur français.

Élève de Théodore Rousseau et de Narcisse Díaz de la Peña, il est le père de la harpiste Henriette Renié (1875-1956).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Émile Renié est le fils d'André Renié (1789–1855) — architecte dont les œuvres principales sont les bâtiments de l’École polytechnique[3] — et de son épouse Sophie Paris de Lamaury (1806–1862).

Après des études d'architecture chez Violet-le-Duc, bien qu'admis à concourir pour le prix de Rome, il se consacre rapidement à la peinture et devient élève de Théodore Rousseau et de Narcisse Díaz de la Peña. Né avec de nombreux dons artistiques, il est aussi sculpteur et chanteur lyrique très encouragé par Rossini.

Comme peintre et sculpteur, il expose au Salon des indépendants à partir de 1867 et jusqu'en 1908. Il a notamment peint des scènes d'Étretat, de Fontainebleau, de Sologne, et des vues de Venise. Sociétaire des artistes français depuis 1883, il est décoré de la médaille pour les arts et les sciences de Saxe-Cobourg et Gotha. Les musées d'Avranches et de Dijon conservent certaines de ses œuvres, tandis qu'on en recense d'autres aux États-Unis.

Il épouse Gabrielle Mouchet[1], arrière-petite-fille de François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770–1841). Ils auront quatre fils ainsi qu'une fille Henriette Renié (1875-1956), harpiste renommée.

Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (15e division).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Chemin conduisant à une carrière abandonné (forêt de fontainebleau), Salon de 1867, localisation inconnue.
  • Les Grèves du mont Saint-Michel par un temps d'orage, Salon de 1870, 135 × 237 cm, offert au musée d’Avranche par le peintre et détruit dans l'incendie du .
  • Chemin conduisant à une carrière abandonné (forêt de fontainebleau), Salon de 1867, localisation inconnue.
  • Cours d'eau en forêt, Salon de 1874, localisation inconnue.
  • Le Soir dans le Vieux Bas Bréau ; forêt de Fontainebleau, Salon de 1875, localisation inconnue.
  • Le Village de Gèdre route de Gavarnie, Salon de 1881, mention honorable, 110 × 130 cm, localisation inconnue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « acte de mariage no 859 », sur Les archives de Paris (consulté le ), p. 17.
  2. « acte de naissance de Jean Émile Renié », sur Les archives de Paris (consulté le ), p. 29.
  3. On peut aussi citer l'agrandissement du château ducal et la construction de son théâtre pour le duc de Saxe-Cobourg et Gotha et la restauration intérieure du palais du duc de Saxe-Meiningen.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition, Paris, Gründ, 1976.
  • (en) Françoise des Varennes, Henriette Renié Living Harp, Bloomington, Indiana, Music Works - Harp Éditions, 1990.
  • Maurice Renié, La Famille Renié–Biver, Presses PEAU, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]