Jean-Yves Causer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Yves Causer est un sociologue français, maître de conférences à l'université de Haute-Alsace et chercheur au Centre de recherche et d'étude en sciences sociales (CRESS) à Strasbourg. Il a exercé les fonctions de directeur d'un centre de formation pour jeunes enfants[1] avant de soutenir, en 1996, une thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Christian de Montlibert intitulée "Mobilisations, revendications et service public : une approche comparée des mouvements des infirmières, des cheminots et des agents des finances"[2].

Il est également militant politique, membre du mouvement Les Alternatifs. Tête de liste du Front de Gauche aux élections régionales de 2010 en Alsace, il prend position en faveur d'une ouverture du Concordat en Alsace-Moselle à la religion musulmane : « Je suis non seulement favorable à l’introduction de cours d’islam à l’école mais aussi à la création d’une faculté d’État de religion musulmane. »[3] Le Parti de gauche s'est alors désolidarisé de la position de Jean-Yves Causer[4].

En février 2010, il est « coopté » comme membre du Conseil National des Universités (CNU)[5]. Le 25 novembre 2011, il est membre élu suppléant du CNU[6].

Bibliographie (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Avec Roland Pfefferkorn et Bernard woehl, Métiers, identités professionnelles et genre, éd. l’harmattan, coll. logiques sociales, 2007, 254 p.
  • Avec Maurice Blanc, « Les difficiles relations entre acteurs », in Quartiers en vacances, ouvrage collectif dirigé par Didier Lapeyronnie, éd. DIV, 2003, p. 128-148

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]