Jean-Victor Allard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allard.
Jean-Victor Allard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Chef d'état-major de la Défense
-
Frank Robert Miller (en)
Frederick Ralph Sharp (en)
Commandant de l'Armée canadienne
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Général (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits
Commandements
Distinctions

Jean Victor Allard ( à Saine-Monique de Nicolet - à Trois-Rivières) était un militaire canadien. Il fut le premier Canadien français à devenir chef d'état-major de la défense, la plus haute position des Forces armées canadiennes, à partir de 1965. Il occupait d'ailleurs ce poste lors de l'unification des Forces armées canadiennes en 1968. Il fut également le premier Canadien français à atteindre le grade de général.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édifice Général-Jean-Victor-Allard (en), Saint-Jean-sur-Richelieu.
Manège militaire Général-Jean-Victor-Allard, Trois-Rivières.

Avant de commencer sa carrière militaire, Allard a été, en 1930, le premier président de l'orchestre de la troupe de théâtre Les Compagnons de Notre-Dame de Trois-Rivières, maintenant connue sous le nom du Théâtre des Nouveaux Compagnons[1].

Allard commence sa carrière militaire au régiment de Trois-Rivières. Il passe ensuite à l'infanterie au royal 22e régiment lors de la Seconde Guerre mondiale dans la campagne en Italie. Il termine cette guerre au grade de brigadier-général[2].

Il devient attaché militaire dans la ville de Moscou entre 1945 et 1948.

Il commande ensuite la 25e brigade d'infanterie canadienne pendant la guerre de Corée, suivi d'une division britannique dans l'OTAN.

En 1965, il devient le premier Canadien français à devenir le chef d'état-major de la défense des Forces canadiennes au moment où avait lieu l'unification des trois armées, l'Armée canadienne, l'Aviation royale du Canada et la Marine royale canadienne, sous un seul commandement. Il joua d'ailleurs un rôle important dans l’institutionnalisation du bilinguisme au sein des Forces canadiennes[3].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Commémoration[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Poisson, Louis-Philippe, Les compagnons de Notre-Dame ou 50 ans de théâtre, Les éditions les nouveaux compagnons inc., Trois-Rivières, 1980, 175 pp.
  2. Michel Veyron, Dictionnaire canadien des noms propres, Louiseville(Québec), Larousse, , 764 p. (ISBN 978-2-9203-1806-9, OCLC 20756679), p. 25
  3. Jean Pariseau et Serge Bernier, Les Canadiens français et le bilinguisme dans les Forces armées canadiennes Tome I 1763-1969 : le spectre d'une armée bicéphale, Ministre des Approvisionnements et des Services du Canada, Ottawa, 1987, 498 p.