Jean-Richard Bloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloch.
Jean-Richard Bloch
Fonction
sénateur de la Quatrième République (d)
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Arme
Conflit
Frère
Enfant
Jean-Richard Bloch - signature.JPG

signature

Jean Bloch, dit Jean-Richard Bloch, né le à Paris 8e et mort le à Paris 1er, est un écrivain, essayiste, homme politique, journaliste et poète français. Il est le fils de Richard Bloch (1852-1933) et Louise Lévy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une scolarité secondaire au lycée Condorcet, il suit des études d'histoire et de géographie en même temps qu'il écrit ses premiers textes, des nouvelles et un roman. Il rencontre en 1905 Marguerite Herzog[N 1], sœur d'André Maurois, qu'il épouse en 1907. Agrégé d'histoire la même année, il devient professeur au lycée de Lons-le-Saunier, puis à Poitiers à partir de la rentrée de 1908. Il se fait mettre en congé en 1909 afin de se consacrer à l'écriture. Il fonde en 1910 - sous le pseudonyme de Jean Richard - une publication intitulée L'Effort[1], qui devient L'Effort Libre deux ans plus tard[2], à laquelle collaborent notamment des artistes peintres comme Gaston Thiesson et Bernard Naudin[N 2].

Engagé en 1914, caporal, puis sous-lieutenant et lieutenant dans l'infanterie, il est blessé à trois reprises. Après la guerre, il collabore à La Vie Ouvrière et à L'Humanité, ainsi qu’à la revue Clarté. Socialiste depuis qu'il était étudiant, il adhère au Parti communiste français dès 1921, mais le quitte au moment de la bolchevisation. Il contribue, avec Romain Rolland et un comité d'écrivains, en 1923, à la création de la revue Europe dont son frère Pierre Abraham figure aussi parmi les premiers collaborateurs[3]. Il collabore également en tant qu'éditeur à la maison d'éditions Rieder qui édite Europe[4].

En 1933, il se situe entre socialisme et communisme, sans appartenir à l'un des deux partis[5] Il va militer en faveur de la cause antifasciste et du Front populaire et progressivement se rapprocher du Parti communiste. Après la crise du 6 février 1934, il adhère au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) et à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Il participe en août 1934 au Congrès des écrivains soviétiques à Moscou[6]. Ce voyage officialise son rapprochement avec le PCF. Il organise et participe activement au Congrès international des écrivains pour la défense de la culture en 1935 et, avec Louis Aragon à la fondation du quotidien communiste Ce soir en mars 1937. Il a adhéré au Parti communiste français au début de l'été 1939, soit quelques semaines avant le Pacte germano-soviétique [7].

D’avril 1941 à janvier 1945, Jean-Richard Bloch séjourne en Union Soviétique. C’est à Moscou que, le 25 avril 1941, il rédige à l'intention d'André Marty des « Notes sur les Français » qu’Oliver Todd[8] qualifie de « modèle de délation »[8]. Une de ces notes, conservées aux archives du Komintern[8], rapporte des propos qu'André Malraux aurait tenus au début de la guerre à l'ambassade du Chili devant un fonctionnaire d'ambassade communiste : «Il n’y a qu’une seule solution [pour les communistes] : le mur. » [8]

Le 1er mai 1941, il rédige une lettre à Staline, qui le classe définitivement comme un intellectuel communiste[9]. Il réalise pendant presque tout son exil des émissions en langue française à Radio-Moscou[10]. Du fait de l'avancée des troupes allemandes, il est évacué en octobre 1941 d'abord à Kazan, puis à Oufa. Il ne revient dans la capitale soviétique qu'en 1942 et rentre en France au début de l'année 1945. Il reprend alors la direction de Ce soir.

En 1946, Jean-Richard Bloch est élu conseiller de la République communiste, sans arrêter son activité de journaliste. Sa mort brutale, en mars 1947, interrompt un mandat qui n'aura duré que quelques mois.

Sa fille France Bloch-Sérazin, exécutée à Hambourg en 1943, fut une héroïne de la Résistance. Son autre fille, Claude, avait épousé, en 1939, le poète espagnol Arturo Serrano y Playa, officier républicain en exil[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Jean-Richard Bloch[modifier | modifier le code]

  • Le Théâtre du peuple, critique d'une utopie, 1910, essai
  • Lévy, Premier livre de contes, 1912
  • ... et Cie, 1917, roman
  • Carnaval est mort, 1920, essai
  • Sur un cargo, 1924, récit de voyage
  • La Nuit kurde, 1925, roman
  • Le paradis des conditions Humaines. Anvers, Editions Lumière. 1925. Illustré par des bois de Henri Van Straten. In-8 ; tirage à 361 exemplaires dont 36 sur Hollande.
  • Le Dernier Empereur, 17 novembre 1926, Théâtre de l'Odéon
  • Les Chasses de Renaut, 1927, nouvelles
  • Cacahouettes et bananes, 1929, récit de voyage
  • Destin du théâtre, 1930, essai
  • Destin du siècle, 1931, essai
  • Sybilla, 1932
  • Offrande à la politique, 1933, essai
  • Naissance d’une culture, 1936, essai
  • Espagne ! Espagne !, 1936
  • Toulon et autres pièces, 1948
    • Une perquisition à Paris en 1940
    • Naissance d'une cité
    • La Première du Mariage de Figaro
  • L'Homme du communisme, 1949, biographie de Staline
  • De la France trahie à la France en armes. Commentaires à Radio-Moscou 1941-1944, 1949

Correspondances de Jean-Richard Bloch[modifier | modifier le code]

  • Moscou, Caucase Été 34. Lettres d'URSS de Marguerite et Jean-Richard Bloch, édition établie et annotée par Rachel Mazuy, Cahiers Jean-Richard Bloch, numéro 19, 2013. 
  •  Jean-Richard Bloch ou À la découverte du monde connu : Jérusalem et Berlin (1925-1928),(édition établie et annotée par Wolfgang Asholt et Claudine Delphis, Ed. Honoré Champion, 2010. 
  •  Lettres du régiment. Jean-Richard Bloch (1902-1903). Edition établie et annotée par Tivadar Gorilovics, Debrecen, Studia Romanica, Series Literaria, Fasc. XX 1998, 175 p.
  • Jean-Richard Bloch, Lettres à sa fiancée 1905-1907. Daniela Costa, L’Italia de Jean-Richard Bloch, Torino 1997, Franco-Italica n°11, pp.221-270.
  • Artaud, AntoninLettre à Jean-Richard Bloch [s.d.], in : Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1964, t.5, pp.63-65
  • Canguilhem, Georges : L’Intellectuel dans l’action. Lettres de Georges Canguilhem à Jean-Richard Bloch (1927-1946). Présentation par Michel Trebitsch, Paris, Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 1996, n°50, pp. 111-121
  • Claudel, Paul : Autrand, Michel, Paul Claudel et Jean-Richard Bloch, Lettres et dédicaces, in : La Licorne, revue de la Faculté des Lettres et Langues de l’Université de Poitiers, décembre 1980, puis in : Europe, 1982, n°635, pp.159-165
  • Copeau, Jacques  : Correspondance Jean-Richard Bloch - Jacques Copeau, avec une introduction de Wolfgang Asholt : Le Destin de Jean-Richard Bloch au théâtre, in : Revue d’histoire du théâtre, 1992, 44° année, n°3, pp.199-288
  • Duhamel, Georges  : Jean-Richard Bloch - Georges Duhamel. Correspondance 1911-1946. Textes réunis et annotés par Arlette Lafay. Introduction par Wolfgang Asholt, Paris 1996, Cahier de l’Abbaye de Créteil n°17 - Etudes Jean-Richard Bloch, Cahier n°1, 252 p.
  • Faure, Elie : Courtois, Martine et Morel, Jean-Paul, Elie Faure. Biographie. Librairie Séguier, 1989. p.176 : Lettre à J.-R. Bloch. p.182 : photo et lettre de J.-R. Bloch à Elie Faure (1927). p.237 : Lettre à J.-R. Bloch (1935). p.239 : photo de J.-R. Bloch. p.258 : Lettre à J.-R. Bloch
  • Faure, Elie : Correspondance Jean-Richard Bloch - Elie Faure, publiée dans le bulletin n°13 des Etudes Jean-Richard Bloch
  • Friedmann : Wilhelm : Claudine Delphis, Wilhelm Friedmann (1884-1942), Le Destin d’un francophile. Correspondance avec Georges Duhamel, Jean-Richard Bloch et Marcel Raymond, Leipzig, Leipziger Universität Verlag, 1999 [Lettres de W. F. à J.-R. B. : pp : 288-375]
  • Gide André André Gide - Jean-Richard Bloch. Correspondance (1910-1936). Edition établie, présentée et annotée par Bernard Duchatelet, Brest, Centre d’études des correspondances et journaux intimes des XIXe et XXe siècles, CNRS (UMR 6563), Faculté des Lettres Victor Segalen, Brest, 1997, 150 p.
  • Istrati, Panaït : Correspondentã Scrïtori Strãini. Ed. Traduceri si note de Alexander Talex... Bucuresti, éd. Minerva (Documente literare), pp.200-246 [lettres de JRB pp.240 et 245], 1988
  • Istrati Panaït :Correspondance entre Panaït Istrati et Jean-Richard Bloch. Cahier Panaït Istrati n°8, pp.91-128, 1991
  • Jacob, Max : 35 lettres de Max Jacob à Jean-Richard Bloch (1909-1934). Présentation de Michel Trebitsch, Paris, Europe, 1984, n°662-663, pp.122-155
  • Jacob, Max : Lettres de Max Jacob à Jean-Richard Bloch 2e partie (1914-1934). Présentation de Michel Trebitsch, Paris, Europe, 1984, n°666, pp.138-159
  • Langevin, Paul : Fonds Jean-Richard Bloch, Correspondance, Lettres reçues, XXVI, Kable - Langevin
  • Larbaud Valéry : Correspondance Jean-Richard Bloch - Valéry Larbaud (1912-1933). Introduction et notes de Françoise Lioure. Vichy 1991, Cahier des Amis de Valéry Larbaud, n°29, 77 p.
  • Martin du Gard Roger : Correspondance entre Roger Martin du Gard et Jean-Richard Bloch (1909-1946). Paris, Europe, avril 1963 à avril 1965 (n°413-432
  • Martin du Gard Roger : Huit lettres à Roger Martin du Gard . Paris, Europe, octobre 1992
  • Martinet, Marcel : Deux lettres inétites à Marcel Martinet, présentées par jean Albertini. Paris, Europe, juillet-août 1983
  • Martinet, Marcel Jean-Richard Bloch - Marcel Martinet (1911-1935). Ed. originale et intégrale. Textes établis et annotés par Haruo Takahashi, Tokyo, éd. Université Chuô, 1994
  • Maublanc, René : Trois lettres (août-septembre 1940) par Jean-Richard Bloch. Paris : La Pensée, 1947, n°14, pp.11-18
  • Monglond, André Correspondance (1913-1920) de Jean-Richard Bloch et André Monglond, publiée et présentée par Tivadar Gorilovics. Debrecen, 1984, Studia Romanica, Series Litteraria, Fasc. X, pp.43-118
  • Monglond, André Correspondance (1921-1939) de Jean-Richard Bloch et André Monglond. Edition établie et annotée par Tivadar Gorilovics, Debrecen, 1989, Studia Romanica, Series Litteraria, Fasc. XIV, pp.3-119
  • Mussolini : Six lettres de Mussolini à Jean-Richard Bloch (1913-1914). présentées par Michel Trebitsch, Paris, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1987, n°2, pp.305-316
  • Paulhan, Jean : Jean-Richard Bloch & Jean Paulhan, Correspondance 1926-1940, éd. établie, préfacée et annotée par Bernard Leuilliot, Editions Claire Paulhan, 2014.
  • Paulhan, Jean : Lettres à Jean-Richard Bloch, in : La Nouvelle Revue Française, 1973, n° 297, pp. 1-13
  • Paulhan, Jean : Huit lettres à Jean-Richard Bloch (1931-1932) in Traité du ravissement. Paris, Périple, 1983, pp.185-217
  • Poulaille, Henri : Correspondance Jean-Richard Bloch - Henry Poulaille, publiée dans le bulletin n°12 des Etudes Jean-Richard Bloch
  • Rivière, Jacques : Jacques Rivière - Jean-Richard Bloch, Correspondance 1912-1924. Présentation et annotation Alix Tubman, Paris, Bulletin des Amis de Jacques Rivière et d’Alain Fournier, 1994, n°71/72, 101 p. [Appendice A : Lettre aux Allemandsde Jean-Richard Bloch, juin 1919, Revue Politique Internationale, Lausanne, n°39-40, oct-déc. 1919]
  • Rolland, Romain : Romain Rolland - Jean-Richard Bloch, Deux hommes se rencontrent (1910-1918) avec une lettre de Roger Martin du Gard. Cahier Romain Rolland n°15, Paris, Albin Michel, 1964
  • Serge, Victor : Racine, Nicole, Victor Serge, Correspondance d’URSS (1920-1936)in : Mil Neuf Cent, Revue d’histoire intellectuelle (Cahiers Georges Sorel), 1980, 8, pp. 73-96
  •  Spire, André, - Jean-Richard Bloch & André Spire. Correspondance 1912-1947, édition établie et annotée par Marie-Brunette Spire, Éditions Claire Paulhan, 2011. 
  • Vacher de Lapouge : Boissel, Jean, Une correspondance inédite : Jean-Richard Bloch et Vacher de Lapouge (À propos du numéro d’Europe consacré à Gobineau). Paris, Revue d’histoire littéraire de la France n°4, pp.744-752, Armand Colin, 1987 [lettres de 1923]
  •  'Wirth, Stefan' : Die Verbindung wieder aufnehmen. Zwei Briefe von J.-R. B. (Johann R. Becher) an J.-R. B. (Jean-Richard Bloch) nach den vielen schweren Jahren in : Bemuhenges Johannes R. Becher im Kulturband der DDR. Mitteilungen des Zentralen Arbeit Kreires. Berlin, 1988

Sur Jean-Richard Bloch[modifier | modifier le code]

  • Europe, no 446, juin 1966 Sommaire
  • Pierre Abraham, Les trois frères, Éditeurs Français Réunis, 1971
  • Jean-Richard Bloch, Destin du Siècle, présentation et notes de Michel Trebitsch, Presses universitaires de France, 1996
  • Jean-Richard Bloch ou l'écriture et l'action, sous la direction de Annie Angremy et Michel Trebitsch, Bibliothèque nationale de France, 2002
  • Auteur de l'avant-propos de Force-Bonté, premier ouvrage de littérature francophone, publié en 1926 par Bakary Diallo. Lire Edward A. Jones. “Diallo and Senghor as Interpreters of the New French Africa” in The French Review, Vol. 21, No. 6. (May, 1948), pp. 444-449.
  • "Jean-Richard BLOCH, la vie à vif", documentaire de Marie CRISTIANI -ANEKDOTA Film-France 3 Poitou-Charentes, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marguerite Bloch (1886-1975), née Herzog, appartenait à la bourgeoisie juive d'Elbeuf : sa famille - qui avait quitté l'Alsace annexée en 1871 par les Allemands - y avait fondé une fabrique de draps. Frappée par l'armistice de juin 1940, Marguerite Bloch a écrit un journal : Sur les routes avec le peuple de France 12 juin - 29 juin 1940, édition établie et annotée par Philippe Niogret & Claire Paulhan, préface de Danielle Milhaud-Cappe, Editions Claire Paulhan, 2010.
  2. « Et c'est justement la nouvelle génération qui était le plus attaché à cette idée européenne. À Paris je trouvai rassemblé autour de mon ami Bazalgette tout un groupe de jeunes hommes qui, au contraire de la génération précédente, avaient répudié tout nationalisme étroit et tout impérialisme agressif : Jules Romains, qui écrivit plus tard, en pleine guerre, son grand poème Europe, Georges Duhamel, Charles Vildrac, Durtain, René Arcos, Jean-Richard Bloch, tous rassemblés à l'« Abbaye », puis à l'« Effort libre », étaient des pionniers passionnés d'un européanisme à venir et inébranlables, comme l'épreuve du feu le montra durant la guerre, dans leur haine de tout militarisme, - une jeunesse telle que la France en a rarement engendré de plus vaillante, de plus doué, de plus moralement résolue ». Le monde d'hier. Stefan Zweig

Références[modifier | modifier le code]

  1. Qui se présente comme une "revue de civilisation révolutionnaire"
  2. Christophe Prochasson, « L'Effort libre de Jean-Richard Bloch (1910-1914) », Cahiers Georges Sorel, vol. 5, no 1,‎ , p. 105-118 (DOI 10.3406/mcm.1987.948, [Sur%20le%20site%20de%20Persée%20:%20http://www.persee.fr/doc/mcm_0755-8287_1987_num_5_1_948 lire en ligne])
  3. Article « Pierre Abraham » de l'Encyclopedia Universalis, rédigé parPierre Gamarra
  4. Marie-Cécile Bouju, "Europe" in Dictionnaire des lettres françaises. Le XXe siècle (sous la direction de Martine Bercot et André Guyaux), Paris, Librairie générale françaises,‎ , p. 407-408 p.
  5. « Jean-Richard Bloch (notice biographique de Nicole Racine) », sur Maitron en Ligne (consulté le 4 novembre 2015)
  6. Rachel Mazuy, « Lettres du voyage en URSS de Marguerite et Jean-Richard Bloch (été 1934) », Histoire@Politique, vol. n° 23,‎ , p. 204-214 (lire en ligne)
  7. Romain Rolland et Jean Lacoste (édition établie par), Journal de Vézelay 1938-1944, Paris, Bartillat,‎ , p. 231-232 p.
  8. a, b, c et d Olivier Todd, André Malraux, une vie, Gallimard, 2001, p. 299 et 642-643, n. 4.
  9. Sophie Coeuré, Jean-Richard Bloch, "intellectuel communiste, écrivain et témoin engagé, une autobiographie impossible ? suivi d'une lettre à Staline de Jean-Richard Bloch le 1er mai 1941" in Ecritures autobiographiques, entre confession et dissimulation (Sous la direction de A-R. Hermetet et J.M. Paul), Rennes, PUR,‎ , p. 297-313 p.
  10. Jean-Richard Bloch, De La France trahie à la France en armes. Commentaires à Radio-Moscou, 1941-1944,, Paris, Éditions sociales,‎
  11. « Cahiers des Brèves N°24 En souvenir de Claude Bloch (1915-2009) par Antoinette Blum », sur Association Romain Rolland,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]