Jean-Pierre du Teil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Pierre du Teil de Beaumont
Jean-Pierre du Teil
Portrait du général du Teil

Naissance
Pommier-de-Beaurepaire (Isère)
Décès (à 71 ans)
Lyon (Rhône)
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie
Grade Général de division
Années de service 17311794
Distinctions Chevalier de Saint-Louis

Jean Pierre du Teil de Beaumont, seigneur de Pommier, Chars, les Rousselières, Vaux et autres lieux, né le au château de Pommier à Pommier-de-Beaurepaire (Isère), mort le à Lyon (Rhône), est un général de division de la Révolution française.

Il a été l’un des protecteurs les plus influents de Napoléon Bonaparte à l’École royale d’artillerie à Auxonne qui ne l'oublie pas lorsqu'il rédige son testament. Napoléon Bonaparte légue par testament au fils ou petit-fils de Du Teil une somme de 100 000 francs « comme souvenir de reconnaissance pour les soins que ce brave général avait pris de lui ».

États de service[modifier | modifier le code]

Fils du capitaine d'artillerie François du Teil (1704-1758), chevalier de l’ordre de Saint-Louis, tué à la Bataille de Krefeld, et de Marguerite de Chambaran (†1758), il entre en service en , comme volontaire dans le corps de l’artillerie. Il passe cadet le , sous-lieutenant de canonniers le , lieutenant en second le , et lieutenant en premier le . Il est fait chevalier de Saint-Louis le . Le , il reçoit son brevet de capitaine, et il est employé à Schlestadt le . Le , il obtient une pension de retraite pour raisons de santé.

Le , il rejoint volontairement l’armée, pour prendre part à la Bataille de Warburg, et le , il est réadmis au service actif. Le , il devient capitaine de bombardiers, et après avoir été détaché à La Rochelle le , il est nommé chef de bataillon le , au régiment de Toul. Le , il prend rang de lieutenant-colonel, et le , il est sous-directeur de l’artillerie à Collioure. Le , il prend le commandement du régiment de Toul, et le , il est nommé colonel au régiment d’artillerie de La Fère. Le , il commande l’école d’artillerie d’Auxonne, et le , il devient brigadier d’infanterie.

Il est promu maréchal de camp le , et le , il prend les fonctions d’inspecteur général d’artillerie. Il est élevé au grade de lieutenant-général le , et en , il est nommé commandant de l’artillerie à l’armée du Rhin, mais il ne rejoint pas son poste pour cause de maladie.

En , il occupe le poste d’inspecteur général d’artillerie à l’armée des Alpes, lorsqu’il est arrêté en , comme suspect par trois membres du comité révolutionnaire de Grenoble. Envoyé à Lyon auprès des représentants du peuple Collot d’Herbois et Fouché, il est condamné à mort par la commission militaire comme royaliste, et guillotiné le .

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre du Teil est le frère aîné du chevalier du Teil de Beaumont (1738-1820), auteur du l'« Usage de l'artillerie nouvelle » en 1788, et le père de Marie-Césaire du Teil (1773-1842).

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) « Generals Who Served in the French Army during the Period 1789 - 1814: Eberle to Exelmans »
  • Arthur Chuquet, Souvenir de Napoléon, Brienne, Paris, Armand Colin et Cie éditeur, , p. 478.
  • Joseph du Teil, Napoléon Bonaparte et les généraux du Teil, 1788-1794 - l'École d'artillerie d'Auxonne et le siège de Toulon, Alphonse Picard et fils, , p. 97-232-264.
  • Léon Hennet, Etat militaire de France pour l’année 1793, Siège de la société, Paris, , p. 8-30-114.
  • Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux & amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), Paris : Librairie G. Saffroy, 1934, 2 vol., p. 415