Jean-Pierre de Crousaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Pierre de Crousaz
Description de l'image Jean-Pierre de Crousaz (2).jpg.
Naissance
Décès (à 86 ans)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession
Famille

Jean-Pierre de Crousaz est un philosophe et mathématicien suisse, né le à Lausanne où il est mort le .

Issu d'une famille protestante, il fut d'abord pasteur puis professeur de philosophie à Lausanne.

Il a effectué des voyages à Genève, aux Pays-Bas et en France, notamment à Paris, où il a rencontré Nicolas Malebranche et Michel Le Vassor.

Revenu dans son pays natal en 1691, il a occupé la chaire de langue hébraïque de l'université de Berne puis est devenu professeur de philosophie grecque en 1699.

En 1722, il est devenu recteur de l'Académie de Lausanne puis à partir de 1724, il enseigna la philosophie et les mathématiques à Groningue.

En 1726, il a été nommé membre associé étranger de l'académie Royale des Sciences de Paris. La même année, il devient précepteur du prince Frédéric II de Hesse-Cassel, neveu du roi de Suède, il a occupé ce poste jusqu'en 1732, année où il a été nommé directeur de ses ambassades.

En 1735, il est devenu membre de l'Académie Royale des Sciences de Bordeaux.

En 1737, il était titulaire d'une chaire de philosophie à la faculté de Lausanne, où il est mort en mai 1750.

Partisan de René Descartes, il combattit Pierre Bayle, Leibniz et Christian Wolff.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Traité du beau, où l'on montre en quoi consiste ce que l'on nomme ainsi, par des exemples tirés de la plupart des arts et des sciences, 2 vol., 1715-1724
  • Réflexions sur l'utilité des mathématiques et sur la manière de les étudier, avec un nouvel essai d'arithmétique démontrée, 1715
  • Nouvelles Maximes sur l'éducation des enfants, 1718
  • La Géométrie des lignes et des surfaces rectilignes et circulaires, 2 vol., 1718
  • Examen du "Traité de la liberté de penser" écrit à M. D. Lig.***, 1718
  • La Logique, ou Système de réflexions qui peuvent contribuer à la netteté et à l'étendue de nos connaissances, 3 vol., 1720-1725
  • Recueil des dissertations qui ont remporté le prix à l'Académie royale des belles-lettres, sciences et arts de Bordeaux, 1721
  • Traité de l'éducation des enfants, 2 vol., 1722
  • Cinq Sermons sur la vérité de la religion chrétienne, avec un sixième prononcé à l'occasion de la peste qui règne en Provence, 1722
  • Logicae systema juxta principia ab ipso in gallico opere posita, nunc latine conscriptum, emendatum et novis observationibus ornatum, atque etiam, ubi conducibile visum est, ad usum scholae paulo planius accommodatum, 2 vol., 1724
  • Logicae compendium in usum Academicae juventutis adornatum, 1725
  • De Physicae utilitate dissertatio philosophica, 1725
  • Essai sur le mouvement, 1726
  • Traité de l'algèbre, 1726
  • De Mente humana substantia a corpore distincta et immortali, dissertatio philosophico-theologica, 1726
  • Examen du pyrrhonisme ancien et moderne, 1733
  • Système de logique abrégé par son auteur, avec une préface sur l'usage et l'abus des abrégés, 1735
  • Examen de l'Essai de M. Pope sur l'homme, 1737
  • Divers Ouvrages de Monsieur de Crousaz, 2 vol., 1737
Comprend : I. Traité sur l'obligation où sont les hommes de s'unir en corps de société. Continuation où l'on parcourt les "Dialogues" de M. le Bon de La Hontan. Discours sur la beauté et l'utilité des sciences ; II. Pensées libres sur l'instruction du bas collège. Des Instructions publiques dans les auditoires. Discours sur la pédanterie.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.