Jean-Pierre Plancade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean-Pierre Plancade
Jean-Pierre Plancade au Sénat, novembre 2013.
Jean-Pierre Plancade au Sénat, novembre 2013.
Fonctions
Sénateur de la Haute-Garonne
Conseiller général du Canton de Toulouse-6
En fonction depuis le
Prédécesseur Claude Llabrès
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Toulouse (Haute-Garonne)
Parti politique PRG
Groupe: RDSE

Jean-Pierre Plancade, né le 2 août 1949 à Saint-Amans (Aude), est un homme politique français, membre du Parti socialiste puis du Parti radical de gauche, fondateur du mouvement Libres, radicaux, démocrates et républicains (LRDR).

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin de son père à 11 ans, il est élevé par sa mère non loin de Toulouse. A 16 ans, il obtient son BEPC et entre dans la vie active en tant qu'ouvrier agricole puis ouvrier d'usine; victime d'un accident de travail, il est amputé de sa main droite à 17 ans.

Il occupe ensuite les fonctions de gardien de bureau puis fonctionnaire municipal où il connait son premier investissement syndical, ces années marquent le début de son engagement politique.

Autodidacte, il gravit les échelons de sa vie professionnelle et devient directeur de cabinet du maire d'une commune proche de Lyon[Où ?] avant de devenir fonctionnaire d'état au ministère de l'intérieur. Il finit par démissionner de la fonction publique et engage une carrière dans le secteur privé à Paris. Il termine son parcours dans le privé en tant que cadre supérieur du secteur social, où il occupe des fonctions de direction.[réf. nécessaire] Il est chevalier dans l'ordre des palmes académiques .

Conseiller général[modifier | modifier le code]

Il est élu conseiller général de la Haute-Garonne en mars 1982. Son mandat sera marqué entre autres par la mise en place de la télé-assistance pour les personnes âgées, par la fondation des missions locales pour l'insertion sociale et professionnelle des jeunes[réf. nécessaire].

Réélu au conseil général, il devient président de la SEMVAT puis du SMTC en alternance ;il crée pour le SMTC la marque Tisséo en tant que président de la SMAT. Au cours de son mandat, il développe les navettes électriques en centre ville, les bus au gaz et le transport à la demande pour les handicapés. Il officie également pour le prolongement de la ligne A et réarrange le tracé de la ligne B du métro dont il lance la construction[réf. nécessaire].

Il occupe successivement les postes de vice-président[1] chargé des affaires sociales et de rapporteur du budget.

Jean-Pierre Plancade (au fond au centre), lors de la rencontre des parlementaires avec le dalaï-lama, à Toulouse, le 15 août 2011.

Sénateur[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il est élu sénateur de la Haute-Garonne le 27 septembre 1998. Membre de la commission des affaires économiques, il est nommé rapporteur pour avis sur le budget du ministère du logement. Vice-président de la commission de la défense nationale et des affaires étrangères ensuite, il rédige un rapport, approuvé par cette commission, sur la situation des armes à sous munitions. Il est ensuite désigné pour représenter le sénat au sein de l'OSCE[1]. Il sera également membre de la délégation à la planification[1], où il rédige un rapport sur les conséquences économiques du vieillissement démographique.

Réélu le 2 octobre 2008, il rejoint le groupe parlementaire du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE).

Vice-président de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication, il est nommé rapporteur pour avis sur le budget du ministère de la recherche. Il est aussi membre du conseil d'administration des hautes études pour les sciences et les technologies[1].

Il est membre du groupe France-Palestine, membre du groupe France-Vatican, secrétaire du groupe d'information internationale sur le Tibet[2], président du groupe France-Israël[1] et président délégué du groupe France-Afrique de l'Ouest (pour le Burkina Faso)[1].

Depuis juin 2013, il est chargé par le bureau du Sénat du contrôle de l'Autorité Administrative Indépendante[réf. nécessaire].

Pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle[modifier | modifier le code]

À titre personnel, il effectue le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, il part de la basilique Saint-Sernin à Toulouse le 25 juillet 1999 et arrive le 29 septembre 1999 après 1200 km de périple. Il déclarera : « Il y a un avant et un après Saint-Jacques »[réf. nécessaire].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre du conseil général de la Haute-Garonne, canton de Toulouse-6[1]
  • Sénateur de la Haute-Garonne (élu le 27 septembre 1998) jusqu'au 30 septembre 2014
  • Vice-Président de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (fr) Sa fiche sur le site du Sénat
  2. Le Tibet en exil : à l'école de la démocratie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :