Jean-Pierre Nicola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicola.
Jean-Pierre Nicola
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (88 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Pierre Nicola est un astrologue français né le à Nice. Il a innové en astrologie en créant ce qu'on appelle l'astrologie conditionaliste.

L'astrologie conditionaliste[modifier | modifier le code]

Cette dernière est, par définition, non fataliste. Coupant court aux explications symboliques et mythologiques des signes - contrairement à certains astrologues selon lesquels, à la limite, la mythologie ne serait qu'un aide-mémoire bâti par des astrologues - Jean-Pierre Nicola a cherché un modèle théorico-scientifique de l'astrologie validant le fait qu'il ne s'agirait pas d'un ensemble de projections humaines illusoires sur les planètes. L'astrologie conditionaliste tente ainsi de reconstruire le discours astrologique à partir des données astronomiques (distance des planètes au Soleil pour ce que Jean-Pierre Nicola appelle le R.E.T[1]. en particulier) et neuro-biologiques (théories de Ivan Petrovitch Pavlov notamment sur l'excitation et l'inhibition[2]).

L'astrologue Yves Lenoble résume ainsi les travaux de Jean-Pierre Nicola sur le R.E.T. : « il a réparti les planètes en fonction de critères purement astronomiques (distance des planètes au Soleil, diamètre apparent et gravité à la surface des planètes). Cette répartition s’effectue selon un système ternaire qui regroupe :

– les trois premières planètes dans le groupe “R” (Représentation) qui correspond à la sociabilité ;
– les trois planètes intermédiaires dans le groupe “E” (Existence) qui correspond au concret ;
– les trois dernières planètes dans le groupe “T” (Transcendance) qui correspond à l’ailleurs.

Chacun des trois groupes est l’objet d’une semblable division : la planète la plus volumineuse est “r” (représentation)) ce qui correspond à la synthèse ; l’intermédiaire est “e” (existence”), ce qui correspond au ressenti ; la plus petite est “t” (transcendance)et correspond à l’analyse, à la complexification »[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Nicola a publié entre autres La Condition solaire en 1964 (Éditions traditionnelles), Nombres et formes du Cosmos en 1971 (Éditions Traditionnelles) et Pour une astrologie moderne en 1977 (Éd. Seuil). En 2005, il a fait paraître Le Grand Livre de l'astrologue (Éd. Éric Koehler, (ISBN 2-710707-18-7)).

Citation[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Nicol a déclaré[4]: « Je ne crois pas beaucoup aux méthodes statistiques qui ne prennent pas suffisamment en considération la complexité du rapport Homme-Ciel. Ce n'est pas un rapport de type cartésiano-mécanique mais un conditionnement dont l'étude demande des techniques et des outils appropriés, au moins aussi subtils que le sujet à traiter et les effets à détecter ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. pour Représentation Existence Transcendance
  2. à un signal céleste de base répondrait une réaction réflexe de l'individu.
  3. Les grands courants astrologiques de la seconde moitié du XXème siècle en France par Yves Lenoble
  4. dans la revue Astrologie naturelle de décembre 1997, ISSN 1285-1655, p. 28

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jacques Halbronn, Nouveau guide de la vie astrologique, 1996, Paris, La Grande Conjonction, , 196 p. 

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]