Jean-Pierre Harris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harris.
Jean-Pierre Harris
Defaut.svg
Informations
Naissance
Nationalité
Activités
Distinction

Jean-Pierre Harris, né le à Nevers, et mort dans la même ville le , est un écrivain, un haut fonctionnaire et un homme politique français.

Il est le frère du journaliste et réalisateur André Harris (1933-1997).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Harris, après des études au lycée de Nevers, obtient son baccalauréat à Paris, en 1948. Pour financer ses études en philosophie à Dijon (il en ressortira avec un CAPES en 1957) et en psychologie à Paris (licence), il travaille cinq ans comme surveillant au lycée de Nevers. Harris est alors prêt pour entamer quatre vies : enseignant en philosophie, homme politique, haut fonctionnaire et écrivain[1].

Enseignant[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné la philosophie à Tlemcen (Algérie) de 1957 à 1960, Jean-Pierre Harris revient ensuite dans le lycée de sa ville natale où il est professeur durant une vingtaine d'années[1]. En 1977, il est fait Académicien du Morvan ; en 1989, président de la Société académique du Nivernais ; et, à partir de 1998, président de l'Université du Temps Libre[1].

Haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

Féru de l'histoire de son département[2], Jean-Pierre Harris s'investit dans la conservation et la promotion de son patrimoine, ce qui le conduit à diverses fonctions à vocation culturelle et touristique : il occupe ainsi successivement ou simultanément les fonctions de président du comité départemental (Nièvre) du tourisme de 1962 à 2004, vice-président du comité régional du tourisme de Bourgogne de 1973 à 2004, vice-président de la Fédération nationale des comités départementaux de tourisme, président du Syndicat d´initiative de Nevers, président de l´Union des syndicats d’initiative de la Nièvre et président de la Camosine (Caisse pour les monuments et les sites de la Nièvre) de 2000 à sa mort[1].

Cette spécialisation le conduit à exercer, dans les années 1980, des fonctions à envergure nationale : sous-directeur de la Promotion touristique auprès du Secrétariat d´État chargé du Tourisme en 1981 ; Inspecteur général (1983) puis Inspecteur général honoraire du Tourisme ; directeur de l´Inspection Générale du Tourisme (de 1988 à 1995) et responsable de la délégation française au Conseil exécutif de l´Organisation mondiale du tourisme (de 1982 à 1985)[1]. Il officie par ailleurs en 1981 comme chargé de mission au ministère du Temps libre, et préside de 1986 à 1995 le comité national du fleurissement de la France[1].

Homme politique[modifier | modifier le code]

Engagé dans la vie politique en 1971, au nouveau Parti socialiste, Jean-Pierre Harris devient cette année-là conseiller municipal de Nevers. En 1983, il devient premier adjoint du nouveau maire Pierre Bérégovoy, et le reste jusqu'en 2001, Harris continuant de seconder Didier Boulaud, qui succède à Bérégovoy en 1993[3].

Conseiller général du canton de Nevers-Nord de 1973 à 2004, il est premier vice-président du Conseil général de la Nièvre de 1978 à 2004 (il est ainsi, les trois premières années, le « bras droit » au Conseil de François Mitterrand, duquel il devient un ami proche, et qui envisagea un temps de le nommer ministre[4]), et assure logiquement l'intérim lors du décès, en 1986, de Noël Berrier[1]. Il occupe également un temps la fonction de questeur du Conseil général[1].

Écrivain[modifier | modifier le code]

Outre ses articles dans des revues spécialisées en histoire (qui le passionne[4]) et en philosophie, Jean-Pierre Harris est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire de son département[2]. Il est également l'auteur d'une biographie du philosophe Antoine Destutt de Tracy, ainsi que de Sainte Bernadette.

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Voyage à travers le Nivernais, avec une préface de François Mitterrand, Éditions S.A.E.P., Colmar-Ingersheim, 1974.
  • Nivernais et Morvan d'autrefois, Horvath, Lyon, 1981.
  • Nivernais Morvan, Christine Bonneton éditeur, 1989 (ouvrage collectif écrit avec la collaboration de Jean Bugarel, Jean-Bernard Charrier, Jean Drouillet, Jean-Pierre Harris, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux).
  • Sainte Bernadette, l'âme sœur. Réflexions sur la simplicité, Éditions des Cheminements spirituels, 2003.
  • Antoine Destutt de Tracy, l'éblouissement des Lumières, avec une préface de Jean Tulard, Éditions de l'Armançon, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Conseil général de la Nièvre, mis en ligne le 27 mai 2010
  2. a et b « Le Nivernais Jean-Pierre Harris s'est éteint », France 3 Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 18 mai 2010
  3. « Compte-rendu du conseil municipal de Nevers du 18 mai 2010 ».
  4. a et b « Jean-Pierre Harris décède à 80 ans », Lejdc.fr, mis en ligne le 18 mai 2010