Jean-Pierre Brulé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brulé.
Jean-Pierre Brulé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Pierre Brulé, né à Saint-Lô le et mort à Paris le [1], est un dirigeant français d'entreprises informatiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Raymond Brulé, un résistant mort en déportation, et d'une institutrice[2], Jean-Pierre Brulé fait des études brillantes jusqu'à sa sortie de l'École polytechnique[3].

Ingénieur, il entre d'abord à la CSF où il développe des calculateurs analogiques. Il passe ensuite chez IBM où il crée la Division militaire d'IBM France. Il y conçoit le système de contrôle aérien STRIDA[4] pour l'Armée de l'Air française. En 1967, il est invité à rejoindre Bull-General Electric comme directeur général adjoint. À la suite de la vente en 1970 par General Electric de son activité de construction d'ordinateurs à Honeywell, Jean-Pierre Brulé devient PDG de Honeywell Bull. Il parvient à rééquilibrer les activités informatiques du groupe en faveur des intérêts français. Puis à absorber en 1976 la CII, créée par le Plan Calcul, où il succède à Michel Barré. Le nouveau groupe Cii Honeywell Bull devient ainsi le nouveau champion national français en informatique[3].

Le , en conflit avec le principal actionnaire, Saint-Gobain, il est écarté de son poste par le conseil d'administration de CII-HB, et remplacé par Maxime Bonnet[3].

Intéressé depuis 1978 par la micro-informatique, il développe des logiciels et devient conseiller en informatique.

En 1986, à la demande du Ministère de l'Industrie du gouvernement Chirac, il rédige un rapport recommandant de concentrer les investissements publics en informatique vers la recherche, et de supprimer des agences gouvernementales dont l'efficacité paraissait douteuse (Agence de l'Informatique, Centre mondial informatique et ressource humaine créé par Jean-Jacques Servan-Schreiber), ainsi que la politique préférentielle d'achats des administrations publiques.

En 1993, il publie L'Informatique malade de l'État: du Plan calcul à Bull nationalisée, un fiasco de 40 milliards, ouvrage polémique mais solidement argumenté et documenté analysant les erreurs et les coûts de la politique informatique des gouvernements français successifs[5].

Il décède subitement à l'âge de 85 ans[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le frère du sondeur Michel Brulé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://data.bnf.fr/12372926/jean-pierre_brule/
  2. René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnalités remarquables de la Manche, tome 4
  3. a b et c Alain Aussedat, Jean-Pierre Brulé : L'INFORMATIQUE MALADE DE L'ÉTAT, mai 2006.
  4. Système de Traitement et de Représentation des Informations de Défense Aérienne
  5. Jean-Pierre Brulé. L'Informatique malade de l'Etat: du Plan calcul à Bull nationalisée, un fiasco de 40 milliards, Les Belles Lettres, 1993.
  6. http://www.dansnoscoeurs.fr/jean-pierre-brule/1319455/avis