Jean-Pierre Bourguignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un mathématicien
Cet article est une ébauche concernant un mathématicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Pierre Bourguignon
Jean-Pierre Bourguignon.jpg

Jean-Pierre Bourguignon en 2007.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Jean-Pierre BourguignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse

Jean-Pierre Bourguignon (né à Lyon le 21 juillet 1947) est un mathématicien français ayant pour domaine de prédilection la géométrie différentielle, notamment dans ses relations avec les équations aux dérivées partielles et la physique mathématique. Il s'est tout particulièrement intéressé à la courbure de Ricci, tant dans ses aspects mathématiques que dans le rôle qu'elle joue en relativité générale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l’École polytechnique (X1966) et docteur ès sciences, il a rejoint le CNRS en 1969. Il a été détaché à l’École polytechnique comme professeur de plein exercice de 1986 à 1994 et a dirigé son centre de mathématiques de 1991 à 1993.

De 1990 à 1992 il a été président de la Société Mathématique de France.

De 1994 à septembre 2013, il a été directeur de l'IHÉS (Institut des Hautes Études Scientifiques).

De 1994 à 1998 il fut le second président de la Société mathématique européenne (SME).

Il a enseigné le calcul variationnel à l'École polytechnique de 1986 à 1994 puis la relativité générale jusqu'en 2012, où il a été remplacé par Jérémie Szeftel[1].

Le 25 novembre 2013 il est nommé président du Conseil européen de la recherche[2].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Depuis 1996 il est membre de l'Academia Europaea et depuis 2002 de l'Académie royale des sciences exactes, physiques et naturelles. De 1994 à 2001 il est membre du comité consultatif scientifique de l'Institut de recherches mathématiques d'Oberwolfach, de 1997 à 2004 dans celui de l'Institut international Erwin Schrödinger pour la physique mathématique à Vienne et depuis 2001 dans celui de l'Institut Bernoulli de l'École polytechnique fédérale de Lausanne.

En 1977 il reçoit la médaille de bronze du CNRS et en 1987 le Prix Langevin de l'Académie des sciences. En 1997 il est lauréat du prix du Rayonnement français. L'Université Keiō lui décerne en 2008 un doctorat honoris causa[3].

Vulgarisation mathématique[modifier | modifier le code]

Il a également travaillé à des films documentaires mathématiques, et pour Tambour – que dis tu? il reçoit en 1987 un prix lors du Festival International du Film de Science de Palaiseau. Il est également l'auteur du film The New Shepherds Lamp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]