Jean-Pierre Bertrand (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Pierre Bertrand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Échevin
Schuttrange
-
Conseiller communal
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
MunsbachVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jhemp BertrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Jean-Pierre Bertrand dit Jhemp Bertrand, né le à Munsbach (Luxembourg) et mort le dans la même localité, est un résistant et homme politique luxembourgeois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Munsbach, une localité de la commune de Schuttrange[1], Jhemp Bertrand est fait prisonnier au cours de la Seconde Guerre mondiale en 1942 et envoyé au camp de concentration de Hinzert en raison de ses activités au sein de la résistance. Fonctionnaire de l'État, il est employé par l'Administration des contributions directes (lb).

Il est pendant près de 43 ans membre du conseil communal de Schuttrange dans lequel il exerce la fonction d'échevin de 1973 à 1975.

Initialement membre du Parti démocratique (DP) où il se présente comme candidat aux élections législatives de 1968[2], il quitte le parti car, selon lui, le DP a fait trop de concessions sur les principes libéraux. À partir de 1974, il participe sans succès aux élections législatives sous différents partis de tendance libertarienne qu'il fonde[3] : en 1974 et 1979 (dans la circonscription Centre) avec le Parti libéral, le Parti républicain (lb) en 1989[4], en 1994 avec le Partei fir regional a réel Politik (lb)[5] et en 1999 avec Le Contribuable. Jhemp Bertrand est également membre fondateur de la Federatioun Eist Land - Eis Sprooch (lb) (FELES)[6].

En raison de son utilisation étonnante du pouvoir qu'il considérait comme un abus de l'État, il est décrit comme une sorte d'anarchiste de droite[4]. Résistant fiscal, il mène au cours de sa vie une guérilla judiciaire où il sera débouté des dizaines de plaintes qu'il dépose au nom de l'intérêt général[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche signalétique de Jean-Pierre Bertrand », sur Fédération des enrôlés de force (consulté le 4 juin 2020).
  2. (de) Rick Mertens, « Die Don Quichottes der Demokratie », Reporter,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020).
  3. (de) Romain Hilgert, « The Birth of a Party », d'Lëtzebuerger Land,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2018).
  4. a et b « Jhemp Bertrand, un anarchiste de droite » (version du 5 mars 2012 sur l'Internet Archive), sur https://dei-lenk.lu/, .
  5. « Candidats dans la circonscription Centre aux élections législatives de 1994 », sur https://elections.public.lu/ (consulté le 4 juin 2020).
  6. Michel Pauly, « Vive Mir! », Forum, no 75 « RTL: Unterhaltung Kultur Werbung »,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  7. Bernard Thomas, « C’est la lutte fiscale », d'Lëtzebuerger Land,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]