Jean-Pierre-Antoine Tassaert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tassaert.
image illustrant un sculpteur
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Pierre-Antoine Tassaert
Naissance
Décès
Activité
Pyrrha ou la Population (vers 1773-1774), Paris, musée du Louvre.

Jean-Pierre-Antoine Tassaert est un sculpteur d'origine flamande, né à Anvers en 1727[1], actif en France et en Prusse où il meurt le à Berlin

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Antoine Tassaert est le fils de Jean-Pierre Tessaert, né en 1700, lui-même fils de Jean-Pierre Tassaert, peintre né en 1651[2]

Jean-Pierre-Antoine quitte Anvers, avec un de ses frères, quand il a 15 ans, d'abord pour l'Angleterre puis il se rend à Paris. Il entre dans l'atelier de René-Michel Slodz (artiste d'origine d'Anvers). Puis il réalise des travaux personnels pour la décoration des palais et monuments publics. Lorsque Frédéric Le Grand recruta un artiste pour faire réaliser des œuvres dans sa capitale[3] Jean-Pierre Antoine est candidat. Grâce à l'appui de d'Alembert, avec lequel il est lié, proche de Frédéric II, il obtient le poste. Il s e rend à Berlin en 1775. Frédéric II tardant à lui passer des commandes il crée d'abord des œuvres pour le prince Henri de Prusse, puis, pour Frederic II, un buste du roi, ainsi que des statues destinées aux résidences royales (Bacchus, Ariane, Faune dansant, Bacchante) . D'autres sculpteurs furent recruter pour l'assister, tel que Schadow.

Tassaert travaillait aussi pour des particuliers pour lesquels il réalisa des bustes appréciés (Mosès Mendelshon, Abbé Raynal). Après la mort de Frederic II Tassaert reste au service de son successeur Frédéric Guillaume II. Ce dernier lui commanda un tombeau pour le fils qui'l venait de perdre.

Tassaetr peut être ocnsidéré comme le fondateur de l'école de sculpture de Berlin. il meurt dans cette ville le 21 janvier 1788.

Il eut 8 enfants (trois garçons, 5 filles). Sa fille Henriette devint peintre de portraits ; l'aîné de ses fils et sa fille Félicité sont devenus graveurs,

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ascendance
  • Neveu du peintre anversois Jean-Pierre Tassaert (1651-1725).
  • Petit-fils du peintre anversois Pierre Tassaert, reçu maître dans la guilde d'Anvers en 1635, mort vers 1692-1693.
Descendance

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptisé le 19 août 1727.
  2. Cette similitude de prénoms explique sans doute les confusions faites par Edouard Fétus »belges qui fait de Jean-Pierre Antoine le fils du peintre Jean-Pierre alors qu'il en est le petit fils Edouard Fétis « les artistes belges à l'étranger, études biographiques, historiques et critiques » t. 2 ed. T.J. Arnold, Librairie Antiquaire 1865 p. 1.
  3. Fétis donne une citation de Treuttel dans "Vie de Frederic II,   1787" qui illustre les motivations du roi «le roi faisait plus de cas de la sculpture que de la peinture parce qu'il voulait décorer ses châteaux et jardins, et récompenser ses guerriers célèbres par des statues qui coûtent moins chères que d'autres récompenses et qui flattent davantage ».
  4. site de la National Gallery of Art.
  5. Présentation des collections, mairie de Paris
  6. Notice no 4204, base Atlas, musée du Louvre
  7. Notice no 2646, base Atlas, musée du Louvre
  8. Notice no 540, base Atlas, musée du Louvre

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • Union List of Artist Names • Gemeinsame Normdatei • Répertoire de sculpture française