Jean-Philippe Charbonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Philippe Charbonnier
Jean-Philippe Charbonnier 2.jpg
Jean-Philippe Charbonnier (Arles, 1975)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Conjoint
Agathe Gaillard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Jean-Philippe Charbonnier, né le à Paris et mort le à Grasse, est un journaliste, reporter-photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Philippe Charbonnier est né dans une famille d'artistes et d'intellectuels. Sa mère, Annette Vaillant, était écrivain et la fille d'Alfred Natanson dit Alfred Athis, un des fondateurs de la Revue blanche et de l'actrice Marthe Mellot ; son père, Pierre Charbonnier, était peintre.

Baigné dans ce milieu artistique, Charbonnier se tourne vers la photographie en 1939, en fréquentant l'atelier du portraitiste de cinéma Sam Lévin dont il devient l'assistant.

Il s'exile en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, puis, à partir de 1948, est successivement rédacteur en chef technique du journal Libération, collaborateur de France Dimanche et Point de Vue[1].

Il est marié avec la galeriste Agathe Gaillard[2].

Réalités[modifier | modifier le code]

Avec Édouard Boubat et Jean-Louis Swiners, il fait partie du trio de tête des reporters pour le magazine Réalités à partir de 1950. Durant les années 1950, il fait épisodiquement quelques photographies de mode, photographiant les mannequins à Paris en extérieur[3].

Dans les années 1970, il se tourna vers la photographie institutionnelle, travaillant pour de grands groupes comme Carrefour, Renault, Royal Air Maroc, etc. ainsi que pour le Ministère du Travail.

Il enseigna à l'ESAG Penninghen et en Angleterre.

Invité par Michel Tournier, Charbonnier participa aux premières Rencontres d'Arles en 1970 en tant qu'invité d'honneur avec notamment l'exposition « Denis Brihat, Jean-Philippe Charbonnier, Jean-Pierre Sudre » présentée par Michel Tournier.

Il décide de quitter le magazine Réalités en 1974.

Comparable à Walker Evans, Charbonnier, par ses reportages dans le monde entier et en particulier par ses sujets saisis dans son environnement proche en France, est un témoin de la deuxième moitié du XXe siècle. Ses photos sont diffusées par l'agence Gamma-Rapho.

Jean-Philippe Charbonnier est mort à Grasse le à l’âge de 82 ans.

Expositions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Réalités. Un mensuel français illustré (1946-1978), textes de Anne de Mondenard et Michel Guerrin, éditions Actes Sud / Maison Européenne de la Photographie, 2008
  • Encyclopédie internationale des photographes de 1839 à nos jours, Michèle et Michel Auer, 1985, édition Camera Obscura
  • Alain Bergala et Bruno Serralongue, Sam Lévin, Seuil/éditions du patrimoine, 1999.
  • Contemporary Photographers, Evans, Martin Marix, 1995, éditions St. James Press
  • Reporters sans frontières, texte de Michel Kempf, 2005, album 20
  • « Dictionnaire des photographes : Jean-Philippe Charbonnier », dans : Terre d'Images, n° 14, , page 3.
  • Exposition mondiale de la photographie, Henri Nannen, Hambourg, n° 35, 1964, « Invalide japonais mendiant devant un temple de Kyoto, Japon ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte d’identité des journalistes professionnels n° 533
  2. Léa Chauvel-Lévy, « Entretien avec Agathe Gaillard », slash-paris.com,
  3. François Besse et Mathilde Kressmann, Paris Mode : 100 photos de légende, Paris, Parigramme, , 128 p. (ISBN 978-2-84096-880-1, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Portfolio[modifier | modifier le code]