Jean-Paul Charié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charié.
Jean-Paul Charié
Image illustrative de l'article Jean-Paul Charié
Fonctions
Député du Loiret
Élu dans la 5e circonscription

(28 ans, 4 mois et 1 jour)
Législature VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII
Prédécesseur Gaston Girard
Successeur Marianne Dubois
Vice-président de la commission de la Production et des Echanges
de l'Assemblée nationale

(9 ans, 2 mois et 10 jours)
Président André Santini, François-Michel Gonnot, André Lajoinie
Législature Xe, XIe
Conseiller municipal de Pithiviers

(9 mois et 20 jours)
Élection 19 mars 1989
Maire Henry Berthier (PS)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Égry (Loiret)
Date de décès (à 57 ans)
Nationalité français
Parti politique RPR puis UMP
Profession Directeur multimédia de société de presse

Jean-Paul Charié est une personnalité politique française de la Ve République né le à Égry dans le département du Loiret et mort le .

Il occupe la fonction de député du Loiret dans la cinquième circonscription de 1981 à 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Charié nait le à Égry, commune située dans le nord du département français du Loiret et la région naturelle du Gâtinais. Il est le fils du résistant et homme politique Pierre Charié.

Il est élu député le dans la cinquième circonscription du Loiret, où son père avait été en fonction entre 1958 et 1973, prenant la succession de Gaston Girard. Il en entre à l'Assemblée nationale le où il est alors le benjamin à 29 ans. Membre du groupe Rassemblement pour la République (RPR) puis de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), il est constamment réélu jusqu'à son décès.

Aspirant à un ancrage local dans la ville de Pithiviers, comme maire ou conseiller général, il ne parviendra jamais à s'y imposer étant systématiquement battu aux élections municipales et cantonales.

Il est le rapporteur de la Loi de modernisation de l'économie[1] de 2008 qui a traité de la réforme de l'urbanisme commercial. C'est dans cette logique qu'il apporta son soutien à la création de l'Institut pour la Ville et le Commerce en 2009.

Dans son Livre bleu du Lobbying en France[2], regrettant sa mauvaise image auprès de l'opinion, Jean-Paul Charié milite pour une revalorisation du lobbying en France, activité qu'il estime être utile et même indispensable au bon fonctionnement d'une démocratie et nécessaire à la « performance » d'un pays, prenant modèle sur les États-Unis et le Royaume-Uni.

Décédé le , il est remplacé par sa suppléante Marianne Dubois[3].

Jean-Paul Charié est le père de deux enfants, Romain et Anne-Carole.

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. loi sur la modernisation économique
  2. cf. Jean-Paul Charié, Livre bleu du Lobbying en France Assemblée Nationale - Commission des Affaires Economique et Rapport d'information sur le lobbying, Assemblée nationale, 16 janvier 2008
  3. « Mort du député UMP du Loiret Charié », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 3 novembre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]