Jean-Paul Alègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alègre.

Jean-Paul Alègre est un auteur dramatique français né le 13 mai 1951 à Le Perreux-sur-Marne.

Il est depuis plusieurs saisons, et d'après les statistiques de la Fédération nationale des compagnies de théâtre et d’animation, un des auteurs vivants les plus joués en France.

Il est traduit dans une vingtaine de langues (anglais, japonais, russe, arabe moderne, grec, espagnol, etc.) et présent dans plus de trente pays. Il est également le président du Centre des bords de Marne au Perreux.

Édition[modifier | modifier le code]

Toutes ses pièces sont éditées aux Éditions de l'Avant-Scène et chez Lansman éditeur.

La Ballade des planches est un de ces textes. C'est un recueil de plusieurs courtes pièces qui s'interrogent sur le monde du théâtre. On y croise des comédiens en derniers préparatifs avant le spectacle, d'autres qui répètent avec un metteur en scène plus qu'exigeant, d'autres encore qui confondent réalité et illusion théâtrale... Il y a également des monologues: la complainte du tube de fond de teint, le chant du projecteur... Ce texte a été publié en 1996 et a été joué de nombreuses fois depuis.

Ses pièces les plus jouées sont Histoires à lire debout, la Ballade des planches, C'est Jean Moulin qui gagné, La Maladie du sable, Deux tickets pour le Paradis, Côté Courtes, Théâtrogrammes, Lettres Croisées, Les cinq dits des clowns au Prince, Agnès Belladone, C'est nous les loups, Blanche Maupas, l'amour fusillé...Il a également traduit et adapté plusieurs pièces du grand dramaturge américain Israël Horovitz.

En 2012, lors d'une visite au Japon pour assister à la création de Deux tickets pour le paradis , il est invité à Hiroshima où il rencontre le maire de la ville qui l'incite à écrire une pièce pour le soixante-dixième anniversaire de l'explosion nucléaire, en prenant le parti de faire parler la rivière qui traverse la cité. Moi, Ota, rivière d'Hiroshima, est publiée en 2015, à L'Avant-Scène en français, et dans la revue Théâtro en japonais, dans une traduction de Masako Okada. La création mondiale a lieu en avril 2015 au Théâtre Kaï de Tokyo et bénéficie d'un grand retentissement. La création francophone est confiée au metteur en scène suisse Cédric Laubscher et a lieu en septembre de la même année au Théâtre de Colombier, près de Neuchâtel.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il a reçu le prix de Lyon des auteurs de théâtre pour Lettres croisées, en 2003, et l'Académie française lui a attribué le prix Émile-Augier, destiné à récompenser une œuvre dramatique, pour Agnès Belladone, en 2004. En 2017, il est lauréat du Prix ado du théâtre contemporain pour sa pièce "Moi, Ota, rivière d'Hisoshima".

Nombre de ses textes sont repris dans les livres scolaires et il fait l'objet de plusieurs études universitaires[réf. nécessaire]. C'est ainsi qu'il est un des rares auteurs français vivants à être au programme du cours de littérature théâtrale de l'université Harvard.

Jean-Paul Alègre s'implique par ailleurs dans la vie théâtrale, puisqu'il est président du Centre des bords de Marne, scène conventionnée, vaste complexe culturel de l'Est parisien. Il est président de l'Office Municipal des Arts et de la Culture (OMAC) de la ville du Perreux, dans le Val-de-Marne.

Il a été élu président des EAT (Écrivains associés du théâtre) en juin 2006 puis réélu en juin 2009. Il a démissionné de ce poste en janvier 2011, après son élection le 17 juin 2010 à la présidence de la commission théâtre de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Il est membre du conseil d'administration du RACD (Régime de retraite des auteurs et compositeurs dramatiques et auteurs de films) et il siège à la commission nationale de désaffectation des salles de spectacles, placée auprès du ministre de la Culture.

Il a également été élu, le 8 décembre 2011, président de la Fondation Paul Milliet, reconnue d'utilité publique en 1926, qui gère le legs du célèbre librettiste, ainsi que celui du scénariste et dialoguiste Henri Jeanson.

Le 14 février 2014, Jean-Paul Alègre a inauguré un établissement public qui porte son nom, de son vivant, fait assez rare pour être souligné. En effet la Ville d'Angles (Vendée) a rénové son théâtre municipal, construit dans la années 1950, et a choisi de lui donner le nom de l'auteur dramatique.

Jean-Paul Alègre est chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres. C'est le ministre de la Culture en personne, Renaud Donnedieu de Vabres, qui lui a remis les insignes de cette décoration.