Jean-Pascal Labille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labille.
Jean-Pascal Labille
Image illustrative de l'article Jean-Pascal Labille
Fonctions
Ministre fédéral des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes
Monarque Albert II
Philippe
Premier ministre Elio Di Rupo
Gouvernement Di Rupo
Prédécesseur Paul Magnette (Entreprises publiques)
Olivier Chastel (Coopération au développement)
Michel Daerden (Grandes villes)
Successeur Alexander De Croo (Coopération au développement)
Jan Jambon (Grandes villes)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Charleville-Mézières (France)
Nationalité belge
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de HEC-École de gestion de l'Université de Liège
Profession Mutualiste

Jean-Pascal Labille
Membre d'un gouvernement fédéral belge


Jean-Pascal Labille, né le à Charleville-Mézières (France) est un mutualiste et homme politique belge, membre du Parti socialiste. Ancien ministre fédéral, il est actuellement Secrétaire général de l'Union nationale des Mutualités socialistes - Solidaris (UNMS).

Enfance[modifier | modifier le code]

Alors que ses parents résident à Muno dans la Province de Luxembourg, c’est en France, à Charleville-Mézières, que Jean-Pascal Labille voit le jour le . Cette escapade ne se justifiera que par la proximité du Centre hospitalier de la ville française et ne durera finalement que quelques jours. C’est donc à Muno, petit village frontalier situé non loin de Florenville que Jean-Pascal Labille passera une partie de son enfance, entouré de ses parents et de ses deux frères. Alors qu’il est âgé de 13 ans, son père qui travaillait jusqu’alors dans la sidérurgie en France opte, sur le conseil d’un contremaître clairvoyant, pour une reconversion professionnelle. Il devient délégué commercial dans le domaine des produits de coiffure. Cette réorientation se traduit par un déménagement de la Famille Labille à Habay-la-Neuve. Jean-Pascal y poursuivra ses études secondaires au sein de l’Institut Sainte-Marie d’Arlon.

Études[modifier | modifier le code]

À 18 ans, il renonce à la nationalité française dont il a hérité du fait de son lieu de naissance. Habitant loin des grandes villes universitaires, Jean-Pascal Labille choisit de s’inscrire dans l’école des ingénieurs commerciaux HEC, à Liège. Installé dans la Cité ardente, il s’y découvre une orientation professionnelle, celle de réviseur d’entreprises. Il y rencontre sa première compagne, d’origine congolaise, avec laquelle il aura trois filles : Virginie, Géraldine et Charlène. Jean-Pascal Labille décroche son diplôme d’Ingénieur commercial et décroche un stage au sein d’un cabinet révisoral. En 1991, il prête serment en qualité de réviseur d’entreprises. Il exerce au sein de la SPRL Renouprez, Labille & Co. où il se voit notamment confier le révisorat du secteur des mutualités.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Secrétaire général de l'Union nationale des Mutualités socialistes - Solidaris[modifier | modifier le code]

Du statut d’analyste externe que lui conférait sa profession de réviseur, il devient Secrétaire général des Mutualités socialistes et syndicales de la Province de Liège, en 2001, rebaptisées depuis « Solidaris Mutualité ». En octobre 2014, l’ancien Ministre reprend ses fonctions de Secrétaire général des Mutualités socialistes – Solidaris. Il y œuvre, avec les travailleurs, à la professionnalisation de l’institution en y instaurant des règles de gouvernance strictes. Il enchaîne les réformes, les grands chantiers se succèdent les uns aux autres. Plan stratégique, réformes internes, changement d’appellation en « Solidaris », en constituent quelques-uns.

Administrateur de la RTBF[modifier | modifier le code]

C’est ainsi[Comment ?] qu’il devient administrateur de la RTBF en 2004. Cette mission en entraîne d’autres, plus ponctuelles, dans les secteurs financier, hospitalier, pharmaceutique, assurantiel ou encore de l’emploi. Ces différentes tâches lui donneront l’occasion de marquer les diverses institutions concernées par son souci d’instaurer une gouvernance efficace et efficiente.

Président du Conseil d'administration de la SRIW[modifier | modifier le code]

Il préside le conseil d'administration de la Société régionale d'investissement wallonne (SRIW).

Ministre fédéral des Entreprises publiques, de la Coopération au Développement et de la Politique des Grandes Villes[modifier | modifier le code]

En janvier 2013, il donne une nouvelle orientation à son parcours en acceptant, à la demande du Président du PS, la mission de Ministre fédéral des Entreprises publiques, de la Coopération au Développement et de la Politique des Grandes Villes.

Jean-Pascal Labille se concentra sur de nombreux dossiers parmi lesquels :  

  • la limitation de la rémunération des Top Managers des Entreprises publiques, 
  • la réforme de la SNCB visant à remettre le voyageur au cœur des activités de l’entreprise ferroviaire,
  • la mise en œuvre des investissements ferroviaires nécessaires pour garantir un service plus sûr, plus ponctuel et plus performant, 
  • la pérennité d’un service postal de qualité, de proximité et à un prix abordable pour tous, 
  • la modernisation de la Coopération au développement, 
  • etc.

Il confirmera en février 2014 sa volonté de ne pas être candidat aux élections. « La fonction ministérielle est exaltante et passionnante. Ceci étant, une fonction reste une fonction. Elle doit servir un objectif, pas en devenir un à part entière », justifie-t-il à l’époque[réf. nécessaire].

Il quitte la scène politique en octobre 2014. S’il met un terme à son expérience ministérielle, il n’entend pas pour autant quitter le champ politique : en octobre 2014, il retrouve le poste de Secrétaire général de l’Union des Mutualités socialistes dont il avait pris congé 21 mois plus tôt.

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités professionnelles, Jean-Pascal Labille consacre une partie de son temps à un parcours académique. C’est ainsi que depuis 1993, il est chargé de cours aux HEC-ULg. Tirant profit de son expérience, il s’attelle à illustrer de cas concrets les séances de cours qu’il consacre à l’examen de dossiers comptables et financiers. Passionné de géopolitique et convaincu que la confrontation des idées est un véritable modus vivendi propice à l’émancipation de chacun, il organise un cycle de conférences auxquelles prendront part d’illustres invités : Paul Krugman, Joseph Stiglitz, Mikhaïl Gorbatchev, Jeremy Rifkin, Elie Cohen, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]