Jean-Pascal Beaufret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaufret.
Jean-Pascal Beaufret
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
administrateur de sociéte, conseil

Jean-Pascal Beaufret, né le 18 février 1951[1] , est un ancien haut fonctionnaire et directeur financier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé des Hautes études commerciales (HEC Paris) et de l’ENA, ancien inspecteur des finances, il occupe divers postes à responsabilité au sein du Ministère des Finances (Trésor) de 1977 à 1994 et au cabinet du Ministre de l'industrie et du Premier Ministre Laurent Fabius (1983-1986).

Devenu sous-directeur puis chef de service des affaires monétaires à la direction du Trésor, il est chargé de la règlementation de l’industrie financière et de la gestion de la dette du gouvernement (1988-1994).

En 1994, il est nommé sous-gouverneur au Crédit foncier de France. En 1997 il est nommé directeur général des impôts. Il a rejoint Alcatel en 1999 en tant que directeur financier adjoint puis directeur financier et membre du Comité exécutif. En 2000, il est mis en examen dans l'affaire du Crédit lyonnais pour « diffusion de fausses informations au marché, présentation et publication de comptes sociaux inexacts »[2],[3],[4]. Un non-lieu sera requis[5].

Il quitte le groupe Alcatel en octobre 2007 moins d'un an après la fusion avec l'américain Lucent.

Il rejoint en mars 2008 la banque d'investissement Natixis, filiale des Banques Populaires et des Caisses d'Épargne . Il quitte le groupe fin novembre 2008 quand les deux actionnaires Banques Populaires et Caisses d'Epargne annoncent la fusion des organes centraux.

Dominique Ferrero, directeur général de Natixis, l'embauche en tant que directeur financier, en février 2008 bien que Jean-Pascal Beaufret n'ait « aucune expérience dans la banque d’investissement », ce pour un salaire annuel de 500 000 euros avec une prime d’arrivée du même montant dans une période où la banque connaît des pertes importantes[6]. Les deux hommes sont des proches qui ont fréquenté dans les années 80 les cabinets ministériels de la gauche[6]. Beaufret est limogé en avec une indemnité de départ discutée dans la presse à un moment où se déroule un débat en France sur les rémunérations des cadres dirigeants, notamment pour les entreprises qui licencient ou bénéficient d'aides publiques[6],[7],[8].

Il est directeur financier de l'entreprise NBN Co, opérateur télecom de gros, chargé du déploiement de la fibre optique en Australie de 2009 à 2012. Il est administrateur de Sequana depuis 2008, membre du comité d'investissement d'Aurinvest, fonds de capital risque depuis 2012 et conseille la banque Goldman Sachs à Paris .

Notes et références[modifier | modifier le code]