Jean-Olivier Viout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Olivier Viout, né le à Chambéry (Savoie), est un magistrat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du lycée Vaugelas[1] de Chambéry puis étudiant en droit à Grenoble, il est admis au concours de l'École nationale de la magistrature (ENM) en 1970[2].

Passionné par l'histoire, il est guide-conférencier de la ville de Chambéry de 1964 à 1971. Il préside pendant plusieurs années la Société des Amis du Vieux Chambéry et est reçu comme membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie en 1984. Il a écrit ou coécrit plusieurs ouvrages et articles historiques relatifs à Chambéry et à la Savoie[2],[3].

Il prend ses fonctions de substitut du procureur de la République d'Annecy en 1973[2]. En décembre 1979, il devient procureur de la République d'Albertville.

Nommé substitut général à Lyon le 7 mai 1985[4], il assiste Pierre Truche au cours du procès de Klaus Barbie en 1987[5]. Accédant aux fonctions d'avocat général en 1990, il représente l'accusation lors des procès de l'Église de Scientologie en 1997, de l'affaire Romand et de Jean Plantin[2],[4],[6].

Il est nommé procureur général près la cour d'appel de Grenoble, d'avril 2001 à septembre 2004, puis à Lyon, de septembre 2004 à septembre 2011[2],[4].

De 2004 à 2005, préalablement à la commission d'enquête parlementaire, il préside, à la demande de Dominique Perben, une commission chargée de tirer les enseignements des erreurs de l'affaire d'Outreau[2],[7]. En 2007, il est chargé par Rachida Dati de présider le comité d'orientation restreint en vue de l'élaboration de la loi pénitentiaire[2],[8].

Le , il est nommé, par décret, président du conseil d'administration de l'École nationale d'administration pénitentiaire (ÉNAP), succédant à Gilbert Azibert[9]. Il reste en charge jusqu'en 2012 où il est remplacé par Philippe Lemaire[10].

Il est membre élu du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de 2011 à 2015[11].

Il est président de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie depuis 2012[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Jean-Olivier Viout a publié de nombreux articles au niveau local : Le Dauphiné libéré, Mémoires de l'Académie de Savoie, Bulletins de la Société des Amis du Vieux Chambéry, Mémoires et Documents de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, ou national. Il publie également des ouvrages consacrés à l'histoire locale et la ville de Chambéry :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Who's Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 48e édition pour 2017 éditée en 2016, 2367 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-058-9), notice « Viout, Jean-Olivier ».
  2. a, b, c, d, e, f et g [PDF] acteursdeleconomie : Jean-Olivier Viout : le serviteur
  3. Liste d'ouvrages en tant qu'auteur ou coauteur
  4. a, b et c [PDF] discours du Premier président de la cour d'appel de Lyon, page 5
  5. Le Procès Barbie - les intervenants
  6. Le Point : Jean-Olivier Viout, procureur général
  7. l'Express : Les leçons d'Outreau
  8. Lyon Capitale : Entretien avec Jean-Olivier Viout, procureur Général
  9. « Décret du 28 octobre 2008 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire », sur legifrance.gouv.fr.
  10. Pierre Laberrondo, « Philippe Lemaire, président du conseil d’administration de l’École nationale d’administration pénitentiaire », Acteurs publics,‎ (lire en ligne).
  11. « Les membres de 2011 à 2015 », sur www.conseil-superieur-magistrature.fr.
  12. [PDF] Institut des travaux historiques et scientifiques, « Liste des Présidents et Secrétaires Perpétuels de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Savoie arrêtée au 31 décembre 2014 », sur le site de l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Savoie, (consulté le 20 novembre 2017).
  13. « Décret du 30 décembre 2016 », sur le site legiondhonneur.fr
  14. « Décret du 30 avril 2002 portant promotion et nomination » sur le site legifrance.gouv.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]