Jean-Noël Lafargue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafargue.
Jean-Noël Lafargue
Jean-Noël Lafargue.JPG

Jean-Noël Lafargue en 2016.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jean-noVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Parentèle
André Lafargue (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Art des nouveaux médias (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Site web

Jean-Noël Lafargue, né le à Paris, est un chercheur français.

Expert en technologies, il est enseignant en art et nouveaux médias depuis 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils du journaliste et résistant André Lafargue[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études aux Beaux-Arts de Paris (1989-1992 ; section peinture, atelier Carron), il obtient un diplôme d'études approfondies (DEA).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence comme maître de conférences associé à l’Université Paris 8, puis devient professeur à l’École supérieure d'art et design Le Havre-Rouen, est ou a été enseignant à l’École européenne supérieure de l'image (Eesi) d’Angoulême, à l'école d'art de Rennes, l'École supérieure d'art et de design (Ésad) d'Amiens, etc.[2].

Il collabore avec plusieurs artistes sur leurs projets d'œuvres numériques, dont Claude Closky depuis 1997[3] ou Jean-Louis Boissier, notamment pour le CDrom Moments de Jean-Jacques Rousseau (éd. Gallimard, 2000).

En 2007, il crée le site parodique de vulgarisation Scientists of America[4],[5]. Il a signé un certain nombre de textes dans la presse ou dans des revues : Amusement, Étapes, Le Monde Diplomatique, Ina Global, Le Magazine Littéraire, Galaxies, Solaris[6], etc.

Il a également publié plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique, tels que Les Fins du monde, qui retrace l'histoire de la « fin du monde » à travers les âges[7], ou encore L'Intelligence artificielle : Fantasmes et réalités, en collaboration avec Marion Montaigne[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Presse clandestine », blog de Jean-Noël Lafargue, 27 septembre 2012.
  2. http://hyperbate.fr/dernier/?page_id=12333.
  3. http://www.ednm.fr/?page_id=520.
  4. « Scientists of America ».
  5. Des théories très relatives, par Astrid Girardeau, Libération, 18/06/2007.
  6. Liste de publications.
  7. Bruno de Cessole, « "Les Fins du monde…" de Jean-Noël Lafargue », sur valeursactuelles.com, Valeurs actuelles, (consulté le 21 septembre 2016).
  8. David Larousserie, « Dessine-moi un robot », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 21 septembre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]