Jean-Michel Savéant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Savéant ( à Rennes) est un chimiste français, spécialiste de l'électrochimie. Il a été élu en 2000 membre de l'Académie des Sciences[1] et est membre associé étranger à la National Academy of Sciences depuis 2001[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Savéant fait ses études supérieures à l'École normale supérieure et obtient l'agrégation des sciences physiques en 1958. Après un stage pré-doctoral à l'Instituto di Chimica Fisica de l'université de Padoue, il obtient son doctorat ès sciences en 1966 à l'École normale supérieure. Il devient ensuite sous-directeur du laboratoire de chimie de l'École normale supérieure (1968-1970), puis professeur à l'université Paris Diderot (1971-1985). Il est depuis cette date Directeur de recherche au CNRS (classe exceptionnelle puis émérite à partir de 2000) à l'université Paris Diderot, ainsi que Professeur émérite de cette université, dans le Laboratoire d'Électrochimie Moléculaire[3]. Il est l'auteur de près de 500 publications scientifiques[4].

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

L'activité scientifique de Jean-Michel Savéant se confond avec la fondation et le développement de l'électrochimie moléculaire qui a fait déborder les connaissances acquises par l'électrochimie vers divers domaines de la chimie et de la biochimie, en particulier vers la chimie du transfert d'électron et du transfert de protons, la chimie des radicaux libres, la théorie de la réactivité chimique, la chimie des complexes de métaux de transition, la photochimie, la physico-chimie du solide et l'enzymologie et l'activation catalytique des petites molécules notamment celles qui sont impliquées dans la résolution des défis énergétiques contemporains.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Savéant, Sur le mécanisme de la réduction électrochimique des aldéhydes et des cétones alpha-substitués, , 272 p.
  • Jean-Michel Savéant, 2e thèse : étude de la polarisation chimique en chronoampérométrie à variation linéaire de potentiel, , 268 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Académie des sciences, « Repères biographiques », sur http://www.academie-sciences.fr/, (consulté le 2 février 2011)
  2. a et b (en) National Academy of Sciences, « Savéant, Jean-Michel », sur http://www.nasonline.org/ (consulté le 2 février 2011)
  3. « Laboratoire d'Électrochimie Moléculaire - Jean-Michel Savéant », sur http://www.lemp7.cnrs.fr/ (consulté le 2 février 2011)
  4. « Liste des Publications de Jean-Michel Savéant », sur http://www.lemp7.cnrs.fr/ (consulté le 2 février 2011)
  5. Académie des sciences, « Biographie de Jean-Michel Savéant », sur http://www.academie-sciences.fr, (consulté le 13 février 2014)
  6. (en) Society for Electroanalytical Chemistry, « Reilley Awardees », sur http://electroanalytical.org/ (consulté le 2 février 2011)
  7. (en) Electrochemical Society, « Olin Palladium Award », sur http://www.electrochem.org/ (consulté le 2 février 2011)
  8. (en) « ECS Organic and Biological Electrochemistry Division Manuel M. Baizer Award », sur http://www.electrochem.org/ (consulté le 2 février 2011)
  9. (en) Electrochemistry Division of the Royal Australian Chemical Institute, « Electrochemistry Division Medals - The Bruno Breyer Medal », sur http://www.edaq.com/ (consulté le 2 février 2011)
  10. (en) université Cornell, « George Fisher Baker Non-Resident Lecturers », sur http://www.chem.cornell.edu/ (consulté le 2 février 2011)
  11. (en) Air Liquide, « Air Liquide announces the winners of the “Essential Molecules Challenge” », sur http://www.airliquide.com/ (consulté le 28 avril 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]