Jean-Michel Sanejouand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Michel Sanejouand
Sanejouand2006-Lance-Pierre.jpg
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Michel Sanejouand né à Lyon le est un peintre et sculpteur français.

Il est représenté par la galerie Art : Concept à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Sanejouand vit et travaille à Vaulandry (Maine-et-Loire) en Anjou[2].

Après avoir été diplômé de Institut d'études politiques de Lyon en 1955, Jean-Michel Sanejouand crée en 1962 ses premiers assemblages d’objets, connus sous le nom de Charges-Objets (1962-1967). À ce stade, il a arrêté la peinture abstraite.[3] Jusqu'en 1967, il crée des structures plus grandes en utilisant des matériaux durs et des cadres pour placer des objets dans des environnements et des relations inattendus.[3]

En 1967, il réalise sa première œuvre in situ qu’il nomme « sculpture sur mesure ». Il a érigé des compositions métalliques dans la cour de l’École polytechnique et des compositions plastiques au musée de Lund; aussi, il a fait un travail de planification pour un développement significatif à travers Paris.[3] En parallèle à ses Organisations d’espaces, où il exprime le désir d'intervenir directement sur les espaces, [4] Sanejouand prend les pinceaux, mais avec de l’encre de chine, et réalise ses Calligraphies d'humeur (1968-1978) - cette œuvre se compose de dessins à l'encre sur toile, avec des croquis comiques et allégoriques teintés de puissantes nuances érotiques.[5]

À partir de la fin des années 1970, il commence ses Espaces-Peintures (1978-1986), une série de toiles en couleurs. Il a peint des paysages naturels obscurs difficiles à comprendre. Il abandonne ensuite pour un temps la couleur avec ses Peintures Noir et Blanc (1986-1992), avant de retourner, dès 1989, à la sculpture – ou plutôt la non-sculpture comme pour prolonger les Charges-Objets et ses premiers équilibres de cailloux des années 1960. Sanejouand, ici, ne sculpte pas mais assemble des pierres afin de créer des formes inédites.

Depuis les années 1990, il crée des sculptures, développe des photographies, construit des sculptures-peintures, et peint des interprétations artistiques de sculptures existantes.[3]

Jean-Michel Sanejouand a pu être considéré comme une figure emblématique[6] de la scène artistique des années 1960, et a été qualifié d'héritier légitime de la démarche duchampienne par Didier Ottinger[7]. Le travail de l'artiste circule entre les différentes disciplines, pointant sa nécessité d’expérimenter « l'espace entre les choses en tant qu'accès à une invisible vérité »[8],[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Charges-Objets (1963-1967)[10]
    Toile de bâche à rayures et châssis de bois (1964), Philadelphia Museum of Art.
  • Les Organisations d'espaces (1967-1972)[11]
  • Les Calligraphies d'humeur (1968-1978)
  • Les Tables d'orientation (1974-1977)
  • Les Espaces-Peintures (1978-1986)[12]
  • Les Peintures Noir et Blanc (1986-1992)
  • Les Sculptures (depuis 1989)
  • Les Peintures (1992-1996)
  • Les Sculptures-Peintures (1996-2001)
  • Les Espaces-Critiques (2002-2008)
  • Les Espaces & Cie (depuis 2009)

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

États-Unis
France
Monaco

Sculptures monumentales[modifier | modifier le code]

  • Le Silence, 1996, bronze, deux mètres. Jusqu'en 2019, faisait partie de la collection Paul Heim. Une première version, d'un mètre, appartient au FRAC ile-de-France.
  • Le Magicien, 2005, bronze, cinq mètres, Rennes, jardins du palais Saint-Georges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Michel Sanejouand - Galerie Art Concept », sur Galerie Art Concept (consulté le 30 août 2020).
  2. a et b François Barré, Robert Fleck, Germain Viatte et Fabrice Hergott, Jean-Michel Sanejouand, Rétrospective 1963-1995, Paris, Centre Georges Pompidou éd., 1995.
  3. a b c et d « Jean-Michel Sanejouand », sur citations.savoir.fr, (consulté le 3 décembre 2020)
  4. Musée national d'art moderne / Centre Pompidou, 1967-1974 Organisations d'espaces, Paris, Éditions du Centre Pompidou, , 144 p. (ISBN 2-85850-824-0)
  5. Philippe Dagen, « L'ironie froide de Jean-Michel Sanejouand », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Sanejouand : Charge-objets », sur lejournaldesarts.fr,
  7. Didier Ottinger, Jean-Michel Sanejouand ou l’éloge de l’irréductibilité, Tours, École supérieure des beaux-arts, , 36 p. (ISBN 2-9515078-0-1, lire en ligne), « Il est temps de reconnaître en Jean-Michel Sanejouand le plus légitime de tous les ayants droit de Marcel Duchamp. Il n'est toutefois pas simple de revendiquer l'héritage duchampien quand s'allongent les files d'attente devant son bureau de reconnaissance en paternité »
  8. Roger Caillois, Récurrences dérobées : Le Champ des Signes, Paris, Hermann Littérature,
  9. Anne Tronche et Julie Portier, Jean-Michel Sanejouand : Rétrospectivement..., Paris, éditions Skira / Flammarion, , 215 p. (ISBN 978-2-08-128270-4), « Si l'artiste a plusieurs fois pointé « l'espace entre les choses en tant qu'accès à une invisible vérité » comme le territoire invariable de ses recherches, il est tentant de transposer cet énoncé à la géographie de l'exposition pour s'aventurer à la recherche d'une logique secrète dans l'espace qui sépare les oeuvres. »
  10. a et b Bernard Lamarche-Vadel : Jean-Michel Sanejouand, les Charges-Objets 1963-1967, Fondation Fine Art of The Century/La Différence eds, Paris, 1990.
  11. a et b Pierre Restany, Blaise Gautier et Claude-Louis Renard Les Organisations d'espaces de Sanejouand, Centre national d'Art contemporain eds, Paris, 1973.
  12. a et b Michel Enrici et Joelle Pijaudier Jean-Michel Sanejouand, Espaces-Peintures 1978-1986, musée d'Art moderne de Villeneuve-d'Ascq/La Différence eds, Lille, 1991.
  13. Anne Tronche et Julie Potier, Jean-Michel Sanejouand, Retrospectivement, Paris, Skyra, 2012 (ISBN 978-2081282704).
  14. http://www.paris-art.com/exposition-art-contemporain/les-organisations-d-espaces/jean-michel-sanejouand/15506.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Catalogues monographiques[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Herbin, Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand (1967-1974), Bourges, éditions ENSA de Bourges, 2014
  • Anne Tronche, Julie Portier, Jean-Michel Sanejouand : Rétrospectivement..., Paris, éditions Skira / Flammarion, 2012
  • Didier Ottinger, Jean-Michel Sanejouand ou l’éloge de l’irréductibilité, Tours, École supérieure des beaux-arts, 2000
  • Louis Fardel, Jean-Michel Sanejouand, Sculptures et Sculptures-Peintures, Orléans, Le Carré Saint-Vincent, Scène Nationale, 1998
  • François Barré, Robert Fleck, Germain Viatte, Fabrice Hergott, Jean-Michel Sanejouand, rétrospective 1963-1995, Paris, éditions du Centre Georges Pompidou, 1995
  • Michel Enrici, Joëlle Pijaudier, Jean-Michel Sanejouand : Espaces-Peintures 1978-1986, Villeneuve-d’Ascq, Musée d’Art Moderne, 1991
  • Bernard Lamarche-Vadel, Jean-Michel Sanejouand, les Charges-Objets 1963-1967, Genève, Fondation Fine Art of The Century, Paris, La Différence, 1990
  • Jean-Michel Sanejouand : études, Châtellerault, École municipale d’arts plastiques, 1990
  • Jacques Bertoin, Didier Ottinger, Jean-Michel Sanejouand : peintures 1987-1989, Les Sables d’Olonne, Musée de l’abbaye Sainte-Croix, 1989
  • Michel Enrici, Sanejouand : Espaces-Peintures 1978-1981, Paris, Galerie de France, 1982
  • Claude Devos, Pierre Restany, Claude-Louis Renard, De ruimtelijke organisaties van Jean-Michel Sanejouand, Anvers, Internationaal Cultureel Centrum (ICC), 1974
  • CNAC/Archives, numéro 9, Centre national d'art contemporain, Paris, 1973
  • Blaise Gautier, Pierre Restany, Claude-Louis Renard, Les Organisations d’espaces de Sanejouand, Paris, Centre National d’Art Contemporain, 1973
  • Pierre Restany, Plans d’Organisations d’espaces, Paris, Galerie Mathias Fels, 1970
  • Grégoire Müller, Deux Organisations d’espaces, Paris, Galerie Yvon Lambert, 1968

Liens externes[modifier | modifier le code]