Jean-Michel Parasiliti dit Para

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Parasiliti dit Para
Description de l'image Parasiliti di Para.jpg.

Succession

Prétendant au trône du « Royaume d’Araucanie et de Patagonie »

Depuis le
(3 ans, 8 mois et 13 jours)

Nom revendiqué « Antoine IV »
Prédécesseur Philippe Boiry dit « prince Philippe »
Biographie
Nom de naissance Jean-Michel Parasiliti dit Para
Naissance (75 ans)
Aix-en-Provence (France)
Description de l'image Blason du Royaume d'Araucanie et de Patagonie.svg.

Jean-Michel Parasiliti dit Para[1],[2] (aussi connu sous le nom de Parasiliti di Para), né le à Aix-en-Provence, est un ancien éducateur spécialisé[3]. Il est prétendant au « trône » du « royaume d’Araucanie et de Patagonie » et chef de la « maison royale d’Araucanie et de Patagonie », sous le nom d'« Antoine IV », depuis le 9 janvier 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Parasiliti dit Para est issu d'une famille sicilienne[4],[5]. Il est titré « duc de San Pedro de Hueyusco » par Philippe Boiry dont il est un proche. À la mort de ce dernier et après quelques jours d'une « régence » assurée par Philippe de Lavalette[6], il est élu, le 9 janvier 2014, par le « conseil de régence » de la « maison royale d'Araucanie et de Patagonie » prétendant au « trône royal d’Araucanie et de Patagonie » sous le nom d'« Antoine IV ».[7]

En 2016, la commune de Tourtoirac (avec l'ONG Auspice Stella) a érigé un monument en face de la maison dans laquelle Orélie-Antoine est mort. Ce monument est inauguré par le maire Dominique Durand et le prince Antoine IV, successeur d'Orélie-Antoine. Le même jour, un médaillon, également offert par Auspice Stella, représentant Orélie-Antoine a été inauguré dans son village natal, à Chourgnac d'Ans au lieu-dit La Chèze par Madame Flageat, maire de Chourgnac d'Ans et par le prince Antoine IV.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répartition par départements (France, 1891-1990) du patronyme « Parasiliti dit Para » fournie par l’Insee et présentée par le site Géopatronyme : une naissance enregistrée entre 1941 et 1965 sous le nom « Parasiliti dit Para », dans les Bouches-du-Rhône.
  2. Différentes sources officielles indiquent que le patronyme légal est : Jean-Michel Parasiliti dit Para et non Jean-Michel Parasiliti di Para : Journal Officiel numéro 25 du 30 janvier 2000 : arrêté du 19 janvier 2000 portant désignation des assesseurs des tribunaux pour enfants (2e liste)
  3. Hervé Chassain, Un royaume pas que pour rire, Sud Ouest, 15 février 2014
  4. (en) Anthony Peregrine, The telegraph, [1]
  5. Hervé Chassain,Un royaume pas que pour rire, Sud Ouest, 15 février 2014
  6. « Tourtoirac (24) : pas de nouveau souverain pour l’Araucanie », Sud Ouest, 9 janvier 2014
  7. Cette élection est contestée un temps en 2014 par un notaire [http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup%3A%252Fregion%252Fdouai-un-prince-conteste-sur-la-liste-prouvost-ia16b0n1965526] (sans responsabilité dans l'organisation du « royaume ») qui, éconduit, organise six mois plus tard « l'élection » d'un « prince » concurrent [http://www.sudouest.fr/2014/06/19/dordogne-la-succession-du-prince-d-araucanie-divisee-1590603-2216.php]. Mais selon Julien Oeuillet, « La grande majorité des partisans de l'Araucanie a cependant suivi Antoine IV plutôt que Stanislas. » [ Le business des vanités, Julien Oeuillet, Paris, Éditions du Moment, 2015].
  8. Décret paru au Journal officiel de la République française du 21 novembre 1995 : « Ministère du Travail et des Affaires sociales [...] Officier [...] M. Parasiliti, dit Para (Jean-Michel), directeur d’un centre en faveur de handicapés. Chevalier du 3 octobre 1980. »
  9. Décret du 15 février 1999
  10. Décret du 25 juillet 1997
  11. attribuée le 18 mars 1986
  12. Décret 10561 du 4 février 1994
  13. Enregistrement n° 325 du 29 septembre 1990
  14. Enregistrement n° 851 du 15 mars 1991 (livre n°2, folio 56)