Jean-Michel Karam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Michel Karam
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
Nationalité
Activités

Jean-Michel Karam naît le 14 novembre 1969 à Jdeideh au Liban. Cet ingénieur et inventeur franco-libanais est avant tout un entrepreneur dans le monde de la micro-électronique et désormais de la cosmétique.

Formation[modifier | modifier le code]

Arrivé en France en 1990, il décroche en 1993 son diplôme d'ingénieur de l'École Supérieure d'Ingénieurs en Électrotechnique et Électronique de Paris (ESIEE-Paris) et un DEA en micro-électronique de l'Université Paris VII. Il enchaîne en 1996 avec un doctorat en micro-électronique de l'Institut polytechnique de Grenoble (INPG).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1994, il obtient son premier poste d’ingénieur de recherche au laboratoire TIMA-CMP (Techniques de l'Informatique et de la Micro-électronique pour l'Architecture Informatique) de Grenoble. Ce centre de Recherche et Développement placé sous la tutelle conjointe du Centre National de Recherche Scientifique et de l'INPG lui permet plus tard de faire ses premières armes en tant que directeur de recherche à la tête d’une équipe de chercheurs.

Focalisé sur les méthodes de conception et de fabrication des MEMS (Micro Electro Mechanical Systems), son équipe de recherche grandit rapidement. Trois ans après sa création, elle réunit 35 personnes et est une référence européenne dans le monde de la recherche des MEMS.

En novembre 1997, Jean-Michel Karam crée sa première société, MEMSCAP, fournisseur de produits innovants à base de la technologie des MEMS. Durant les deux premières années, Jean Michel Karam lève plus de 13 millions d’euros auprès d’investisseurs de capital-risque pour développer sa société et financer ses programmes de recherche.

Le 2 mars 2001, MEMSCAP fait son entrée en bourse sur l’Eurolist C de NYSE-Euronext, Paris (code ISIN : FR0010298620-MEMS). Dans le cadre de cette opération, Jean Michel Karam lève 101 millions d’Euros (140 millions de dollars) sur la base d’une capitalisation boursière de MEMSCAP de 430 millions d’euros, lui permettant d’établir sa société comme un acteur de premier plan du marché des MEMS à haute valeur ajoutée.

En 2002, Jean-Michel Karam initie la recherche sur les technologies appliquées à la dermatologie et cosmétologie au sein d’INTUISKIN, à l’époque filiale de son groupe MEMSCAP.

En 2010, associé à un groupe d’investisseurs et à des personnalités de la cosmétique et du luxe, il sort INTUISKIN du périmètre du groupe MEMSCAP. Dans ce cadre, il lance la marque de cosmétique IOMA née de la rencontre entre des experts en haute technologie et des spécialistes en dermatologie et cosmétologie, dont l’ex-présidente de Thierry Mugler, Véra Strubi, aujourd’hui membre du conseil d’administration. Jean Michel Karam est aujourd’hui Président directeur général des deux sociétés MEMSCAP et INTUISKIN.

Par ailleurs, Jean-Michel Karam est Business Angel investissant dans des start-ups spécialisées dans la haute technologie et travaille comme consultant pour des sociétés technologiques et des investisseurs. Il continue également de participer à l’invention de brevets (plus de 50 à ce jour), ainsi qu’à la rédaction de nombreuses publications scientifiques et économiques.

MEMSCAP[modifier | modifier le code]

MEMSCAP est le leader européen des MEMS et un fournisseur de solutions innovantes basées sur les systèmes micro-électro-mécaniques (MEMS). Premier producteur de systèmes micro-électroniques, MEMSCAP réalise une large part de son chiffre d’affaires à l’export.

À ce jour, MEMSCAP a fait l’acquisition de 6 sociétés : une en Norvège (2002), une aux États-Unis (2002), trois en France (2003, 2005 et 2007) et une en Israël (2003)[1].

La société enregistre des pertes depuis sa création. Son cours de bourse a été divisé par plus de 30 depuis son introduction sur le marché.

Aujourd’hui, MEMSCAP est passée de la conception de logiciels pour la réalisation de microsystèmes à celle des microsystèmes eux-mêmes. L’activité de MEMSCAP est actuellement centrée autour de trois métiers principaux[2] :

  • l’aéronautique : près de 80 % des avions sont équipés avec ses capteurs de pression.
  • l’optique : vente de composants accompagnant la fibre optique. La société contrôle 70 % du marché mondial des atténuateurs optiques variables.
  • le médical : ses capteurs de pression sanguine équipent tant les blocs opératoires que le cœur artificiel de la société française CARMAT qui a fait une entrée remarquée en Bourse.

Par ailleurs, les capteurs MEMSCAP intégrés dans une pilule dotée de deux mini-caméras révolutionnent les colonoscopies qui permettent de détecter le cancer du côlon et d’éviter l'intervention chirurgicale[3].

INTUISKIN[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, INTUISKIN est le leader mondial des technologies dédiées aux soins de la peau[4]. Créée en 2002 par Jean Michel KARAM, INTUISKIN est une société dédiée à la recherche appliquée en technologie, science, dermatologie et cosmétologie.

IOMA[modifier | modifier le code]

En 2008 naît la marque IOMA, collaboration unique entre une équipe d’experts en haute technologie menée par Jean-Michel Karam et des spécialistes en dermatologie et cosmétologie.

Sans précédent dans le monde de la cosmétique, IOMA utilise les dernières techniques d’imagerie et de diagnostic cutané (s’appuyant sur la technologie des MEMS – Micro Electro Mechanical Systems ou Microsystèmes) qui, combinées à des protocoles de soins sur mesure offrent la possibilité d’un traitement entièrement personnalisé, aux résultats optimisés et quantifiables.

Véritable innovation dans le monde du soin de la peau, IOMA utilise les technologies MEMS pour analyser la peau et prescrire une recommandation de soins entièrement personnalisée. C’est à travers cette démarche scientifique intégrant preuve et résultats mesurables que IOMA donne tout son sens à l’appellation : « Cosmétique par la preuve ».

IOMA est aujourd’hui distribuée dans plus de 500 points de vente en France et accentue son déploiement commercial dans le reste de l’Europe, aux États-Unis et depuis fin 2013 en Asie[5].

Novembre 2013, IOMA entre dans une nouvelle étape de croissance et noue une alliance stratégique avec UNILEVER[6] pour accélérer son développement international et bénéficier de la R&D d’un groupe leader.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Karam et son entreprise ont décroché une dizaine de trophées internationaux, incluant :

  • Agence U.S. Commercial Service (USCS) du Département du Commerce des États-Unis - Prix d’excellence du développement commercial international (2012)
  • SEMICON MicroNanoSystems Innovation Award (2009)
  • Prix de la meilleure start-up européenne par European Semiconductor/Wacker Siltronics (2001)
  • Deloitte & Touche - Palmarès Rhône-Alpes (2001 et 2002) – 1er prix Technology « Fast 50 »
  • Prix spécial Euronext « Première société cotée en Rhône-Alpes » (2002)
  • AGEFI Grand Prix du Capital Risque (2002)
  • Le prix Stock-IT pour la meilleure appréciation du potentiel de croissance de la société (2001 et 2002)

Association LEYLA[modifier | modifier le code]

En 2007 à Bernin, Jean-Michel Karam fonde l'association LEYLA, du prénom de sa mère, emportée en 1995 à l’âge de 48 ans par l’amylose, une maladie rare et orpheline.

La vocation de cette association est de lutter contre les maladies rares ou orphelines et, selon les propres mots de son fondateur, « éviter à d’autres familles de vivre les mêmes souffrances[7] ».

Les domaines d’intervention sont nombreux : éducation et formation scientifique, recherche… Son comité scientifique se charge de l’attribution de bourses pour les thèses et doctorats consacrés à ce type de maladies, et de contrôler l’avancée des travaux des boursiers.

Le comité scientifique et le comité d’éthique réunissent d’éminentes personnalités comme le Pr. Christian Massot, chef du service de médecine interne du CHU de Grenoble et Marcel Foulon, président de chambre à la Cour d’appel de Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. MEMSCAP, Historique, 2011 - 2012
  2. MEMSCAP, Applications et segments de marchés, 2011-2012
  3. « L’article du jour », Lyon entreprises, 7 mars 2012
  4. Communiqué de presse, categorynet.com, 13 septembre 2010
  5. http://www.ioma-paris.com/fr/news-and-events/news-article/ioma-se-lance-en-asie-avec-un-premier-corner-de-prestige-a-singapour
  6. http://business.lesechos.fr/directions-generales/strategie/0203099041523-unilever-s-associe-avec-ioma-pour-se-lancer-dans-les-soins-haut-de-gamme-56488.php
  7. « Le combat des maladies rares », Le Dauphiné libéré, 14 avril 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]