Jean-Michel Cornu de Lenclos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Cornu de Lenclos
Naissance
Saïgon (République du Viêt Nam)
Décès
Phnom Penh (Cambodge)
Nationalité Drapeau de France Français
Activité principale

Jean-Michel Cornu de Lenclos est un peintre, écrivain, éditeur et designer français, né le à Saïgon (République du Viêt Nam) et mort le à Phnom Penh (Cambodge).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un aviateur français, Jean-Michel Cornu de Lenclos naît à Saïgon le 13 juin 1956.

De 1973 à 1976, il fait ses études en métropole au Prytanée national militaire de La Flèche qu'il quitte pour se consacrer à la littérature et aux arts. Il intègre l'EHESS puis l'École des beaux-arts d'Aix-en-Provence. Il effectue un séjour d'un an à l'École des beaux-arts de Kyoto où il est initié à la pratique de la peinture et la calligraphie bouddhiste zen.

En 1978, avec son amie et complice Veronik Ferry, il crée et dirige à Paris l'agence Symbolic Design qui jusqu'en 1998 va réaliser pour des grandes marques du graphisme, des objets et des aménagements d'architecture intérieure. Sa passion pour le voyage et les livres, vont le conduire à s'établir dans le sud de la France et créer sa propre maison d'édition.

Au début des années 2000, débute une période dominée par l'intérêt immense qu'il porte au poète Arthur Rimbaud. Il effectue de longs séjours en Éthiopie, explorant les lieux où le poète avait résidé et enquêtant sur les éléments méconnus de sa vie en Afrique. Il y fait la connaissance d'autres passionnés comme Sébastien de Courtois et devient peu à peu un spécialiste reconnu[1],[2] du séjour africain de Rimbaud et publie de nombreux articles salués par les spécialistes du monde rimbaldien[3],[4]. En 2011, sur le campus de l'université d'Haramaya[1], il organise avec le soutien de l'ambassade de France et du Centre français des études éthiopiennes un colloque international intitulé "Rimbaud l’Éthiopien"[5] qui réunissait entre autres Alain Tourneux, conservateur du Musée Rimbaud de Charleville-Mézières, Claude Jeancolas, écrivain, Ian Campbell de l’Institut des études éthiopiennes, l'universitaire Sinedu Abebe, auteur de la première biographie de Rimbaud publiée en amharique (langue éthiopienne) et Marie-Anne Bardey, petite fille de Pierre Bardey (employeur de Rimbaud durant ses premières années en Afrique).

En 2012, il quitte la France et s'établit en Thaïlande où il s'investit dans un projet international rassemblant des architectes et des designers : "The Green House", poursuit ses recherches sur Arthur Rimbaud et ses travaux d'écriture et de calligraphie[6] qui font l'objet de plusieurs publications[7].

Personnage éclectique et inclassable, il se donne la mort au Cambodge le 1er août 2014[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mâh t’u : Le Vrai Classique du chat parfait, Montpellier : L’Archange minotaure, 2003.
  • La Cuisine de maître Keu. Poèmes et lavis. Montpellier : L’Archange minotaure, 2005.
  • Le Vrai Classique du chat parfait Vol. I, : Mâh T’u, Montpellier : L’Archange minotaure, 2008.
  • Pleine peau humaine, Montpellier : L’Archange minotaure, 2012.

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • La Bibliothèque éthiopienne, sous la direction de Jean-Michel Cornu de Lenclos, Paris : éditions Hots, 1982. ISSN 0760-6613.
  • Je sens brûler le nom d'Allah : Voyage à Grenade, Cordoue, Séville par Edgar Quinet ; éd. présentée et annotée par Jean-Michel Cornu de Lenclos, 2000[9].
  • Deux leçons sur l’islam par Edgar Quinet ; calligraphies de Jean-Michel Cornu de Lenclos, Montpellier : Archange minotaure, 2002.
  • L’Or du vin Volume 1, la coupe d’Éros [une anthologie recueillie par] Manuelle de Birman ; (avec des encres de Jean-Michel Cornu de Lenclos), Apt : L’Archange Minotaure, 2007.

Articles[modifier | modifier le code]

  • "Rimbaud l’Éthiopien" — In : Qantara revue de l'Institut du monde arabe, Paris, n°18, janvier 2011.
  • "L’Emplacement de la maison de Rimbaud localisé à Harar" — In : Lekti Écriture, 2011.
  • "L’Abyssinienne de Rimbaud, autre « drôle de ménage », 1882-1886". 2012.
  • "Harar ou la Vie libre,(1880-1891)". 2012.
  • "Alfred Bardey, patron de Rimbaud à Aden et à Harar". 2013.
  • "Rimbaud et le Kât" — In : blog Rimbaud ivre, juin 2014.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]